/investigations/justice
Navigation

«La sextorsion est un crime qui tue des gens»

Une mère dont la fille s’est suicidée après avoir été harcelée veut un changement

Vous voyez cet article car vous êtes connecté.

Article réservé aux utilisateurs connectés. Se connecter

Capture d'écran
Capture d'écran J.E Carol Todd, la mère d’Amanda Todd, dans le cadre de son entrevue pour l’émission J.E.

Coup d'oeil sur cet article

La mère d’Amanda Todd qui s’est suicidée après avoir été harcelée sur internet demande un changement dans les lois canadiennes pour mieux lutter contre la sextorsion.

• À lire aussi: «Sextorsion»: «Ils m’ont harcelée à chaque jour» – Émélie

• À lire aussi: «Sextorsion»: les garçons de plus en plus ciblés par des arnaqueurs du web

« Il faut que les gens reconnaissent que la sextorsion est un crime qui tue des gens », a déclaré Carol Todd lorsqu’une équipe de l’émission J.E l’a rencontrée à Vancouver dans le cadre d’un reportage sur les arnaqueurs du web qui font chanter leurs victimes en obtenant d’elles des photos intimes.

Elle suggère que la sextorsion soit incluse dans le Code criminel, ce qui n’est pas le cas actuellement. Au Canada, les sextorqueurs qui s’en prennent à des mineurs sont accusés de leurre.  

De son côté, la Conférence pour l’harmonisation des lois demande au ministère canadien de la Justice de créer une infraction d’extorsion à caractère sexuel en ligne pour sanctionner la sextorsion.  

  • Écoutez la chronique de Karine Gagnon, chroniqueuse politique au JDM et JDQ et aussi directrice adjointe de l'information au Journal de Québec au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio:

En croissance

L’organisme, qui regroupe des avocats de partout au pays, estime que c’est nécessaire, compte tenu de la gravité et de la prévalence croissante de l’extorsion par menace de distribution d’images intimes.

Amanda Todd avait 15 ans en 2012 lorsqu’elle s’est enlevé la vie après avoir été harcelée par Aydin Coban, un résident des Pays-Bas, en Europe.

Amanda Todd
Photo d'archives
Amanda Todd

Durant trois ans, il a utilisé 22 pseudonymes sur quatre plateformes, comme Facebook, pour lui faire vivre l’enfer. Un an et demi après le suicide d’Amanda, son prédateur a été arrêté chez lui, dans une petite localité au sud de Rotterdam. 

Les policiers néerlandais ont retrouvé dans ses ordinateurs les preuves qu’il harcelait plus d’une trentaine d’adolescentes et jeunes femmes de plusieurs pays, dont Amanda Todd.

Il a d’abord subi un procès aux Pays-Bas et a été condamné à 11 ans de prison pour avoir fait de la sextorsion avec la majorité de ses victimes. 

  • Écoutez l'entrevue de Philippe-Vincent Foisy avec René Morin, porte-parole du Centre canadien de protection de l'enfance sur QUB radio:

13 ans de prison

Coban a ensuite été extradé au Canada pour subir un procès en Colombie-Britannique, l’été dernier, où il a été condamné à 13 ans de prison pour le dossier de la jeune Amanda. 

Cela envoie un message clair que les individus, où qu’ils soient sur la planète, sont assujettis à des poursuites s’ils ont commis des crimes sur le sol canadien, a dit Me Jean-Benoit Deschamps du Service des poursuites de la Colombie-Britannique.

C’est aussi un message fort qui démontre qu’on ne peut pas se cacher dans le cyberespace.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.