/entertainment/tv
Navigation

Télé-Nostalgie: Les rendez-vous télé d’Ève Côté

ART-TOURNEE-ECOLE-HUMOUR
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Ève Côté est en rodage pour son premier one-woman-show.

Coup d'oeil sur cet article

Si les week-ends de l’enfance d’Ève Côté étaient surtout associés aux sports, les semaines apportaient leur lot de rendez-vous télé très intéressants. En plus de vivre diverses premières expériences en même temps que les personnages de Watatatow, elle a eu envie d’imiter une infirmière bien connue du petit écran...


Ève, quelles émissions jeunesse t’ont marquée ?

Quand on était jeunes, mon frère, ma sœur et moi, et qu’on arrivait de l’école, c’était évidemment Watatatow qu’on écoutait. Et religieusement Robin et Stella [...] Évidemment, on écoutait aussi religieusement Les Débrouillards. Après ça, il y a eu 4 et demi. Je ne manquais pas un épisode. On l’enregistrait et on l’écoutait à longueur de semaine en attendant le prochain.


Quel souvenir d’enfance compte parmi tes plus beaux ?

Il y avait Les Filles de Caleb. J’étais un peu jeune quand c’est passé pour la première fois, mais j’avais le droit de l’écouter jusqu’à la deuxième annonce. Quand j’étais fine, des fois, c’était jusqu’à la troisième annonce... C’était un gros jeudi ! On savait que c’était une permission particulière.


Étais-tu télévore ou passais-tu beaucoup de temps dehors avec ton frère et ta sœur ?

On était souvent dehors. En arrivant de l’école et jusqu’à ce que mes parents arrivent, c’était pas mal « freestyle ». Après ça, c’était : « Faites vos devoirs et allez jouer dehors. » Le samedi matin, oui, on écoutait la télé, mais on ne passait jamais nos journées en dedans. On allait dans le bois, j’ai fait du patinage artistique et j’ai joué au hockey... Les fins de semaine, c’était plus sportif. Il n’y avait pas de « binge watching » dans ce temps-là.


Y a-t-il un personnage qui t’a influencée ?

Blanche [jouée par Pascale Bussières]. Elle était infirmière et s’était rendue à Montréal pour devenir médecin, mais ils ne l’avaient pas prise parce qu’elle était une fille [...] Blanche était infirmière et ma mère aussi. Je me disais que je pouvais devenir infirmière si je me décidais. Finalement, je suis allée faire un stage d’une journée quand j’étais au cégep et je me suis dit : « Non, je ne pense pas que j’ai l’appel ! »


Y a-t-il un personnage que tu aurais aimé jouer pour les enfants ?

La princesse astronaute [jouée par Pascale Bussières, NDLR], avec son vaisseau spatial qu’elle se construisait, avec Vladimir et Tout-Feu-Tout-Flamme. J’aimais quand son père l’appelait et qu’elle déroulait sa jupe pour qu’elle lui arrive aux chevilles, mais quand elle construisait, elle avait sa jupe plus courte pour être à l’aise pour travailler.


Si on te proposait quelque chose dans l’univers télé jeunesse, l’accepterais-tu ?

Je serais curieuse, mais c’est sûr qu’avec mon passé de Grande Crue, on ne pense pas à moi en premier (rires). Pour quelque chose comme Chat boume, je serais « game », être un personnage pour lequel ça te prend trois heures à te faire maquiller le matin.


Ève Côté conjugue actuellement temps à la radio et spectacles sur scène. La fin de la tournée des Grandes Crues se terminera le 17 décembre à Québec. Elle est aussi en rodage de son premier one-woman-show, Côté Ève, qui sera lancé le 1er février.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.