/sports/hockey
Navigation

Enfin le réveil des Sénateurs?

Coup d'oeil sur cet article

Les Sénateurs d’Ottawa ont possiblement trouvé la solution à leurs ennuis sur la patinoire, au grand soulagement de leur entraîneur-chef D.J. Smith qui a fait l’objet de spéculations dans les récentes semaines. 

• À lire aussi: La panne d'Evgenii Dadonov cessera-t-elle?

• À lire aussi: Que faudra-t-il aux Sénateurs?

Avec deux gains d’affilée dans l’Ouest américain, incluant un triomphe de 3 à 2 en prolongation contre les Kings de Los Angeles dimanche, la formation ottavienne peut bâtir sur du concret et espérer des jours meilleurs.  

Même si elle demeure au huitième rang de la section Atlantique de la Ligue nationale avec 17 points, il n’est pas trop tard pour bien faire et en s’inspirant de ses derniers succès, elle pourrait grimper les échelons rapidement.

Au nombre des joueurs qui auront à guider le reste du groupe, Claude Giroux garde la tête froide malgré son but décisif face aux Kings. Son équipe n’avait pas gagné deux fois de suite depuis une série de quatre gains du 18 au 24 octobre et du chemin reste à parcourir. 

La constance est la clé, selon Giroux 

Sauf qu’une domination de 39 à 27 au chapitre des tirs à Los Angeles et du jeu d’ensemble nettement plus solide constituent de la matière sur laquelle il faut construire.

«Si nous n’avons pas eu le résultat espéré, c’est facile de passer à autre chose en continuant nous-mêmes le travail lorsque nous jouons bien et que nous sommes heureux de notre performance après la partie. 

«Par contre, c’est bon de savoir qu’on a joué de la manière souhaitée et qu’on a obtenu ce que nous voulions, car nous savons que ça fonctionne et que nous pouvons accomplir ce qu’il faut. Il s’agit d’être constant et de faire le boulot chaque soir», a-t-il expliqué au site NHL.com.

AFP

Pour sa part, le capitaine Brady Tkachuk est loin d’avoir lancé la serviette. Les Sénateurs accusent un retard de 10 points sur une place donnant accès aux séries dans l’Association de l’Est, mais la lumière pointe au bout du tunnel.

«Les trois quarts de la saison sont à jouer et il y a beaucoup de hockey à disputer. Nous jouons très solidement ces temps-ci. Évidemment, nous aimerions de meilleurs résultats. Néanmoins, il reste une soixantaine de matchs et nous avons confiance. Il y a passablement de temps pour gagner du terrain», a-t-il souligné au quotidien «Ottawa Sun».

Le meilleur à venir? 

À ses dires, il faut s’attendre à davantage de la part des «Sens», qui ont une série aller-retour contre les Rangers de New York à l’horaire cette semaine, soit mercredi au Centre Canadian Tire et deux jours plus tard au Madison Square Garden.

«Il est facile de trouver des excuses et je crois que l’Action de grâce américaine est une date cruciale. Mais on se fiche pas mal des observations de l’extérieur. Nous savons que nous sommes meilleurs que notre position au classement. 

«Il y a eu des matchs et des séquences pendant lesquels nous avons imposé notre jeu et dicté le rythme. C’est donc seulement une question de temps avant qu’on puisse montrer notre savoir-faire.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.