/news/currentevents
Navigation

Facebook Marketplace et Kijiji: les arnaques de bois de chauffage «pire que jamais»

Des fraudeurs volent même l’identité de vraies compagnies pour rendre l’arnaque plus crédible

Nicolas Paquette - Fraude
Photo Nicolas Paquette Nicolas Paquette, propriétaire de la compagnie Le boisé Paquette à Sherbrooke, n'a jamais vu autant de personnes se faire frauder au Québec pour le bois de chauffage.

Coup d'oeil sur cet article

Les faux vendeurs de bois de chauffage n’ont jamais autant arnaqué les Québécois sur les sites de petites annonces, au point où des fournisseurs n'hésitent plus à dénoncer ces fraudeurs sur les réseaux sociaux.

• À lire aussi: Usurpation d’identité: arnaque dénoncée dans le bois de chauffage à Québec

«C’est fou, je n’ai jamais vu ça. C’est pire que jamais cette année et je vous confirme que c’est un fléau. Chaque semaine, des clients me disent avoir été fraudés avant que je leur apporte mon bois», souffle Nicolas Paquette, découragé. 

Nicolas Paquette
Photo Nicolas Paquette
Nicolas Paquette

Le propriétaire de la compagnie Le boisé Paquette, à Sherbrooke, a dénoncé leur stratagème sur Internet. Selon lui, les arnaqueurs mettent d’abord une fausse annonce sur Facebook Marketplace ou Kijiji. Le client tombe dans le panneau et envoie ensuite un dépôt en argent avec un virement Interac par courriel. 

Le hic, c’est que la commande n’est jamais livrée et l'escroc disparaît d’Internet avec son petit butin. Selon nos informations, les montants demandés varient entre 80$ à 500$. 

Nicolas Paquette - Fraude
Photo Nicolas Paquette

«Ça nuit à notre industrie parce qu’ils reprennent les photos et les noms de nos entreprises sur Facebook pour rendre crédibles leurs fausses annonces, tonne M. Paquette. On ne veut pas être associé à ces fraudes-là.» 

Exemple d'entreprises ou d'individus qui ont dénoncé sur les réseaux sociaux les fraudeurs de bois de chauffage au cours des dernières semaines.
Capture d'écran tirée du Facebook de la compagnie Le boisé Paquette à Sherbrooke
Exemple d'entreprises ou d'individus qui ont dénoncé sur les réseaux sociaux les fraudeurs de bois de chauffage au cours des dernières semaines.

Leur nom usurpé

Le Journal a contacté une dizaine de vendeurs de bois de chauffage aux quatre coins de la province. Ils indiquent tous avoir été confrontés à ces arnaques qui se multiplient en ligne. 

Nicolas Paquette - Fraude
Capture d'écran tirée du Facebook de la compagnie Centre du Foyer de l'Outaouais

Nicolas Paquette - Fraude
Capture d'écran tirée du Facebook de la compagnie Bois Franc Sec

Nicolas Paquette - Fraude
Capture d'écran tirée du Facebook de la compagnie Bois de chauffage GBS

«C’est la première fois que ça nous arrive cette année. Un client nous a appelés pour dire qu’il n’avait jamais reçu son bois acheté avec nous sur Facebook Marketplace. J’ai demandé le nom du vendeur et il ne l’avait pas. C’est là qu’il a réalisé avoir été fraudé», soupire Steve Desrochers, propriétaire de D-Bois Express à Rouyn-Noranda. 

Nicolas Paquette - Fraude
Capture d'écran tirée du Facebook de la compagnie D-Bois Express

Réjeanne Pelletier-Borduas, à la tête de Bois de foyer Borduas, a elle aussi été victime des fraudeurs qui ont usurpé le nom de sa compagnie située à Saint-Jean-sur-Richelieu. 

«Je suis tout de suite allé faire une plainte aux policiers parce qu'on ne demande jamais de virements Interac avant la livraison. C’est sûr que ce n’est pas le fun, je ne peux pas croire que des gens font des affaires de même», déplore Mme Pelletier-Borduas. 

Geneviève Martel, copropriétaire d’un fournisseur à Québec, a elle signalé des fraudeurs en septembre dernier pour éviter que d’autres se fassent entourlouper. «Ils utilisent notre nom pour valider leur magouille», s’est insurgée l’entrepreneuse. 

Signalements en hausse

Nicolas Paquette - Fraude
Capture d'écran tirée du groupe Facebook «Bois de chauffage - Achat/Vente au Québec»

De son côté, le Centre antifraude du Canada (CAFC) affirme avoir reçu au moins 22 signalements concernant des arnaques de bois de chauffage en 2022. Il s’agit d’une hausse de six plaintes, en comparaison avec l’année précédente. 

«C’est important de rencontrer le vendeur en personne et de payer en argent comptant le plus possible. Éviter d’envoyer des dépôts pour des produits avant de les voir en personne. C’est aussi important de faire des recherches et d’acheter des produits de vendeurs qui sont connus», met en garde Jeff Horncastle, porte-parole du CAFC. 

Plusieurs corps policiers du Québec ont d’ailleurs confié au Journal que peu de personnes portent plainte à ce sujet.

«Les gens ne veulent pas déranger la police pour ça, ils ont honte ou se disent que ce sont de petits montants. Mais c’est important de porter plainte pour chiffrer le phénomène et avoir de bonnes preuves. Ça peut aussi éviter que d’autres se fassent prendre», insiste l’agent Martin Carrier, relationniste du Service de police de Sherbrooke. 

Le Service de police Ville de Saint-Jérôme a mis en garde ses citoyens sur la fraude de bois de chauffage en septembre dernier.
Capture d'écran tirée du Facebook du Service de police Ville de Saint-Jérôme
Le Service de police Ville de Saint-Jérôme a mis en garde ses citoyens sur la fraude de bois de chauffage en septembre dernier.

On teste les arnaqueurs

Notre représentant s’est mis dans la peau d’un acheteur de bois de chauffage pour tester l’expérience. Plusieurs dizaines d’annonces sur Facebook Marketplace étaient sans l’ombre d’un doute des fraudes venant de l'international. 

Pour les repérer, il suffit de contacter de faux fournisseurs qui affichent leurs prix en euros. D’autres ont des camions avec des plaques d’immatriculation européennes. Certains offrent même du bois de charme, mais celui-ci n’est pas vraiment utilisé comme bois de chauffage au Québec. 

«Nous livrons un peu partout sans problème. Chêne, frêne, charme et même hêtre. Vous voulez lequel?», questionne un faux vendeur qui prétend se nommer Gérard Pinette. 

Rapidement disparus

Le Journal lui a par la suite demandé le nom de sa compagnie et dans quelle ville celle-ci était installée.

De faux vendeurs de bois de chauffage sur Facebook Marketplace disparaissent dans la brume lorsque le Journal pose des questions sur leur entreprise.
Capture d'écran tirée de Facebook Messenger
De faux vendeurs de bois de chauffage sur Facebook Marketplace disparaissent dans la brume lorsque le Journal pose des questions sur leur entreprise.

«Si vous ne voulez pas acheter, ne venez pas nous déranger», écrit M. Pinette, avant de disparaître dans la brume et bloquer notre représentant. 

Ce même scénario s’est reproduit avec deux autres arnaqueurs qui ont supprimé leur compte Facebook après avoir été questionnés sur l’adresse de leur entreprise.

Nicolas Paquette - Fraude
Capture d'écran tirée de Facebook Messenger

COMMENT ÉVITER LES FRAUDES DE BOIS DE CHAUFFAGE?

  • Demander à parler au téléphone avec le vendeur
  • Exigez de voir le bois en personne avant de l’acheter
  • Ne jamais envoyer de virement Interac à un fournisseur 
  • Attendre de recevoir votre livraison avant de payer
  • Les fraudeurs vendent à des prix abusivement bas
  • Faites vos recherches sur la crédibilité de l’entreprise 
  • Les escrocs tenteront de vendre leur bois avec un sentiment d’urgence 

Source : Centre antifraude du Canada, Sûreté du Québec et Service de police de Sherbrooke

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.