/misc
Navigation

L'éducation prend l'eau: pendant tout son primaire, mon fils de 12 ans n'a eu aucun prof pour une année complète

Coup d'oeil sur cet article

Sans être flamboyant – et si l’on met de côté la non négligeable saga des purificateurs d’air –, le mandat de Jean-François Roberge a somme toute été bon.

Le réseau était en lambeaux, on a misé sur le fondamental: une valorisation de la profession d’enseignant par des augmentations salariales, le recrutement de spécialistes et un investissement majeur dans les infrastructures...

Malgré ces efforts, on a l’impression que le réseau est encore mille pieds sous l’eau. La nomination de Bernard Drainville arrive donc à un moment crucial. Écoles vétustes et à trois vitesses, manque de personnel enseignant et de soutien, classes bondées, retard d’apprentissage causé par la pandémie, décrochage scolaire... et j’en passe.

L’école publique montréalaise sur le respirateur

Mon fils de 12 ans vient de terminer son primaire dans une école publique de Montréal, où le plafond du gymnase leur tombait un peu chaque jour sur la tête, où pendant ses six années du primaire, il n’a eu aucun professeur pour une année complète. Vous avez bien lu.

Une école entière sur Le Plateau-Mont-Royal a dû être fermée et déménagée deux quartiers plus loin dans Villeray, tellement les travaux à effectuer étaient majeurs.

Le centre scolaire montréalais liquide des actifs immobiliers pour renflouer ses coffres, alors que les écoles débordent et que le prix des terrains pour acheter dans le but de construire de nouvelles écoles ou des CPE explose, et personne ne semble pouvoir empêcher cela.

Et c’est sans parler du principal enjeu que tout le monde met sous le tapis, soit l’école à trois vitesses qui sévit gravement. Si on n’abolit pas le financement public de l’école privée, est-ce qu’il ne devrait pas, minimalement, s’accompagner de l’obligation d’y accueillir des élèves en difficulté en plus grand nombre?

Espérons que le nouveau ministre aura un mandat fort du premier ministre pour secourir l’école publique montréalaise, laquelle survit sur le respirateur artificiel.

Miser sur la base

À l’occasion du discours du trône, le PM énoncera les priorités. Des bâtiments sains, de l’espace suffisant, des professeurs et des spécialistes en nombre adéquat, tout cela doit rester l'objectif principal de l’action gouvernementale.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.