/weekend
Navigation

Voici les 25 personnages qui ont marqué vos séries préférées cet automne

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Ce sont d’abord les bonnes histoires qui nous accrochent à une série. Puis, la qualité des personnages, leurs trames, leurs drames. Leurs interprètes aussi. Le vent a soufflé fort encore cette saison pour certains d’entre eux. En ayant droit à des histoires complexes, denses et bien ficelées, ces personnages se révèlent dans une gamme d’émotions. Ils nous choquent, nous émeuvent, nous font rire aussi parfois. La force de leurs drames nous donne envie d’en approfondir la relation. En voici 25 qui se sont démarqués cet automne, dans la douleur dans bien des cas, renforçant notre attachement. 

1. Dominique dans Avant le crash
(Marie-France Marcotte)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Serge Gauvin

Rarement avons-nous vu une femme aussi cassante, séductrice et manipulatrice dans nos séries. Dominique est une carriériste assumée et intransigeante. Son féminisme, elle ne l’applique qu’à elle-même voyant les autres femmes comme de la compétition. C’est ce qu’elle a démontré envers Evelyne (Karine Vanasse). Elle a profité de la vulnérabilité financière de Marc-André (Éric Bruneau) et de la faille de son ambivalence à revenir dans l’arène pour en faire son jouet. Cette relation toxique qu’elle se paye cache une grande solitude et un vertige maladif quand il y a une perte de contrôle. On salue le jeu de Marie-France Marcotte qui se démarque encore une fois dans une proposition atypique. 


2. Valérie dans Ma mère
(Marilyn Castonguay)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Éric Myre

C’est une femme en chute libre. Valérie a toujours été fragile, même si elle se montrait forte. On suppose que la bipolarité non diagnostiquée de sa mère (Chantal Fontaine) a eu un effet ravageur sur l’aînée de la famille. On apprendra plus tard d’autres tromperies dévastatrices. Alors que sa mère a payé sa dette à la société, qu’elle soigne son trouble mental et tente de refaire sa vie, Valérie craque. Elle perd pied. Problème d’alcool, difficulté à s’attacher, problème de jeu compulsif, son manque de contrôle, d’intolérance et sa fuite crient la détresse. Elle perpétue les habitudes de sa mère et refuse de l’admettre. Forcée à une cohabitation avec celle-ci, les affrontements sont puissants. 


3. Sandrick dans Chouchou
(Lévi Doré)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Lou Scamble

L’adolescence est une période de confusion. C’est un moment où l’on teste nos limites. Où l’interdit a quelque chose de sexy. Où l’on se découvre dans notre rapport aux autres. On l’on entre dans le jeu de la séduction. Sandrick n’a pas gagné à la loterie de la vie. Issu d’une famille déchirée, il vit avec une mère alcoolique (Sophie Cadieux) dont il doit fréquemment être responsable. À l’école, il a croisé le regard bienveillant de Chanelle (Evelyne Brochu). Ils partagent d’abord la même passion pour la littérature. Sa douceur tranche probablement avec le regard qu’on lui porte habituellement. Puis les messages sont devenus confus. Et Chanelle s’y est accrochée elle aussi. Ce qui aurait pu être un jeu est devenu une histoire d’amour d’abord torride puis viscérale. Et douloureuse. 


4. Pierre Poirier dans Indéfendable
(Hubert Proulx)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Cette série évolue dans le monde judiciaire et met en lumière des cas hors de l’ordinaire portés par des personnages dont la charge émotive est puissante. On aurait pu d’abord croire que le meurtrier de son frère était dangereux. On découvre plutôt un homme fragile, instable, manipulé. Manipulé par son propre psychiatre. C’est un personnage complexe, aux personnalités, puisqu’il y a dédoublement, complexes. Une trame qui a donné à son interprète des zones allant du silence à la crise, de la folie à la noirceur, jusqu’à un semblant de gratitude lorsque compris. 


5. Huguette dans C’est comme ça que je t’aime
(Marilyn Castonguay)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Bertrand Calmeau

Celle que l’on surnommait l’œil du tigre est devenue l’œil du diable. Mère de famille rangée, Huguette devient une redoutable tueuse l’été venu. Et en cette année de la femme, 1975, elle compte bien prendre davantage de place, même avec un bébé sur les bras. À la tête de l’organisation de Sainte-Foy, sa renommée fait jaser jusqu’à Montréal, où la mante religieuse (Charlotte Le Bon) s’affaire à la faire tomber. Huguette Delisle est confiante, tranchante, sans merci. Une source d’inspiration féministe qui en fait baver à son mari (François Létourneau) ainsi qu’à ceux qui ne savent pas se tenir. Une dure à cuire qui ne manque pas de nous divertir. 


6. Julien dans La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé
(Patrick Hivon)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Club illico

Julien est l’aîné d’une famille dysfonctionnelle qui a éclaté lorsque sa sœur (Julie Le Breton) a été abusée par son meilleur ami. Discret et posé, Julien revient de loin.

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Club illico

 Sa rencontre avec Chantal (Magalie Lépine-Blondeau) l’a fait cheminer et lui a permis de se ranger. Mais la mort de sa mère (Anne Dorval) et le retour en ville de sa sœur ravivent le passé. Il cache visiblement un secret. Son regard nous entraîne dans plusieurs émotions allant du doute à la déception ou l’impuissance. Tout ça en gardant le contrôle sur le reste de la famille et en préservant les apparences. 


7. Audrey dans Audrey est revenue
(Florence Longpré)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Club illico

Vous me direz qu’on parle d’Audrey depuis près d’un an. Mais cet automne, nous y avions tous accès. Elle se démarque d’abord par sa résilience. Par sa force aussi. Et par son absence de vengeance. Plongée dans le coma après un grave accident de la route, Audrey a perdu plus de 15 ans de sa vie. Alors que seule sa mère (Josée Deschênes) croyait encore à un miracle, elle a ouvert les yeux. Sa réadaptation tant physique que psychologique fait preuve d’un grand courage. Sa quête pour comprendre ce qui lui est arrivé aussi. Une trame délicate pour son interprète qui n’a jamais basculé dans le cliché. 


 8. Catherine dans Une affaire criminelle
(Céline Bonnier)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Serge Gauvin

Depuis une quinzaine d’années, Catherine tente de faire innocenter son fils accusé d’un crime qu’il n’a pas commis. C’est David contre Goliath dans une petite ville où tout le monde se connaît et où la police entretient des relations ambiguës avec certaines personnes puissantes. Pendant toutes ces années, Catherine a monté un dossier, pris en note chaque détail, découpé chaque article documentant l’affaire, cherchant la faille. Son grand drame ? Ne pas être crue. Jusqu’à ce qu’on vienne lui donner un peu d’espoir alors qu’elle en devenait complètement folle. 


9. Mireille dans La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé
(Julie Le Breton)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Shayne Laverdière

Quand elle était jeune, Mireille n’arrivait pas à dormir. Elle en profitait pour errer dans les maisons du quartier. Une habitude étrange que sa mère (Anne Dorval) tentait à la fois de taire et de faire cesser. Victime d’une agression, l’adolescente s’est confortée dans des relations sans lendemain puis est devenue thanatologue, préférant la présence des morts à celle des vivants. Il fallait le décès de sa mère pour la ramener dans le patelin familial où les commères reprennent leurs ragots, alors qu’elle laisse planer un certain mystère. Une femme d’apparence froide qui affronte une lourde charge émotive. 


10. Arnaud dans Anna et Arnaud
(Nico Racicot)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Yan Turcotte

C’est assez incroyable d’être capable de rendre si lumineux un personnage au quotidien et au parcours si difficiles. Tout au long de la série, on cultive l’espoir pour ce jeune homme dont une agression a teinté dramatiquement le reste de la vie. Toxicomane, Arnaud vit dans la rue. Il cultive un contact très restreint avec sa mère (Guylaine Tremblay) préférant la quête et la débrouillardise au regard de ceux qui ne comprennent pas son mode de vie et qui le voient toujours comme une victime. Même s’il n’a rien, Arnaud a le cœur sur la main et est toujours présent pour ses compagnons de fortune. Un personnage extrêmement touchant inspiré d’un humain qui doit l’être tout autant et dont on a pris connaissance du parcours. 


11. Jules dans Cerebrum
(Alexis Martin)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par ICI Télé

On l’avait croisé lors de la première saison. Cet ancien patient du Dr Lacombe (François Papineau) a souvent semé le doute sur ses agissements. Coloré et à l’équilibre mental chancelant, Jules tente difficilement de prendre sa vie en main. Il veut regagner la confiance de sa mère (Micheline Lanctôt). Dans cette deuxième saison, quelqu’un joue dans sa tête, le manipule, tente de l’influencer à commettre l’irréparable. C’est à en devenir un peu fou. On sympathise avec lui. 


12. François dans Avant le crash
(Emile Proulx-Cloutier)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Serge Gauvin

L’ambition fait faire des choses parfois bien basses. François en est un bon exemple. Carriériste et arriviste, il veut être au top et négocier les plus grosses affaires du bureau. Il est en couple avec Evelyne (Karine Vanasse), une femme brillante qui évolue dans le même bureau que lui et avec laquelle il a eu un charmant bébé. Ils ont une relation basée sur la domination, même au lit. La promotion, il l’attendait. Mais c’est elle qui l’a eue. Il a alors entrepris une campagne de sabotage. Lorsqu’il est question de job, son regard devient machiavélique. Une dispute titanesque met fin à leur relation. Le spectateur que nous sommes retient son souffle. 


13. Chanelle dans Chouchou
(Evelyne Brochu)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Lou Scamble

C’est l’histoire d’une femme qui mène une vie rangée. Son mari (Steve Laplante) est tendre et dévoué. Ils ont deux enfants. Une belle maison. Elle enseigne le français au secondaire. Un boulot qu’elle aime. Elle anime le club de lecture pour stimuler les ados qui, comme elle, se passionnent pour les belles histoires. Puis, entre Sandrick (Lévi Doré), un gars un peu perdu qui sent la faille et s’immisce tranquillement dans sa vie.

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Lou Scamble

Le jeune homme qu’on veut aider. Mais de cette aide naît une relation aussi passionnelle qu’interdite. Une relation qui va tout ravager et ne laisser personne intact. Ce tiraillement et la complexité de cette relation qui n’aurait pas dû être sont magnifiquement interprétés. 


14. Lily-Rose dans Alertes
(Mylène St-Sauveur)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Pixcom

Elle est passée par une gamme d’émotions cette saison après voir été violée par Manuel Audet (Frédéric Millaire-Zouvi), son nouveau collègue qu’elle a toujours encouragé. Elle a tenté de fermer les yeux sur l’événement et a continué de travailler à ses côtés dans un premier temps. Puis, le mal-être s’est installé. Elle s’est terrée chez elle. À semer l’inquiétude chez ses proches. À penser tout quitter. En changeant de département, elle tente de faire la paix avec le passé. Elle se laisse aimer à nouveau aussi. Mais pourra-t-elle garder encore longtemps le silence sur l’identité de son agresseur ? 


15. Mathilde dans Indéfendable
(Émi Chicoine)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Karl Jessy

Intimidée à l’école et dépressive, Mathilde est restée enfermée chez elle pendant un an. C’est long pour une adolescente qui devrait s’épanouir. Alors qu’elle accepte enfin de sortir, elle prend part à une fête qui tourne mal lorsqu’une autre adolescente est poignardée à mort. Maître McDonald (Sébastien Delorme) doit être fin stratège pour mettre en lumière la vérité. Lors de son témoignage, elle a été d’une grande authenticité. Un témoignage poignant qui aurait même fait pleurer Delorme, impressionné par son jeu. 


16. Elliot dans La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé
(Xavier Dolan)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Club illico

C’est le bébé de la famille. La fameuse nuit où tout a basculé, il n’en a pas eu connaissance. Ou du moins, il a gardé dans le silence ce qu’il pouvait déceler des conséquences. Il n’en est pas moins bancal. Toxicomane, il sort de désintoxication, le corps meurtri et affecté. En plus de traîner son propre passé, il traîne celui de sa famille. Il est touchant, un brin candide, met du cœur dans ce qu’il fait et tente de fuir d’anciens démons, cède quand on lui tend la main. Une tentative de reconstruction sur fond de débandade. 


17.Marc-André dans Avant le crash
(Eric Bruneau)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Serge Gauvin

Poqué, c’est à travers son regard qu’on suit sa chute et celle de ses amis. Marc-André a pris de mauvaises décisions et il est pris en souricière entre son ambition et sa conscience, entre sa nécessité de s’en sortir et les moyens plus ou moins orthodoxes qu’il prend. Eric Bruneau s’est écrit (avec Kim Lizotte-Lévesque) un formidable personnage. Comme il a écrit une belle trame pour Vincent (Benoît Drouin-Germain), qui semble le plus équilibré de la gang, ou la jeune Florence (Irlande Côté), bien mature, trop lucide, et qui caresse ses propres ambitions pour soigner ses vulnérabilités. 


18. Pascal dans Stat
(Normand D’Amour)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Éric Myre

Oncologue et directeur des services professionnels, Pascal St-Cyr est intransigeant et ne semble pas céder devant les requêtes de ses employés. On sait qu’il partage un passé trouble avec son père (Raymond Cloutier). Son caractère fougueux et sanguin tranche avec celui de sa sœur urgentologue, Emmanuelle (Suzanne Clément) que rien ne semble ébranler. En intervenant auprès d’un assaillant qui s’en prenait à une infirmière, il a mérité une poursuite. Pascal est toujours sur la corde raide. Et son père vient de le plonger dans une situation bien délicate en lui demandant l’aide médicale à mourir alors qu’ils avaient coupé les liens. 


19. Guillaume dans Hôtel
(Emmanuel Schwartz)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par TVA

Il est arrogant, imbu de lui-même et vit aux crochets généreux de sa mère (Nathalie Coupal) à qui appartient le chic hôtel. Guillaume Dumont croit que tout lui est dû. C’est sa sœur jumelle qui le dirigeait. Dans sa tête, cette fonction lui revenait. Sa présence crée beaucoup de tension dans l’établissement. Il n’accepte pas que Sarah Joseph, meilleure amie de la défunte, se soit vue offrir le poste. Mais il n’a pas dit son dernier mot et s’est montré en guerre tout au long de la saison. Un personnage antipathique qu’on vient à prendre un peu en pitié. 


20. Ludovic dans Les honorables
(Patrick Huard)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Eve B Lavoie

On ne peut pas dire que la prison lui a permis de mener une vie tranquille. Me Dessureault a jugé de grandes causes et ne s’est pas fait que des amis. En passant du côté des criminels pour avoir voulu venger lui-même sa fille alors que la justice a laissé son assaillant en cavale, il est devenu une proie pour les grandes familles du crime organisé. Après s’être fait enlever, il est devenu l’homme à abattre pour les Chapados et les Cloutier, mais aussi pour Viateur Lajoie (Martin Dubreuil) à qui il a enlevé le fils. Bref, ça a brassé très fort pour l’ex-juge qui peut heureusement compter sur sa famille. 


21. Martin dans Les mecs
(Normand Daneau)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Karine Dufour

Je ne sais pas lequel des quatre compères de cette savoureuse série est le plus pathétique, mais on peut dire que Martin provoque facilement le rire. Alors qu’il cohabite chez Christian avec les deux autres, Martin fait tout pour retrouver le chemin de la vie de couple. Toujours à couteaux tirés avec son ex, Sophie (Nathalie Malette), Martin multiplie les façons de rencontrer des femmes. Se mettre au tennis en est une et provoque des quiproquos assez tordants. Il se veut moderne, dans le coup, et ça ne lui va pas toujours très bien. Pour notre plaisir à nous par contre, c’est une autre histoire ! 


 22. Rémi dans Pour toi Flora
(Marco Collin)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par ICI Télé

Rémi Dumont est un survivant des pensionnats. Il a passé sa vie à essayer de réparer ses plaies. Il a surmonté des tempêtes et se sent prêt à raconter son histoire. Et à retrouver sa sœur (Dominique Pétin) qui a souffert avec lui lorsqu’ils ont été séparés de leurs parents et qui a refait sa vie loin de la communauté. Sensible et résilient, il s’avance avec délicatesse et maladresse vers cette famille qu’il n’a pas connue tout en espérant bâtir des ponts. Un homme bon animé par de belles valeurs qui minimise peut-être le bouleversement qu’il crée auprès de ceux qui avaient choisi de taire ce passé. 


23. Martine dans L’Échappée
(Sophie Bourgeois) 

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par REPO

Si les performances livrées par les jeunes comédiens de L’Échappée impressionnent, c’est le retour de Martine à Sainte-Alice qui a fait jaser. Cette manipulatrice de premier ordre qui s’est avérée être la demi-sœur de Brigitte (Julie Perreault) a fait sa peine en prison. Elle revient alors que Jade (Charlotte Aubin) a survécu aux trapèzes de Jean-Simon (Steve Gagnon) qui a mené à un suicide collectif. Elle revient pour aider Claudie (Kelly Dépeault) qui a écopé des engagements de Jade. Et elle revient certainement pour magouiller encore. 


24. Jean-Michel dans 5e rang
(Frédéric Millaire-Zouvi)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Bertrand Calmeau

C’est un personnage qui attire la sympathie depuis les débuts de la série. Pas trop éduqué, sans classe ni raffinement, Jean-Michel s’est tissé une place à Valmont. S’il a d’abord succombé à la petite criminalité, il s’est vite ravisé en se rangeant du côté de la famille Goulet. Le petit bum qu’il était file son petit bonheur et pourrait reprendre le garage de Paul (Luc Senay). Cette saison, il s’est montré d’autant plus touchant que nous avons rencontré son père manipulateur et son demi-frère qu’il a envie de prendre sous son aile. 


25. Philippe dans Les moments parfaits
(Jean-François Pronovost)

Couple drinking tea, hot chocolate, eggnog or mulled wine and watching tv in warm cozy woolen socks in winter. Woman holding cup of morning coffee in home living room. Sick people with flu or fever.
Photo fournie par Agence QMI

Les histoires de cœur ne sont pas faciles pour Philippe. S’il menait une vie tranquille avec Geneviève, sa flamme pour Nadia (Nadia Kounda) s’est ranimée lorsqu’elle est revenue travailler à ses côtés chez Télécom. Le problème de Philippe, c’est que tout le monde craque pour Nadia. Et que celle-ci a de grandes aspirations. Par peur de la perdre, Philippe a vanté ses talents, pensant convaincre son père d’investir dans son entreprise. Il a surveillé ses arrières alors que son ex est revenu dans le décor croyant la reconquérir. Avec Nadia, Philippe ne se sent pas à la hauteur et même s’il cache son insécurité, il ne peut être tout à fait lui-même dans cette relation.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.