/opinion/columnists
Navigation

Ukraine : le réveil des mères russes

Coup d'oeil sur cet article

C’était une des choses que Vladimir Poutine redoutait le plus : que les mères de soldats morts ou disparus lui réclament des comptes. 

Il y a quelques semaines, un général américain lâchait le chiffre de 100 000 soldats russes décédés ou gravement blessés en Ukraine. Les mères russes de soldats morts n’ont plus rien à perdre, elles sont donc politiquement dangereuses. Poutine a décidé de rencontrer 17 de ces mères devant les caméras, à sa résidence secondaire des environs de Moscou. Ses paroles, plus ou moins bienveillantes à leur égard, ont été rapportées par les médias russes. La réaction des mères demeure inconnue. Elle ne devait pas rencontrer les hauts standards des réseaux d’information russe... 

1. Quel est le rôle des femmes dans la culture russe ?

Les femmes sont responsables de l’éducation des enfants, en particulier des jeunes enfants. Dans un pays où les guerres ont décimé des générations d’hommes, les femmes sont souvent perçues comme les dépositaires de la mémoire. La littérature russe les dépeint traditionnellement comme les porteuses des grands idéaux sociaux. Les mères sont donc au centre de la famille, en plus d’incarner une sorte d’étalon moral de la société russe. Or, la défense des valeurs traditionnelles de la famille constitue une des pièces maîtresses du projet politique de Poutine. Que les mères retirent à Poutine leur caution morale lui porterait un dur coup. 

  • Écoutez la chronique de Loic Tassé au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio :


2. Qu’est-ce que Poutine a dit aux mères ?

Poutine a dit aux mères de soldats morts qu’il partageait leur douleur à titre personnel et à titre de chef d’État, mais qu’il n’éprouvait aucun regret pour son « opération spéciale ». Il les a aussi enjointes à « se tenir debout devant une hégémonie occidentale arrogante ». Il leur a expliqué que son opération était le résultat de décennies d’humiliation depuis 1991. Il leur a demandé de « ne pas croire ce qui est raconté sur internet ». 


3. En quoi les paroles de Poutine posent-elles problème ?

Poutine aurait préféré ne pas rencontrer ces mères russes. Aucune parole ne peut les consoler. Mais il fallait donner l’impression à l’opinion publique qu’il tenait compte de leurs souffrances. Pourtant, Poutine commet ici plusieurs erreurs. Il oublie que les mères des soldats ne tirent pas leurs principales informations des médias ou d’internet, mais bien plutôt des conversations téléphoniques des soldats avec leur famille. Par ailleurs, justifier une guerre par la revanche ou par un complexe d’infériorité, plutôt que par des intérêts politiques ou économiques concrets, révèle chez Poutine un désarroi politique. 


  • Écoutez la chronique de Loic Tassé au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio :

4. Poutine est-il isolé ?

Poutine n’est pas isolé. Au contraire, il est soutenu par son aile nationaliste qui exige des actions militaires toujours plus violentes. Pour y faire écho, Poutine et d’autres dirigeants russes répètent que l’Ukraine doit être dénazifiée. Il accuse aussi l’OTAN d’avoir pris les commandes de l’Ukraine. Pourtant, rien ne démontre ceci. Au contraire, Volodymyr Zelensky semble bien contrôler la situation. D’ailleurs, comment l’Ukraine pourrait-elle être à la fois gouvernée par des nazis et par l’OTAN ? À moins d’avancer que l’OTAN est elle aussi entre les mains de nazis... 


5. Que pourraient comprendre les mères russes ?

Les mères russes pourraient finir par comprendre que la guerre en Ukraine est une guerre d’agression qui sert uniquement à assouvir les ambitions d’un dictateur. Par effet de contagion, les mères russes pourraient aussi éprouver de la sympathie pour les mères ukrainiennes. Ce serait la fin de la guerre – et de Poutine.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.