/news/society
Navigation

Chemin Roxham: le parcours typique du demandeur du statut de réfugié

Vous voyez cet article car vous êtes connecté.

Article réservé aux utilisateurs connectés. Se connecter

Coup d'oeil sur cet article

 • À lire aussi: Réfugiés: le Québec submergé depuis le tweet de Trudeau

• À lire aussi: Chemin Roxham: hôtel, repas et aide sociale pour les migrants

• À lire aussi: Pourquoi les réfugiés utilisent-ils le chemin Roxham?

Forcés de dormir sur le plancher 

Une fois que leur séjour temporaire à l’hôtel terminé, les demandeurs du statut de réfugiés sont souvent totalement démunis, forcés parfois à dormir à même le plancher, même s’ils touchent de l’aide sociale.

Pour eux, la recherche d’un toit dans la région de Montréal représente tout un défi à cause de la crise du logement. 

« Les seuls logements à prix acceptables qu’ils vont trouver ce seront des logements de mauvaise qualité infestés de punaises de lit, de coquerelles ou de souris », explique Maryse Poisson du Collectif Bienvenue, un organisme montréalais qui fournit des meubles et des vêtements aux familles de réfugiés. 

« Dans leurs appartements, avant qu’on leur vienne en aide, certaines familles dorment par terre sur un drap avec leurs nouveau-nés », ajoute-t-elle. 

Il va sans dire que l’accroissement des passages au chemin Roxham cette année a mis de la pression sur les organismes comme celui de Mme Poisson. 

Sous-financement

Ceux-ci doivent compter sur la charité du public pour recueillir des dons en argent et des articles de première nécessité. 

« On ne voit pas un grand engagement de la part du gouvernement provincial à notre égard. On vit avec un sous-financement chronique », dit Mme Poisson. 

La situation des familles est d’autant plus précaire que leurs membres doivent attendre longtemps avant d’obtenir des permis de travail, ce qui pourrait leur permettrait d’augmenter leurs revenus. 

Détresse humaine

Marjorie Villefranche, directrice générale de la Maison d’Haïti, constate, elle aussi, des « situations de détresse humaine » chez les réfugiés. 

« Face à cela, les organismes communautaires ne reçoivent pas de subventions additionnelles, dit-elle. C’est clair qu’on ne laissera pas tomber les gens, alors on le fait à temps supplémentaire. »

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.