/misc
Navigation

La démocratie recule partout dans le monde... même aux États-Unis

La démocratie recule partout dans le monde... même aux États-Unis
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les médias rapportaient mardi le constat de l’Institut pour la démocratie et l’assistance électorale. Il est net et inquiétant: la démocratie est en recul partout dans le monde, même aux États-Unis.

Vous en doutez encore? Les événements des derniers jours devraient pourtant vous convaincre que les choses ne se déroulent pas normalement au pays de l’Oncle Sam. Si les tribunaux résistent encore et s’emploient à freiner quelques élans, la menace plane toujours et nous aurions tort de croire qu’elle disparaîtra d’elle-même.

Racistes et antisémites chez le président

À une certaine époque, il y a tout juste six ou sept ans, nous n’aurions jamais imaginé qu’un président américain, en exercice ou non, s’affiche ouvertement avec des racistes et des antisémites. 

C’est pourtant un souper surréaliste qui a eu lieu il y a quelques jours à Mar-a-Lago. Invité par Trump, le producteur et rappeur Ye (Kanye West) s’est présenté à la résidence floridienne du 45e président en compagnie du suprémaciste blanc Nick Fuentes.

Lorsque critiqué par les médias et des élus du Parti républicain, Donald Trump, qui avait affirmé précédemment que la rencontre avait été agréable, a précisé qu’il ne savait pas que Fuentes serait présent. 

  • Écoutez l'édito de Luc Laliberté diffusé chaque jour en direct 13 h 43 via QUB radio :

Vous croyez qu’on peut ainsi pénétrer dans la résidence d’un ancien président sans que les services de sécurité soient avisés et que Donald Trump n’en soit pas informé? Il a autorisé la présence de la pire racaille à ses côtés et ce n’est pas encore assez pour que les républicains le discréditent totalement.

Pour vous convaincre du sérieux de la dérive, relisez ce texte sur les invités présents lors du rassemblement de la CPAC au Texas en août dernier

Négationnistes et complotistes

Autre signe troublant: une fois de plus après les élections de mi-mandat, on retrouve des candidats et des électeurs qui refusent de reconnaître la validité des résultats. Les manifestations les plus sérieuses se sont déroulées en Arizona et en Pennsylvanie où des circonscriptions refusent de certifier les résultats. Des preuves de fraudes? Aucune. On prépare le terrain pour la présidentielle 2024...

Sédition

Plus récent développement qui devrait à la fois nous rassurer et nous secouer, la condamnation pour sédition du fondateur des Oath Keepers Stewart Rhodes et d’un autre membre du groupe. 

Si la trahison et les complots pour sédition ont inquiété la jeune république dès 1798 (The Alien and Sedition Acts), 250 ans plus tard, les Américains devraient avoir appris à manifester leur désaccord dans les limites de la loi. 

Après l’annonce du verdict, une citation de l’historien Gregory P. Downs (Université de la Californie) m’est revenue à l’esprit: «When people say this doesn’t happen in America, they reveal their idealism, but also their ignorance. [...] It has happened before. And it can happen again.» L’idéalisme et l’ignorance ne devraient pas nous empêcher de constater que la sédition est possible aux États-Unis. Elle s’est déjà manifestée et elle pourrait le faire encore.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.