/sports/hockey/canadien
Navigation

Canadiens Nordiques – La rivalité: de précieux souvenirs pour Jean Perron et Michel Bergeron

Série Canadiens Nordiques
Photo Chantal Poirier Jean Perron et Michel Bergeron, qui ont vécu à fond la rivalité Canadien-Nordiques, se sont rappelé de beaux souvenirs, lundi, lors du visionnement de presse de la série documentaire Canadiens Nordiques – La rivalité, à Boucherville.

Coup d'oeil sur cet article

Michel Bergeron a failli s’étouffer avec son maïs soufflé tellement il riait en voyant à l’écran Peter Stastny lors du visionnement de presse de la série Canadiens Nordiques – La rivalité lundi, à Boucherville.

• À lire aussi - Canadiens Nordiques – La rivalité : un moment rempli d'émotions avec Guy Lafleur

Dans le premier épisode diffusé, Stastny résume donc, à sa façon, le premier discours reçu par l’entraîneur-chef à son arrivée à Québec : « la glace est blanche, la rondelle est noire et je veux gagner ».

« Ce sont des souvenirs qui sont imprégnés dans ma tête, beaucoup de nostalgie, beaucoup d’émotions, a commenté Bergeron, après le visionnement. Ces années-là, je les ai vécues à 100 milles à l’heure. »

  • À écouter aussi Gilbert Delorme avec ses anecdotes en entrevue à l’émission de Mario Dumont diffusée chaque jour en direct 15 h 30 via QUB radio : 

Un devoir de mémoire

Nostalgie, sans doute, mais la série Canadiens Nordiques – La rivalité prend également la forme d’un devoir de mémoire. 

« On s’aperçoit qu’il y avait des valeurs différentes d’un bout à l’autre de la province de Québec, a ainsi constaté Jean Perron, ancien entraîneur-chef du Tricolore, qui a ensuite effectué un séjour derrière le banc des Nordiques. Les valeurs de Montréal et celles de Québec n’étaient pas les mêmes. De la façon que les Nordiques avaient planifié leur équipe avec un paquet de francophones, ç’a imposé au Canadien de faire la même chose. 

« Si les Nordiques ne sont pas là, le Canadien reste probablement avec un paquet d’anglos, d’ajouter Perron. Moi, je n’aurais jamais dirigé à Montréal, Jacques Demers non plus. Et Serge Savard n’aurait peut-être jamais été directeur général du Canadien. »

À tout le monde

La série documentaire, dont la productrice est Marie-Claude Morazain, trace un portrait allant effectivement au-delà du hockey.

« On voulait un point de vue qui allait parler à tout le monde, que ce soit au grand public ou aux initiés, vient résumer Nadège Pouyez, directrice générale Stratégie, contenus originaux et convergence pour Québecor contenu. Chaque épisode est ficelé et vise à structurer comme si on le vivait pour vrai. » 

  • Écoutez Réjean Tremblay sur la rivalité Mtl vs Qc en entrevue à l’émission de Benoit Dutrizac diffusée chaque jour en direct 11 h via QUB radio : 

Bettman se « fout » de Québec

Dans un autre ordre d’idée, au moment d’interroger Jean Perron sur la possibilité de revoir un jour un club de la Ligue nationale de hockey à Québec, l’homme de 76 ans a été fidèle à lui-même, franc et direct. 

« Ce serait surprenant parce que le hockey est dirigé par les Américains qui ont de l’argent. Ça leur sort par les oreilles... Eux autres, ils veulent avoir leur joujou et se payer une équipe professionnelle. Gary Bettman [le commissaire de la LNH] est évidemment au courant de tout ça, c’est pour ça qu’il se fout carrément de la ville de Québec. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.