/news/politics
Navigation

Alberta: l’ancien premier ministre Jason Kenney démissionne de son poste de député

Alberta: l’ancien premier ministre Jason Kenney démissionne de son poste de député
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien premier ministre albertain Jason Kenney a annoncé sa démission de son poste de député, mardi soir, en même temps qu’un projet de loi visant à protéger la souveraineté de l’Alberta était déposé à l’Assemblée législative.

• À lire aussi: Des centaines de dollars donnés aux ménages albertains

• À lire aussi: «Convoi de la liberté»: l'Alberta voulait l'aide de l'armée

• À lire aussi: Convoi de la liberté: «des terroristes», selon le maire de Coutts en Alberta

Le politicien, qui a cédé sa place à Danielle Smith en octobre, a expliqué par communiqué qu’il juge, «après une grande période de réflexion et de consultations, que c’est maintenant le meilleur moment pour me retirer de mon poste de député».

Convaincu de démissionner par les militants de son parti qui lui reprochaient ses politiques sanitaires trop fermes pendant la pandémie – bien qu’elles aient été moins drastiques en Alberta que d’en d’autres provinces – à la suite d’un vote de confiance remporté de justesse au printemps, M. Kenney a servi un avertissement à ses compatriotes en annonçant sa démission.

«Peu importe nos défauts ou nos imperfections, le Canada – et, je crois, l’Alberta – fait, de plusieurs façons, envie dans le monde. Ce n’est pas un accident de l’Histoire», a-t-il écrit.

M. Kenney a notamment appelé les Albertains à chérir la démocratie et à travailler au nom du bien commun. «Je crains que notre vie démocratique s’éloigne des débats ordinaires et prudents pour tendre vers une polarisation qui mine nos institutions et nos principes», s’est-il alarmé.

La démission de M. Kenney est survenue dans les minutes suivant le dépôt d’un projet de loi sur la souveraineté de l’Alberta dans un Canada uni.

Ce projet de loi vise notamment à permettre à l’Alberta de passer outre des lois fédérales qui iraient à l’encontre de ses intérêts.

La nouvelle première ministre, Danielle Smith, critique régulièrement l’ingérence du fédéral dans les affaires de la province et estime qu’elle doit s’en prémunir.

L'Alberta introduit un projet de loi pour défendre sa souveraineté

Alberta: l’ancien premier ministre Jason Kenney démissionne de son poste de député
Darren Makowichuk/Calgary Sun/ QMI Agency

L’Alberta a introduit mardi son controversé projet de loi sur la souveraineté de l’Alberta au sein d’un Canada uni qui lui permettra de rejeter les lois fédérales qui iraient à l’encontre de ses intérêts.

Appelés à voter, les parlementaires albertains se sont prononcés en faveur de l’introduction du projet de loi à 65 contre 22.

Dans un discours du Trône, la première ministre de l’Alberta, Danielle Smith, a rappelé les efforts que son gouvernement entend faire pour lutter contre l’inflation et tous les autres sujets qui touchent la population albertaine.

«La hausse de l’inflation a une incidence sur la capacité des Albertains à subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille; notre système de santé est mis à rude épreuve; et nous combattons les ingérences et les excès sans précédent du gouvernement fédéral à Ottawa», a-t-elle dit d’emblée.

Jugé inconstitutionnel par plusieurs, ce projet de loi permettra à la province de rejeter les lois fédérales qu’elle juge contraires aux intérêts de l’Alberta, lui permettant ainsi de s’afficher comme une «nation dans une nation».

«Les Albertains sont de fiers Canadiens et nous aimons beaucoup notre pays. La Constitution canadienne stipule clairement que les gouvernements fédéral et provinciaux sont égaux, chacun ayant ses propres domaines de compétence exclusive», a dit, par voie de communiqué, la première ministre Smith après l’introduction du projet de loi #1.

Ce projet de loi ne se veut pas un pas vers une émancipation de la province, ni une façon de défier la constitution canadienne, mais bien un moyens de protéger la province contre «les lois et politiques fédérales qui sont inconstitutionnelles ou nuisible à notre province, à notre population et à notre prospérité économique», a fait savoir le gouvernement dans ce projet.

«Il est temps de tracer une ligne dans le sable, car les Albertains s’attendent à juste titre que le gouvernement fédéral respecte la répartition des pouvoirs entre le fédéral et les provinces», a mentionné le ministre albertain de la Justice, Tyler Shandro.

Appelés à voter, les parlementaires albertains se sont prononcés en faveur du projet de loi à 65 contre 22.

Dans un discours du Trône, la première ministre de l’Alberta, Danielle Smith, a rappelé les efforts que son gouvernement entend faire pour lutter contre l’inflation et tous les autres sujets qui touchent la population albertaine.

«La hausse de l’inflation a une incidence sur la capacité des Albertains à subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille; notre système de santé est mis à rude épreuve; et nous combattons les ingérences et les excès sans précédent du gouvernement fédéral à Ottawa», a-t-elle dit d’emblée.

Jugé inconstitutionnel par plusieurs, ce projet de loi permettra à la province de rejeter les lois fédérales qu’elle juge contraires aux intérêts de l’Alberta, lui permettant ainsi de s’afficher comme une «nation dans une nation».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.