/news/society
Navigation

«Twitter Files»: Elon Musk dévoile comment Twitter a enterré l’histoire de Hunter Biden

GERMANY-MEDIA-TESLA-AWARD
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Comme promis, le nouveau propriétaire de Twitter, Elon Musk, a publié vendredi ce qu’il nomme les «Twitter Files» (dossiers Twitter) concernant la «suppression de la liberté d’expression» par le média social, notamment au sujet de l’affaire des courriels de Hunter Biden, fils du président américain. 

• À lire aussi: Kanye West suspendu de Twitter après avoir affiché son admiration pour Hitler

• À lire aussi: La guerre d’Elon Musk contre Apple n’aura pas lieu?

«Ce qui s’est réellement passé avec la suppression de l’histoire de Hunter Biden par Twitter sera publié sur Twitter à 17h HE», a écrit Elon Musk sur son compte, avec le lien vers la page de l’auteur Matt Taibbi.

Ce dernier a publié dans une série de tweets des courriels qui demandaient à des employés du média social de supprimer des publications au sujet de cette affaire.

Rappelons que le New York Post avait publié en octobre 2020 les courriels secrets du fils de Biden, récupérés dans son ordinateur portable abandonné.

«Twitter a pris des mesures extraordinaires pour retirer l'article, en supprimant les liens et en affichant des avertissements indiquant qu'il pouvait être "dangereux". Ils ont même bloqué sa transmission par message direct, un outil jusqu'alors réservé aux cas extrêmes, par exemple la pornographie infantile», a expliqué Matt Taibbi.

Les partis démocrate et républicain seraient ainsi intervenu auprès de Twitter afin de faire retirer certains tweets sur cette affaire. Afin de justifier ce contrôle du fil, Twitter aurait invoqué sa politique de «matériel piraté», selon Taibbi.

S’il est maintenant su que Hunter Biden avait simplement oublié son ordinateur dans un atelier de réparation et qu’aucun piratage n’est en cause, Twitter n’aurait pas eu «le courage de faire marche arrière», d’après les propos d’un ancien employé.

Toujours d’après Matt Taibbi, cette suppression aurait été faite «à l’insu du PDG Jack Dorsey», mais avec «l’ancienne responsable des affaires juridiques, politiques et de la confiance Vijaya Gadde, qui a joué un rôle clé».