/entertainment/tv
Navigation

Mercredi: Tim Burton peine à conjurer la noirceur de la Famille Addams

Wednesday
Photo courtoisie, NETFLIX

Coup d'oeil sur cet article

Longtemps confinée à l’ombre de la famille Addams, Mercredi prend aujourd’hui les devants grâce à une nouvelle série Netflix signée Tim Burton. Un mariage parfait... en théorie seulement. Car le résultat s’avère beaucoup moins réussi qu’anticipé.

Difficile de croire que la route de Tim Burton n’avait jamais encore croisé celle de la famille Addams tant leurs univers respectifs sont connexes dans leur propension pour le lugubre, le sinistre et le glauque. Les fans des deux univers se sont donc collectivement réjouis lors de l’annonce de ce projet.

Mais leur joie risque de tourner lentement à la déception au fil des huit épisodes de Mercredi, tous déposés sur Netflix plus tôt cette semaine. 

On y retrouve Mercredi Addams, stoïque et sadique adolescente renvoyée de son école secondaire après avoir libéré un banc de piranhas dans la piscine de l’établissement en plein entraînement de natation. Son expulsion l’enverra illico sur les bancs de l’Académie Nevermore, refuge des jeunes « différents » et ostracisés, où elle côtoiera lycanthropes, métamorphes et autres sirènes.

Intrigue triviale

Évidemment, notre [anti] héroïne aura du mal à s’y faire une place et à entrer dans le moule comme le font si adroitement ses comparses. Et c’est là que Mercredi commence à déraper, enfilant les clichés usuels tout au long d’une intrigue générique, triviale et, par moments, péniblement sirupeuse. 

Les téléphiles verront alors avec horreur le personnage si sombre s’attendrir, voire se dénaturer, pour devenir un clone des héroïnes retrouvées dans n’importe quelle autre série pour adolescents mièvre et banale. 

Heureusement que Jenna Ortega sauve les meubles avec quelques instants fugaces de génie. La jeune actrice, habituée à l’épouvante grâce aux Scream, X et autres Studio 666, insuffle une énergie bien à elle au personnage-titre grâce à sa répartie et, évidemment, son look ténébreux et mutin. 

Mercredi n’est donc pas un échec total, ni d’un point de vue narratif ou visuel. Mais, on aurait facilement pu en faire un petit bijou macabre en poussant le bouchon du glauque et du lugubre beaucoup (beaucoup !) plus loin...


La série Mercredi est disponible sur Netflix.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.