/news/politics
Navigation

Ingérence chinoise: Justin Trudeau nie toujours avoir été mis au courant du financement illicite

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau a réitéré mardi que les services de renseignement canadiens ne l’avaient pas informé du financement illégal allégué d’au moins onze candidats par la Chine aux élections fédérales de 2019, contrairement à ce qui avait été rapporté par «Global» il y a deux semaines.

• À lire aussi: Xi Jinping montre «le peu d’estime» qu’il a pour Trudeau

• À lire aussi: Un réseau social chinois aurait censuré Justin Trudeau

«Dans le cadre de ces breffages, dans le cadre de tous les breffages de sécurité que j'ai régulièrement sur un large éventail de sujets, y compris l'ingérence d'autres pays dans les affaires de notre pays, aucune information ne m'a jamais été donnée sur le financement des candidats fédéraux par la Chine», a déclaré le premier ministre en mêlée de presse.

Citant des sources au sein du renseignement canadien, Global rapportait que le premier ministre et quelques ministres du cabinet avaient été mis au courant d’un «réseau clandestin» de financement illégal lors d’un breffage de sécurité au mois de janvier dernier.

L’identité des candidats et des circonscriptions en question, à ce stade-ci, sont inconnus non seulement des médias, mais le bureau du premier ministre serait lui aussi dans l’ignorance.

Pas assez de preuves selon le DGE

Les préoccupations d’Élections Canada quant à l’ingérence l’étrangère dans des élections au pays ne datent pas d’hier, a affirmé Stéphane Perreault, directeur général de l’organisation, et ces problèmes peuvent se déployer de différentes manières.

Lors de son passage en comité parlementaire, lundi, M. Perreault n’a pas voulu se prononcer sur le cas spécifique du «réseau clandestin» de financement illégal allégué, faute de preuves tangibles.

  • Écoutez la rencontre Dutrizac – Dumont diffusée chaque jour en direct 7 h via QUB radio :

«Certainement, ça prend plus qu’un article de journal», a-t-il déclaré aux élus. Celui-ci établit par ailleurs que les faits allégués pourraient s’avérer des «tentatives de corruption» ou «d’influence» et «pas nécessairement des tentatives d’influencer l’élection.»

Si jamais de telles preuves éclataient au grand jour, c’est à la Commissaire aux élections fédérales que reviendrait la responsabilité d’une enquête.

Le gouvernement Trudeau sur la défensive

Cette dernière a d’ailleurs été interpellée par le Bloc québécois, qui réclame depuis bientôt deux semaines une telle enquête. Le bureau de la commissaire avait indiqué à l’Agence QMI qu’elle ne confirmait jamais si une enquête avait lieu ou pas.

«Il y a anguille sous roche», a dit le leader parlementaire du Bloc, Alain Therrien. Ce dernier remet en question le «manque de transparence» du gouvernement Trudeau, qui a nié avoir été mis au courant près de deux semaines après la publication de l’article de «Global», et surtout, après avoir soulevé la question avec le président chinois Xi Jinping.

  • La carte blanche Foisy - Bureau diffusée chaque jour en direct 8 h 05 via QUB radio :

«Pour nous, la question demeure», a dit Pierre Paul-Hus, lieutenant du Québec pour les conservateurs. «On ne pas juste s’en sortir comme ça en disant, non, je ne le savais pas.»

Il en va de la protection de «nos institutions, nos élections, que ce soit à tous les niveaux, au fédéral, au provincial, au municipal», a-t-il ajouté.

Même son de cloche pour le néodémocrate Alexandre Boulerice, qui demande que les documents relatifs à ces allégations soient déposés en comité «pour qu’on puisse les consulter». Il a qualifié l’attitude de M. Trudeau de «désinvolte» dans le dossier.

Malgré ces allégations «très préoccupantes», selon les mots du ministre de la Justice, David Lametti, aucun élu n’a remis en question l’intégrité des élections de 2019, même si quelques doutes subsistent désormais.

Quant à savoir si les responsables du financement illégal allégué devraient être poursuivis, M. Lametti n’a pas fermé la porte. «On verra», a-t-il prononcé.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.