/news/society
Navigation

Guignolée des médias: faire la différence avec fierté

Guignolée des médias: faire la différence avec fierté
Thierry Laforce / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

À quelques jours du lancement officiel de la guignolée des médias, dont la traditionnelle collecte de rue aura lieu le 1er décembre partout au Québec, Moisson Montréal et ses porte-paroles appellent la population à contribuer à l’effort collectif, cette année plus que jamais. 

«Comme citoyen, on peut faire la différence», croit Marie-Claude Barrette, l’une des cinq porte-paroles de l’événement, rejointe par l’Agence QMI mercredi. «Aider quelqu’un d’autre, ça nous fait encore plus de bien à nous qu’à la personne qui reçoit. Donner, c’est un geste de générosité qui apporte de la fierté. Et si on veut tous avoir notre brin de fierté : donner à la guignolée», a-t-elle fait valoir, soulignant du même coup le travail exceptionnel des bénévoles de Moisson Montréal «qui travaillent fort pour que les paniers de Noël soient de bonne qualité».

Guignolée des médias: faire la différence avec fierté
Thierry Laforce / Agence QMI

L’organisme, qui s’attend à avoir une demande particulièrement importante cette année, a invité mercredi les médias à venir visiter son QG à ville Saint-Laurent pour qu’ils puissent participer à une discussion avec un panel d’experts et les porte-paroles, mais aussi pour y présenter ses installations.

«Je pense aux familles qui ont des enfants; quand tu as de la misère à nourrir tes enfants et que tu te sacrifies toi-même pour que ton enfant [ne manque de rien], ça, ça prend beaucoup d’espace mental», a-t-elle relevé Marie-Claude Barrette avec empathie.

Guignolée des médias: faire la différence avec fierté
Thierry Laforce / Agence QMI

Ayant grandi avec une mère monoparentale, Valérie Roberts, aussi membre du quintette avec Marina Orsini, Lindsay Brun et Michel Bherer, a été conscientisée à cette réalité tôt dans son enfance. «On n’a pas eu besoin de l’aide alimentaire, mais on n’en était vraiment pas loin. Je pense que je le ressentais moins parce que j’étais une enfant, mais ma mère pourrais en témoigner autrement», a partagé l’animatrice qu’on peut entendre à l’émission matinale de CKOI «Debout les comiques».

Guignolée des médias: faire la différence avec fierté
Thierry Laforce / Agence QMI

Une situation inquiétante

«L’inflation, le coût du logement, le coût de la vie, c’est paniquant», a convenu Marie-Claude Barrette, qui, en retournant quelques années dans le passé, conçoit avoir eu une plus grande liberté financière que ce que ses enfants ont actuellement, à pareil âge. «C’est une année hors-norme qu’on est en train de vivre présentement», a-t-elle ajouté.

«C’est assez bouleversant de constater que les besoins sont criants et qu’on n’est pas forcément en mesure de répondre à tout le monde. De savoir que pour certains travailleurs à temps plein, s’ils le font au salaire minimum, ce n’est assez pour arriver à la fin du mois», a quant à elle soutenu Valérie Roberts, à l’Agence QMI.

Guignolée des médias: faire la différence avec fierté
Thierry Laforce / Agence QMI

«C’est sûr que les banques alimentaires ne peuvent pas tout faire, mais au moins agissons sur ce qu’on peut faire», a rappelé l’animatrice qui endosse fièrement son rôle de porte-parole. «Je pense que tous ceux qui peuvent aider doivent le faire. C’est omniprésent. On ne peut pas faire comme si on n’en avait jamais entendu parler.»

Guignolée des médias: faire la différence avec fierté
Thierry Laforce / Agence QMI

Qu’ils soient en argent ou en denrées, tous les dons sont possibles, a rappelé Moisson Montréal. On peut donner des couches, des produits d’hygiène féminine, mais aussi des denrées alimentaires non périssables comme des pattes, du riz, des conserves, du sirop d’érable et tout ce qu’on retrouve à la maison dans le garde-manger. «On peut aller au-delà du maïs en crème et de la canne de petits poids», a soulevé Marie-Claude Barrette.

La guignolée de médias se poursuit officiellement jusqu’au 31 décembre, mais la guignolée elle, est une cause qui dure toute l’année.

Donner par textos, dans les points de dépôt et sur le site internet

  • Pour contribuer, il est possible de texter «NOËL» au 20222 pour un don en argent de 10 $. Sinon, il est possible de donner le montant de son choix sur le site guignolee.ca, et même d’y cibler une région en particulier.
  • Pour faire un don en denrées alimentaires non périssables ou en argent, rendez-vous au Provigo ou au Maxi.
  • La traditionnelle collecte de rue se déroulera pour sa part le jeudi 1er décembre. À Montréal et dans ses environs, 75 points de récolte colorés et animés par 1000 bénévoles en action recevront les dons.
Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.