/weekend
Navigation

Émissions: retrouver du réconfort en regardant ces classiques de la télé québécoise

Coup d'oeil sur cet article

Nous gardons tous des souvenirs d’émissions qui ont bercé notre enfance ou forgé notre personnalité. Des émissions que l’on regardait en famille. Qui nous ont émus, qui nous ont fait fondre en larmes parce que trop attachés à ses personnages ou parce que ses enjeux sont venus brasser les nôtres. Ou qui nous ont fait rire et qu’on se repasserait en boucle sans s’en lasser. La télé fait partie de notre quotidien, de nos souvenirs.

• À lire aussi: Le pouvoir infini de la nostalgie

Plusieurs chaînes étrangères généralistes ont une chaîne spécialisée qui carbure à la nostalgie. Sur les plateformes, les vieilles séries pullulent. Au Québec, trois chaînes diffusent actuellement bon nombre de séries d’une autre époque : ICI Artv, Unis TV et Prise 2 qui se consacre exclusivement à la nostalgie. 

«Prise 2 se classe dans les 5 chaînes spécialisées, excluant celles de nouvelles ou de sports, les plus regardées, avance Nathalie Fabien, directrice principale, chaînes et programmation, Groupe TVA. Les parts de marché sont en hausse. On rejoint plus d’un million de téléspectateurs chaque semaine. Même si elle a toujours existé, la nostalgie est vraiment tendance.»

Chaque chaîne possède son ADN. Sur Unis TV, qui s’adresse à la francophonie d’un bout à l’autre du pays, on remarque une forte offre pour les séries jeunesse qui ont marqué les dernières décennies sans être démodées. Pensons à Tactik, Watatatow ou Radio Enfer. On peut aussi y revoir des séries qui rallient les générations, dont Chambres en ville, Les Parent ou Dans une galaxie près de chez vous

Dans une galaxie près de chez vous
Photo courtoisie, Unis TV
Dans une galaxie près de chez vous

À ICI Artv, on sonde régulièrement le public pour connaître ses choix. 

«On teste les téléspectateurs sur nos réseaux sociaux, confirme Dario Leblanc, directeur, planification et gestion de la grille et programmation des chaînes spécialisées de Radio-Canada.­­­ Il y a des séries comme Le temps d’une paix dont les gens ne se tannent pas et qu’on nous redemande dès que les épisodes prennent fin. Les séries dont l’action se déroule à une autre époque suscitent beaucoup d’intérêt. Les belles histoires des pays d’en haut, par exemple, occupent toujours 10 heures sur la grille chaque semaine. Et les gens en redemandent.» On parle d’une série tournée dans les années 1960.

Le temps d’une paix
Photo courtoisie, Radio-Canada
Le temps d’une paix

«Dans l’ADN de Prise 2, on fait place aux classiques de l’humour. On mise sur des séries joyeuses, feel good, réconfortantes, poursuit Nathalie Fabien. Km/h, Catherine, 450, chemin du Golf, Les Boys et plus récemment Les beaux malaises connaissent encore du succès.

450, chemin du Golf
Photo courtoisie, Prise2
450, chemin du Golf

Ce sont des séries qui fonctionnent depuis des décennies, qui provoquent le rire encore et encore. On en a besoin dans l’univers morose dans lequel on vit présentement.»

Remède à l’incertitude

Katharina Niemeyer est professeur à l’École des médias de l’UQAM. Elle étudie depuis longtemps les questions en lien avec la nostalgie dans les médias. Elle a notamment codirigé et coécrit l’ouvrage Nostalgies contemporaines aux Presses universitaires du Septentrion. 

«La nostalgie est cyclique bien qu’elle ait toujours existé. Mais on remarque que la pandémie a intensifié notre intérêt pour la nostalgie parce que le temps était suspendu. En temps de crise, elle nous aide. Ça peut aussi être une réaction au progrès. La nostalgie adoucit le présent en nous rappelant des moments passés en famille ou entre amis. C’est aussi très individuel la nostalgie. Elle ne touche pas tout le monde et ne touche personne de la même façon.» 

En ce sens, Mme Niemeyer fait remarquer que pendant la pandémie même les rendez-vous sportifs étaient tournés vers la nostalgie puisqu’il n’y avait aucun match en temps réel. Un phénomène qui a dépassé largement nos frontières, qui était commun à toute la planète. 

Les émissions d’hier procurent un sentiment de sécurité, de confort. Au-delà de l’émission, ce sont aussi aux circonstances de son écoute qu’on se rattache. On y associe de beaux moments en famille, des blagues ou des références communes. C’est ce qui explique que même 30 ans après sa création, La petite vie cartonne encore le samedi soir, réunissant en moyenne 655 000 téléspectateurs à Radio-Canada. 

«Des phénomènes semblables s’observent­­­ à l’étranger. Chaque pays a sa Petite vie qui rallie les générations, a pu observer Katharina Niemeyer.»

Génération et évolution

Si les émissions des années 1980-1990 figurent parmi les titres les plus populaires, c’est parce que les adultes de 40 ans qui ont des enfants, ados ou jeunes adultes, perpétuent à leur tour une tradition en partageant des séries qui les ont marqués. Ce qui explique le regain de popularité des sitcoms comme Friends ou The Office

Et que faire lorsque ces séries réfèrent à une époque socialement dépassée? Récemment, Netflix a censuré un épisode des Filles de Caleb dans lequel Ovila Pronovost, joué par Roy Dupuis, incarnait un roi mage. Épisode relayé sur les plateformes de la société d’État. 

Les filles de Caleb
Photo courtoisie, Radio-Canada
Les filles de Caleb

«Avant de mettre une série en ondes, on s’assure qu’elle ne contient rien de compromettant, explique Dario Leblanc. Dans certains cas sensibles, on met un panneau expliquant qu’il s’agit d’une représentation sociale et culturelle qui ne sont plus d’aujourd’hui.»

«Il faut être sensible parce qu’on vit à une nouvelle époque, affirme Nathalie Fabien. Nous devons faire attention à ce qui est véhiculé dans nos séries. Mais où on se distingue par rapport à Netflix ou même à TVA, c’est que Prise 2 est une chaîne qui vend des émissions du passé. Les téléspectateurs savent à 100 % ce qu’ils achètent.»

Katharina Niemeyer mentionne toutefois qu’il ne faut pas idéaliser le passé et que les notions de diversité et d’inclusion doivent faire partie de la réflexion lorsque l’on remet en ondes une production. Tous s’entendent pour dire que la nostalgie n’a pas d’âge. Ainsi, les 18-34 ans surperforment sur Prise 2 et sont aussi au rendez-vous sur ICI Artv. Preuve que le passé, même lorsqu’on ne l’a pas vécu, suscite toujours une curio­sité. Et si une émission ravive des souvenirs, il est certain qu’ils s’accompagnent d’une dose d’émotion et de réconfort.

LA PETITE VIE

La petite vie
Photo courtoisie, Avanti Groupe
La petite vie

Créée en 1993 par Claude Meunier, La petite vie est une satire des séries racontant le quotidien d’une famille ouvrière de classe moyenne. Les Paré n’ont connu que quatre saisons et pourtant, 30 ans plus tard, ils continuent à rassembler en moyenne 655 000 téléspectateurs chaque semaine. La petite vie fait partie de notre culture populaire. Qui ne connaît pas le fameux steak-blé d’Inde-patate?

Samedi 18 h 30 sur ICI Télé


10 émissions à suivre sur Prise 2 

  • Km/h

Km/h
Photo courtoisie, Prise2
Km/h
  • Histoires de filles
  • Les Boys
  • Caméra café
  • Catherine
Catherine
Photo courtoisie, Prise 2
Catherine
  • 450, chemin du Golf
  • McGyver
  • Les Pierrafeu
  • La petite maison dans la prairie
  • Les joyeux naufragés 

8 émissions à suivre sur Unis tv 

  • Tactik
  • Watatatow
Watatatow
Photo courtoisie, Unis TV
Watatatow
  • Radio Enfer

Radio Enfer
Photo courtoisie, Unis TV
Radio Enfer
  • Dans une galaxie près de chez vous
  • Chambres en ville

Chambres en ville
Photo courtoisie, Unis TV
Chambres en ville

  • Les Parent
Les Parent
Photo courtoisie, Unis TV
Les Parent

  • Le cœur a ses raisons
  • Les hauts et les bas de Sophie Paquin 

10 émissions à suivre sur ICI Artv 

  • Les belles histoires des pays d’en haut
Les belles histoires des pays d’en haut
Photo courtoisie, Radio-Canada
Les belles histoires des pays d’en haut
  • Le temps d’une paix
  • Moi et l’autre
Moi et l’autre
Photo courtoisie, Radio-Canada
Moi et l’autre

  • Duplessis
Duplessis
Photo courtoisie, Radio-Canada
Duplessis

  • Les Bougon, c’est aussi ça la vie
Photo courtoisie, Radio-Canada
  • La petite patrie
  • Les filles de Caleb

  • Victoria
  • Les oiseaux se cachent pour mourir
  • Shogun (cet hiver)

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.