/lifestyle/psycho
Navigation

Comment se libérer de la haine et passer à autre chose

I hate you! Depressed stressful African American female clenched teeth, feels anger because of much work and duties about house, fed up with everything, has quarrel with enemy, poses indoor
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

La haine est une réaction naturelle pour tenter de récupérer de l’estime ou du pouvoir, mais la haine obsessionnelle est un sentiment néfaste. S’en libérer est essentiel à notre bien-être.

«Elle m’avait tellement blessée que je la haïssais avec passion.» «J’étais obsédé par cette trahison et je n’arrivais pas à voir autre chose.»

La haine se démarque des autres réactions agressives. Elle combine une hostilité envers une personne ou un groupe et un ressentiment qui la nourrit. On juge l’autre sévèrement, on lui prête des intentions malveillantes. Parfois, on déshumanise l’autre, on le dénigre, on le ridiculise ou on lui souhaite du mal. 

La haine est souvent associée à un affront personnel (insulte, rejet, humiliation) ou un sentiment d’être une victime (mal traité, opprimé). Les affronts et les frustrations rendent nos circuits cérébraux d’estime de soi hypersensibles. On veut retrouver de l’estime ou du pouvoir. La haine vise à obtenir une réparation, une justice ou une vengeance. Œil pour œil, dent pour dent est un précepte important des anciens codes de justice. 

On aime juger et haïr même quand notre estime n’est pas en jeu. De simples témoignages peuvent nous faire haïr des inconnus s’ils nous font compatir avec les victimes et qu’ils augmentent notre méfiance, nos peurs ou nos préjugés envers ces inconnus. La haine de groupes est souvent issue de frustrations ou d’indignations partagées (ex. : ils parlent trop fort). Ces réactions polarisent les groupes, créant des alliés (Nous) et des ennemis (Eux) inspirant la méfiance et le mépris. Les discours haineux ont un impact élevé parce qu’ils stimulent nos insécurités et nos sentiments de victimes. Ils fournissent de nouvelles excuses de juger les autres sévèrement, ce qui favorise les préjugés et les conflits.

Haïr nous stresse et nous perturbe 

Les conflits font partie d’une chorégraphie sociale normale qui permet à chacun de prendre sa place, d’influencer, d’être écouté et de se défendre. On peut essayer d’atténuer les conflits par la diplomatie ou par le silence, mais ça ne marche pas toujours.

Bien que la haine soit naturelle, à long terme, elle peut facilement devenir une obsession envahissante et faire du tort à notre santé mentale et à celle des autres. Elle nous fait ruminer et chercher de nouvelles raisons d’haïr. Elle perpétue les conflits. Elle nous empêche de penser calmement et de prioriser le bien commun. 

Décrocher et retrouver de l’estime

Après un affront, il faut du temps, du réconfort et de l’estime pour panser nos plaies, calmer notre insécurité et notre haine.  

La haine passagère diminue quand on reprend conscience des bons côtés de l’autre. Quand on tient à l’autre, on peut trouver des prétextes pour reprendre les interactions, comme des intérêts communs (enfants, travaux...) ou des sources de joie (fêtes, réussites...). Même les défis ou ennemis communs (météo, circulation, gouvernement) peuvent nous rassembler.

Quand une haine durable nous hante, qu’on a beaucoup souffert et ruminé, il est plus difficile d’en décrocher. On a souvent développé de l’insécurité, on est devenu plus susceptible ou plus sensible aux manques de respect.  

Pour décrocher, il faut se rappeler ce qui augmente notre estime de soi. Faire des activités qu’on maîtrise bien ou des choses faciles sur notre liste. Aider les autres (mentorat, bénévolat) est aussi une excellente source d’estime. Ça nous rappelle nos talents et notre rôle social. Il faut aussi se réconforter par de la chaleur humaine, de la compagnie ou de l’affection.

Notre haine est une tempête qui veut prendre le contrôle de notre cerveau. Rappelons-nous les autres choses qui sont importantes et qui nous apportent du bien-être.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.