/opinion/columnists
Navigation

Les fous du stade

Les fous du stade
AFP

Coup d'oeil sur cet article

J’avoue que le foot me laisse indifférente. Mon époux anglais, lui, s’emballe pour dix. Mais il ne tente pas de me convaincre de m’y intéresser. Il n’aime pas se battre pour des causes perdues.

J’entendais il y a quelques jours à la radio un de nos fous du foot, qui râlait contre des confrères d’ici qui mettaient en lumière le système politique du Qatar, ce micro-État où l’esclavagisme moderne fait rage. En effet, le Qatar fait venir des esclaves en quelque sorte des pays pauvres du sous-continent pour travailler sur les chantiers de construction dans des conditions révoltantes.

L’émirat, comme d’autres pays musulmans, interdit non seulement les relations homosexuelles, mais toute relation sexuelle avant le mariage. Eh oui ! Un autre spécialiste du sport, qui en bavait sans doute parce qu’il n’avait pas été affecté au Qatar pour la Coupe du monde, déclarait à la radio cette semaine qu’il fallait éviter de politiser le sport. À l’évidence, il avait déjà entendu le président Emmanuel Macron faire cette déclaration hypocrite au début de la compétition.

Probité

Qu’on le veuille ou non, la FIFA n’est pas une organisation aux normes morales élevées. Et le sport professionnel n’a pas comme mission de faire œuvre de catalyseur de la démocratie dans le monde entier.

En fait, peu de pays sont en mesure de faire des leçons, car la pureté démocratique est un idéal avant tout. Il n’en demeure pas moins que ces grands événements sportifs où domine l’argent se produisent dans des pays douteux qui trouvent là une occasion de redorer leur blason.

Non, le Qatar ne fait pas rêver. Pas plus que tous les pays du monde sous régime dictatorial, religieux et antidémocratique.

Oui, les amateurs de foot prennent plaisir à voir leurs héros du gazon briller sur la scène internationale. Mais n’empêche pas certains de se garder une petite gêne. Comme celle de mon confrère, Joseph Facal, qui a bien avoué son péché, celui de céder au charme de ce sport en oubliant momentanément son sens critique qu’il applique avec pertinence quand il s’agit de la politique québécoise ou canadienne.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.