/sports/tennis
Navigation

Le Canada remporte sa première Coupe Davis

Coup d'oeil sur cet article

MALAGA, Espagne | Pour la première fois de l’histoire de cette compétition plus que centenaire, c’est sur des joueurs canadiens que la pluie de confettis célébrant les vainqueurs de la Coupe Davis est tombée, dimanche à Malaga.  

• À lire aussi: Ému aux larmes après des années d’efforts

Mené par un Félix Auger-Aliassime au sommet de son art et un Denis Shapovalov qui avait retrouvé sa meilleure forme, le Canada a été couronné vainqueur de la « Coupe du monde du tennis » grâce à un gain de deux matchs à zéro en finale contre la surprenante Australie. 

« Nous avons tous grandi ensemble, en rêvant d'être sur cette scène, de remporter ce genre de matchs, de gagner la Coupe Davis », a lancé le Québécois sur le terrain, après sa victoire décisive face à Alex de Minaur, 24e mondial, 6-3 et 6-4. 

Photo AFP

« C'est la réalisation d'un rêve, a enchaîné le sixième mondial. C'est pour cette raison que nous jouons au tennis. C'est un grand moment pour nous et pour le pays. »

Plus prestigieuse des compétitions en équipe, la Coupe Davis a été disputée pour la première fois en 1900. Treize en plus tard, les Canadiens y faisaient leur entrée. En 2019, avec un Félix et un « Shapo » encore très jeunes, le pays se rendait en finale, perdant devant l’Espagne de Rafael Nadal. 

Et dimanche, Auger-Aliassime, Shapovalov, Vasek Pospisil, le capitaine Frank Dancevic ainsi que les substituts québécois Alexis Galarneau et Gabriel Diallo (qui n’ont pas vu d’action cette semaine) ont contribué à faire du Canada le 16e pays seulement à graver son nom sur l’énorme saladier d’argent. 

Deux victoires convaincantes

Dans une nouvelle formule controversée, qui oppose huit nations dans une phase finale, les représentants de l’unifolié ont battu difficilement l’Allemagne et l’Italie pour atteindre cette ronde ultime face aux Australiens. 

Chaque fois, c’est dans le double décisif, auquel le 100e mondial Vasek Pospisil a grandement contribué, que le Canada a obtenu son billet pour le tour suivant.

Mais contre l’Australie, la raquette de Pospisil est demeurée dans son sac. Shapovalov, 18e mondial, s’est bien repris après avoir perdu ses deux premiers simples de la semaine, écrasant d’entrée Thanasi Kokkinakis, 6-2 et 6-4. 

Photo AFP

Puis Félix, invaincu cette semaine tant en simple qu’en double, a assuré le Canada de sa première Coupe Davis en vainquant de Minaur, dans un match où l’offensive de « FAA » a eu le dessus sur la rapidité de l’Australien. 

Photo AFP

Une fois la balle de match tombée hors des lignes (voir ci-contre), tous les autres joueurs du pays se sont rués sur le gagnant, au son des chants et des trompettes de la quarantaine de partisans canadiens – dont de nombreux employés de Tennis Canada – qui avaient fait le déplacement dans la belle ville d’Andalousie. 

Un moment historique auquel plusieurs fans de tennis au pays n’ont malheureusement pu assister en direct, car le diffuseur international a éprouvé des problèmes de transmission durant le dernier jeu du match... 

« De nombreux obstacles »

Cette première victoire canadienne, c’est une belle leçon de résilience, a rappelé Dancevic, lui-même un ancien joueur, en conférence de presse.

Le Québécois était visiblement très heureux après sa victoire décisive.
Photo AFP
Le Québécois était visiblement très heureux après sa victoire décisive.

« Nous avons fait face à de nombreux obstacles cette semaine, a-t-il rappelé. Nous avons tiré de l’arrière plusieurs fois, mais nous avons continué à nous battre jusqu’à la fin et nous sommes maintenant ici avec le trophée. C’est un moment incroyable. »

Le parcours difficile du Canada jusqu’au titre avait commencé dès le début de la saison, quand, privé de ses gros canons, le pays a été éliminé des qualifications par les Pays-Bas. 

Mais en raison de son rang mondial, l’unifolié a été repêché lors de la disqualification des Russes, les champions en titre.

C’est face à l’Australien Alex de Minaur, 24e mondial, que Félix a été magistral, l’emportant 6-3 et 6-4.
Photo AFP
C’est face à l’Australien Alex de Minaur, 24e mondial, que Félix a été magistral, l’emportant 6-3 et 6-4.

 Puis, grâce notamment aux efforts d’un Félix qui s’était déplacé à Valence pour le deuxième tour, le pays a obtenu en septembre son billet pour la phase ultime.

Jusqu’à en perdre la voix

Contrairement à plusieurs équipes, l’unifolié misait sur une « formation complète » pour ce dernier tour de la compétition. Auger-Aliassime, Shapovalov et Pospisil avaient tous décidé de faire prolonger leur saison pour y participer.

Photo AFP

Le pays était aussi habité par un grand esprit d’équipe, qui a été maintes fois souligné cette semaine. Tous les joueurs se connaissent depuis longtemps et se sont encouragés sur les lignes de côté au fil des matchs. 

Au point où Galarneau en a même perdu la voix. 

« Pour obtenir ce trophée, vous avez besoin d’une grande équipe et d’un grand esprit d’équipe », a relevé Dancevic. 

Photo AFP

« Quelle façon de terminer l’année, a ajouté Pospisil. C’est la Coupe Davis et nous sommes champions. Les champions du monde. »

« Mes jambes m’ont lâché » –Félix Auger-Aliassime

MALAGA, Espagne | Félix Auger-Aliassime s’en souvenait encore très bien plus d’une heure après la rencontre : il a aperçu l’ouverture, à la gauche du terrain. Alex de Minaur était complètement à l’opposé du court. Félix a alors claqué un coup droit long de ligne. L’Australien a eu le temps de s’y rendre, mais il n’a touché à la balle que du bout de sa raquette...

« Après, je l’ai vue dans les airs, a raconté le Québécois en conférence de presse, dimanche. Je me suis dit : “Non, elle s’en va à l’extérieur”. Et mes jambes m’ont lâché ! »

Le jeune prodige a raconté que ses jambes l’ont lâché lorsqu’il a réalisé que la balle finale s’en allait à l’extérieur, concrétisant son triomphe.
Photo AFP
Le jeune prodige a raconté que ses jambes l’ont lâché lorsqu’il a réalisé que la balle finale s’en allait à l’extérieur, concrétisant son triomphe.

C’est ainsi qu’Auger-Aliassime s’est effondré sur le terrain après avoir remporté face à de Minaur le match qui procurait une première Coupe Davis au Canada. 

« Un moment incroyable »

Rapidement, il a été rejoint par toute l’équipe : son capitaine, Frank Dancevic, Denis Shapovalov, Vasek Pospisil ainsi que les substituts, ses bons amis Alexis Galarneau et Gabriel Diallo. 

Euphoriques, ils se sont jetés sur lui, qui était toujours allongé sur le court. 

« De les entendre crier, c’était spécial. Un moment incroyable, vraiment, vraiment spécial, a-t-il souri. On dispute tellement de matchs au fil des années, mais les moments comme ceux-ci, on s’en souvient longtemps. »

Après avoir célébré avec ses coéquipiers, Félix est allé rejoindre son papa, Sam, dans les estrades. Dans une scène touchante filmée par Tennis Canada, on le voit longuement serrer dans ses bras celui qui fut son premier entraîneur, puis essuyer ses larmes.

Un tour du chapeau 

Il lui en a fallu à Félix, des nerfs, pour conclure ce match. « FAA » menait par un bris et pouvait compter sur son excellent service, mais sa première balle l’avait lâché à quelques occasions pendant cette rencontre. 

Dans cet ultime jeu, avec tout le poids de son pays sur ses épaules, il a tiré de l’arrière 0-30. Mais il est remonté, tranquillement. Quitte à reprendre son lancer de balle avant de servir. Puis il a conclu sur ce coup droit que l’Australien a été incapable de remettre en jeu.

Il faut dire qu’Auger-Aliassime commence à prendre l’habitude de jouer avec la pression de faire gagner son équipe. Le sixième mondial l’avait fait face à l’Espagnol Roberto Bautista Agut en début d’année, à la Coupe ATP. 

Puis, en septembre, à la Coupe Laver, sa victoire aux dépens du Serbe Novak Djokovic avait contribué à couronner pour une première fois l’équipe monde. 

En plus de ses quatre titres individuels, FAA aura réussi un tour du chapeau dans les compétitions en équipes. 

« Ce n’est pas pareil de gagner pour soi-même et de gagner avec toute une équipe. En équipe, c’est encore plus spécial », a affirmé Félix.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.