/opinion/columnists
Navigation

Marchand doit retrouver le focus

Coup d'oeil sur cet article

À quelques jours du dépôt de son premier véritable budget, le maire Bruno Marchand doit retrouver le focus et recentrer au plus vite son message sur le tramway.

Depuis un mois, le maire est apparu plus éparpillé et a multiplié les déclarations malhabiles. Après sa sortie sur le restaurateur coréen de l’avenue Maguire, l’élu a dû justifier des propos malheureux qu’il avait tenus sur les opposants au tramway, après avoir laissé entendre que ceux-ci étaient favorables à la pollution. 

Le maire a eu ces commentaires alors qu’il terminait sa première mission à l’étranger, à Paris, Le Havre et Tunis. En plus de nuire à l’image de maire rassembleur qu’il souhaite se donner, de tels propos sont regrettables dans un contexte où le projet bénéficierait d’un plus grand appui populaire. 

Pression énorme 

Avant la séance du conseil municipal, hier, le maire est revenu sur l’importance du projet de tramway pour la Ville, à l’aube d’une récession et en plein ralentissement économique. 

Le maire a raison quand il affirme que la pression est énorme et que beaucoup de désinformation circule, ce qui nuit à l’acceptation du projet. Il a parlé, vendredi, d’«une radio qui passe tout son temps d’antenne du matin, du midi et du soir à vous taper dessus (...)».

Il faisait référence, sans la nommer, à CHOI. Pour ceux qui doutent de cette réalité, il suffit de visiter le site web de la station pour y retrouver l’épicentre de l’opposition et de la désinformation envers le projet. 

Les visages derrière le mouvement anti-tramway et la poursuite contre la Ville y sont des chroniqueurs réguliers. On y soutient ad nauseam que le tramway équivaut à mener une guerre à l’auto et dont le but est de nuire aux automobilistes. 

Mais au lieu de se laisser décontenancer par des opposants, M. Marchand aurait avantage à rappeler que le tramway n’est pas un dispositif visant à contraindre les automobilistes de Québec.

Il s’agit plutôt d’un service additionnel qui sera offert à la population, dans une ville qui accuse le plus grand retard au pays en matière de transport en commun. 

Avion en plein vol

Pour en revenir à cette première mission à l’étranger, Bruno Marchand a parfois semblé brouillon, comme lorsqu’il s’est avancé sur le dossier des ports ou sur les corridors scolaires. Puis, l’agenda a changé à de multiples reprises.

On avait l’impression, par moments, que l’avion se construisait en plein vol, pour reprendre l’image évoquée par le chef de l’opposition, Claude Villeneuve.

Toutes les grandes villes s’impliquent désormais dans les relations internationales. La présence du maire lors d’une mission ouvre des portes et permet de nouer des liens durables. Cependant, il faut bien planifier pour en retirer un maximum de retombées.

Se portant à la défense du maire, critiqué par l’opposition par rapport à la mission, Pierre-Luc Lachance, vice-président du comité exécutif, affirmait hier que gérer une ville, ce n’est pas un show d’improvisation. 

C’est aussi ce que devra refléter le budget qui sera présenté la semaine prochaine, le premier à porter entièrement les couleurs de l’administration Marchand.

Les attentes sont très élevées, et on verra quelles sont les véritables priorités du maire. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.