/news/currentevents
Navigation

Longueuil: le «bon samaritain» sera plutôt accusé de meurtre armé

Longueuil: le «bon samaritain» sera plutôt accusé de meurtre armé
Elizabeth Laplante/TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

Un homme arrêté jeudi pour en avoir poignardé un autre à mort, le mois dernier à Longueuil, avait au départ feint de ne pas connaître sa victime et d’avoir agi en « bon samaritain ».

• À lire aussi: 48 heures après le meurtre à Longueuil, toujours pas de scène de crime

• À lire aussi: Meurtre à Longueuil: la victime transportée à l’hôpital par un témoin

« C’était deux personnes qui se connaissaient. Ce n’est pas un meurtre aléatoire », a précisé jeudi Jean-François Lapolice, inspecteur à la section des crimes majeurs du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL).

Vers midi, ses collègues ont passé les menottes à Philipp Peter Czaputowicz, chez lui, terrasse Simard, dans l’arrondissement de Saint-Hubert, pour le meurtre de Luc Domingue, 41 ans, survenu le 7 novembre dernier.

Ce jour-là, en début d’après-midi, l’homme de 36 ans a déposé sa victime à l’Hôpital Charles-Le Moyne alors qu’elle était gravement blessée. Elle est morte quelques heures plus tard.

Sur le coup, Czaputowicz aurait raconté tout bonnement aux autorités sur place qu’il ne connaissait pas l’individu, qu’il avait simplement trouvé sur son chemin.

Philipp Peter Czaputowicz.
Photo fournie par le SPAL
Philipp Peter Czaputowicz.

N’en croyant pas un mot, les enquêteurs ont poursuivi leurs recherches. Ils n’ont jamais non plus réussi à corroborer les propos du suspect, considéré à l’époque comme « témoin ».

Puis, en demandant l’aide des citoyens, ils ont rapidement pu établir que les deux hommes criminalisés se connaissaient, et que Czaputowicz serait en fait l’assassin dans cette affaire.

« C’est vraiment une information du public qui a fait évoluer l’enquête et qui nous a permis d’effectuer une arrestation rapide dans ce dossier-là », a affirmé l’inspecteur Lapolice, reconnaissant.

L'inspecteur Lapolice, du SPAL.
Photo courtoisie, SPAL
L'inspecteur Lapolice, du SPAL.

Querelle banale

Au cours des dernières semaines, une scène de crime a été érigée chez le suspect. Des résultats d’analyses auraient alors dissipé tout doute possible.

Selon ce que l’enquête a permis de découvrir, le meurtre par arme piquante aurait eu lieu chez Czaputowicz. 

« Il y aurait eu un coup porté, pas d’acharnement », a poursuivi le policier. Puis, le suspect aurait conduit Domingue à bord d’une Subaru Impreza 2011 noire.

Une banale querelle serait à l’origine du meurtre. Rien ne laisse croire au SPAL que les deux individus étaient reliés à un groupe criminel organisé. 

Jeudi, une autre perquisition a eu lieu à la résidence de Czaputowicz. 

Ce dernier devrait comparaître au palais de justice de Longueuil vendredi sous une accusation de meurtre au deuxième degré. Le trentenaire a des antécédents de violence, d’introduction par effraction et de vol, notamment.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.