/opinion/columnists
Navigation

Le Canada, quel pays de fous !

CANADA-POLITICS-HEALTH-VIRUS-PROTEST-INQUIRY
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le Canada n’est plus la « terre de nos aïeux ». Et notre histoire n’est plus vraiment une épopée des plus brillants exploits. C’est un territoire géographique qui veut accueillir des millions d’immigrants venus de partout dans le monde. Sous la gouverne de Justin Trudeau, il a été dépossédé de son âme. Quand les autorités n’arrêtent pas de faire référence aux « territoires autochtones non cédés », il est légitime de se demander à qui appartient la terre canadienne.

En fait, le Canada est un terrain de jeu où s’installent partout des tours de Babel et qui s’apprête à imposer un multilinguisme, pas encore avouable, que le premier ministre Trudeau veut chérir et préserver soigneusement. 

Ouvrons grands nos bras à tous les immigrants, certes, mais sachons que selon la loi du nombre, ils finiront par exiger des services dans leur langue d’origine.

Il est impératif aussi de cesser de porter des jugements sur toutes les dérives culturelles et politiques des citoyens peu enclins à s’adapter à un tronc commun de valeurs. Les valeurs de l’avenir seront imposées alors par des micro-groupes, des militants du genre que l’on connaît déjà et qui réclameront pour eux que l’on transforme les lois d’antan jugées discriminatoires, sexistes et racistes.

  • Écoutez la chronique de Denise Bombardier tous les lundi et vendredi à l'émission de Richard Martineau sur QUB radio:

Symboles nationaux

Comment vivre dans un pays qui souhaite s’affranchir des symboles qui ont contribué à modeler une vision à laquelle les nouveaux citoyens peuvent adhérer sans y avoir été préalablement enracinés ?

Qu’est le Canada aujourd’hui ? Les francophones, que l’on décrivait jusqu’à tout récemment comme un des deux peuples fondateurs, seraient bien naïfs s’ils continuaient à croire à leur survivance d’un océan à l’autre. 

Même si Justin Trudeau cède à un emballement excessif en croyant qu’à la fin du siècle cent millions de Canadiens occuperont le territoire, il est certain que les Québécois francophones seront en voie de disparition.

Toujours plus grand, toujours plus peuplé, tel sera le Canada. Mais toujours moins francophone. Combien de nos descendants parleront français à la fin du siècle ?

Qu’est-ce que c’est qu’un Canada postnational ? Qu’y a-t-il au-delà de la nation ? Juste des individus agglutinés sur un même territoire sans attachement à son histoire.

Écoutez la chronique de Denise Bombardier tous les lundi et vendredi à l'émission de Richard Martineau sur QUB radio:

Destination des immigrants

Peut-on croire que les Acadiens, qui ont si longtemps servi d’alibi moral au Canada, résisteront à une immigration nouvelle multiethnique ? Car il faudra bien installer les immigrants là où existent des structures d’accueil. Où va-t-on expédier les 500 000 nouveaux arrivants par an, selon les rêves de Justin Trudeau ? Dans le Grand Nord, ce territoire de froidure dont les conditions climatiques seraient un défi pour la grande majorité des gens ?

Les décennies à venir s’annoncent catastrophiques en raison de la dégradation continuelle de l’environnement planétaire. Peut-on s’opposer aux grands barrages et aux entreprises qui exploitent les richesses énergétiques du Grand Nord ?

Engoncé dans son éthique actuelle, le Canada ne peut poursuivre sa politique de donneur de leçons au reste du monde.

La liberté individuelle peut-elle avoir la primauté sur toutes les libertés collectives ? À moins d’en faire la référence incontournable, auquel cas le wokisme triomphant sera devenu le temple sacré du Canada, tel qu’il se développe dans la tête de Justin, le prince de la vacuité. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.