/sports/basketball
Navigation

Classique du Nord: pour l’amour du basketball...

Environ 3000 mordus ont assisté à l'événement, samedi après-midi, à Laval

SPO-BASKETBALL-NCAA
Photo Agence QMI, Joël Lemay Des milliers d’amateurs de basket sont allés à la Place Bell de Laval ce week-end pour assister à la Classique du Nord, où plusieurs équipes universitaires de la NCAA s’affrontent.

Coup d'oeil sur cet article

Même pour les mordus de basketball présents à la Place Bell, les pointages sont secondaires, ce week-end à Laval, dans le cadre de la Classique du Nord. Les spectateurs en ont davantage pour les beaux jeux et pour l’amour du sport.

• À lire aussi: Classique du Nord : des jeunes joueurs de basketball à inspirer

Ils étaient environ 3000, samedi après-midi, et encore un peu plus, en soirée, pour assister aux matchs impliquant six équipes masculines de la première division de la NCAA. L’amateur moyen, jeune ou moins jeune, se rangeait plus souvent qu’à son tour derrière « les bleus », « les blancs », « les noirs », selon la couleur des dossards.

Très peu avaient de sentiment d’appartenance pour Hofstra, Middle Tennessee, Montana State, Quinnipiac, Stephen F. Austin ou encore UNC Greensboro. 

Mais les applaudissements demeurent néanmoins au rendez-vous. 

Ils ont droit à du jeu relevé.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Ils ont droit à du jeu relevé.

Le Grand Montréal aime le basket

« L’atmosphère est fantastique, c’est mieux que ce que j’imaginais », a avoué Speedy Claxton, entraîneur-chef du Pride de l’Université Hofstra, dans l’État de New York, après une victoire de 65 à 53 contre UNC Greensbroro, samedi après-midi.

Évidemment, l’ambiance et la frénésie ne sont pas comparables à ce qui avait entouré le match préparatoire de la NBA, entre les Raptors de Toronto et les Celtics de Boston, le 14 octobre dernier au Centre Bell. Mais quand même, l’intérêt pour le basketball dans la grande région de Montréal ne fait aucun doute.

La joueuse de basketball québécoise Lizannne Murphy, 38 ans, est naturellement venue faire son tour à la Place Bell, à Laval. Elle compte parmi les rares personnes affichant un parti pris, ce week-end. 

Nigel Hawkins, des Lumberjacks, tentait un tir contre Luis Kortright, des Bobcats.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Nigel Hawkins, des Lumberjacks, tentait un tir contre Luis Kortright, des Bobcats.

Une légende québécoise

L’athlète originaire de Beaconsfield a non seulement fréquenté l’Université Hofstra, de 2003 à 2007, mais elle fait partie du Temple de la renommée de l’institution située à Long Island. 

Elle a aussi été une membre importante de l’équipe nationale du Canada, notamment médaillée d’or aux Jeux panaméricains, en 2015, à Toronto.

« Lizanne? C’est une légende, elle était une joueuse extraordinaire à Hofstra, a d’ailleurs réagi Claxton, au moment de l’interroger au sujet de la Québécoise. Je la connais très bien. Elle a même joué un peu avec ma sœur Staceyann. »

Faisant désormais partie du portrait du ballon-panier au Québec, l’Alliance de Montréal, club de la Ligue élite canadienne de basketball, a profité de la Classique du Nord pour inviter différentes équipes de jeunes dans une loge. Dimanche, ce sera au tour des garçons de l’école secondaire d’Anjou.

Croisé à Laval, le boxeur Junior Ulysse est un grand amoureux de basketball. Il était notamment accompagné de son ami Pierre-Watson Henry, entraîneur pour l’équipe masculine des Aigles du Collège Ahuntsic.

« Des événements comme celui-là, il en faut plus, a noté Henry. Ça peut inspirer des jeunes d’ici et les inciter à pousser encore plus fort. »


Trois derniers matchs sont au programme, dimanche à compter de 11 h, dans le cadre de cette première édition de la Classique du Nord.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.