/qubradio
Navigation

Un organisme favorise le dialogue entre une victime et un agresseur

Coup d'oeil sur cet article

Le Centre de services de justice réparatrice (CSJR) instaure un dialogue entre une personne qui a subi un acte criminel et un individu qui a commis ce type de geste afin de trouver des pistes de solutions pour éviter que de telles situations ne se reproduisent. 

«La justice réparatrice permet d’avoir des réponses et de clore un certain chapitre. Cela peut être très réparateur pour quelqu’un de nommer en face les conséquences de l’agression sur sa vie», a expliqué à QUB radio Béatrice Châteauvert-Gagnon, animatrice-facilitatrice bénévole au Centre de services de justice réparatrice à Montréal.

En ce qui concerne l’individu qui a commis le geste, Mme Châteauvert-Gagnon estime que cette façon de faire lui fait voir les conséquences des gestes posés afin qu’il soit capable de travailler sur lui tout en passant à autre chose.

Cette dernière a expliqué au micro de Philippe-Vincent Foisy que cette méthode consiste à permettre à deux personnes de se réparer et d’avancer. Au CSJR l’approche du crime apparenté est préconisée. En ce sens, une personne qui a commis des gestes sera jumelée avec un individu qui a subi des actes similaires. Toutefois, il n'y a pas de rencontre entre l’agresseur et sa propre victime.

Questionnée à savoir si cette façon de faire fonctionne, l’animatrice a répondu que l’organisation n’a pas d’attente de résultat.

«Ça peut être extrêmement puissant. Dans le système de justice traditionnel, les personnes victimes ont très peu de contrôle sur ce qui se passe une fois la plainte portée. Tu deviens témoin de ta propre histoire et ne peux pas vraiment poser des questions. Donc, la justice réparatrice permet d’aller chercher certaines réponses.»

Mme Châteauvert-Gagnon a fait mention que trois plaintes sur 1000 se terminent par une condamnation.

Selon elle, les vagues de dénonciations sont une forme de réparation au niveau de la société. «On a besoin d’arrêter de banaliser les violences sexuelles. C’est aussi une forme de justice réparatrice.»

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.