/finance/opinion/columnists
Navigation

Les cotisations au RRQ très bientôt facultatives pour les plus de 65 ans

Si les cotisations au Régime des rentes du Québec deviennent bel et bien facultatives pour les plus de 65 ans, les offres d’emploi comme celle-ci, dans la vitrine d’une pharmacie de Montréal, vont devenir beaucoup plus attrayantes pour les aînés.
Photo d’archives, Francis Halin Si les cotisations au Régime des rentes du Québec deviennent bel et bien facultatives pour les plus de 65 ans, les offres d’emploi comme celle-ci, dans la vitrine d’une pharmacie de Montréal, vont devenir beaucoup plus attrayantes pour les aînés.

Coup d'oeil sur cet article

L’une des solutions pour régler, en partie, l’épineux problème de pénurie de main-d’œuvre au Québec repose entre les mains des personnes âgées.  

Et c’est pourquoi le premier ministre François Legault s’est fixé pour objectif de « convaincre des personnes de 65 ans et plus, soit de revenir au travail ou de rester au travail ».  

  • Outre les mesures déjà mises en place pour inciter les personnes âgées à rester actives sur le marché du travail, M. Legault a laissé entendre, lors de son discours d’ouverture de la nouvelle session parlementaire, que son gouvernement va accorder aux travailleurs de 65 ans et plus le libre choix de continuer de cotiser ou pas au Régime des rentes du Québec (RRQ).  

À l’heure actuelle, tous les travailleurs qui gagnent plus de 3500 $, qu’ils aient 18 ans, 65 ans, 75 ans ou plus, sont obligés de cotiser au RRQ. Et ce, peu importe si les 65 ans et plus retirent leur pension de vieillesse et leurs rentes du RRQ.

Engagement de Legault 

Parole de François Legault : « Notre ministre des Finances a déjà mis des mesures, puis là, il va rendre les cotisations au RRQ facultatives. Donc, je pense que ça va être une autre façon d’attirer les personnes de 65 ans et plus. »  

Mon petit doigt me dit que cette nouvelle mesure sera officiellement annoncée jeudi prochain lorsque le ministre des Finances Eric Girard présentera « Le point sur la situation économique et financière du Québec ».  

Si tel est le cas, elle devrait entrer en vigueur dès le mois prochain, c’est-à-dire janvier 2023. 

  • Écoutez la chronique économique de Michel Girard tous les jours dès 7h35 sur QUB radio:

L’économie ?

Concrètement, sachez que la cotisation au RRQ va s’élever à compter de janvier à 12,8 % des gains cotisables, laquelle cotisation est partagée moitié-moitié entre l’employé et l’employeur. Sauf pour les travailleurs autonomes, qui, eux, doivent payer la totalité de la cotisation.  

En 2023, la cotisation maximale au RRQ s’élèvera à 8076,80 $. Ce qui représente un débours de 4038,40 $ pour l’employé et de 4038,40 $ pour l’employeur. Ou la somme totale pour les travailleurs autonomes.  

En retour de cette cotisation au RRQ, les travailleurs de 65 ans et plus ont droit à une rente bonifiée.  

Quoi qu’il en soit...

Le fait de forcer les 65 ans et plus à payer encore des cotisations au RRQ s’ils continuent de travailler... a toujours été perçu par les personnes âgées comme une sorte d’embûche. Du genre, la goutte fiscale qui fait déborder le vase !  

En rendant facultatives les cotisations au RRQ à partir de 65 ans et plus, le gouvernement Legault croit que cela sera suffisant pour inciter nombre de 65 ans et plus à continuer de travailler ou à revenir sur le marché du travail.  

Ces derniers auront l’impression de bénéficier d’un cadeau en ne versant pas de cotisations au RRQ.  

  • Écoutez la chronique économique de Michel Girard tous les jours dès 7h35 sur QUB radio:

Les employeurs apprécieront

Il est évident que cette nouvelle mesure fera également l’affaire des employeurs puisqu’ils n’auront pas à verser leur quote-part au RRQ si l’employé de 65 ans et plus décide de ne plus cotiser.  

Idéalement, il faudrait que l’employeur accepte de verser à l’employé un montant d’argent équivalent à ladite cotisation au RRQ qu’il économisera sur le dos des employés de 65 ans et plus !  

Le bassin

Actuellement, selon les données de l’emploi rapportées par Statistique Canada pour le mois de novembre, il y a 208 800 travailleurs québécois de 65 ans et plus qui occupent un emploi sur le marché du travail.  

Au nombre de 122 500, les travailleurs âgés de 65 à 69 ans représentent à peine 21,9 % des gens de leur groupe d’âge qui restent actifs sur le marché du travail.  

C’est nettement inférieur aux Ontariens de 65 à 69 ans encore actifs au travail, leur taux d’emploi s’élevant à 28,7 %, soit 6,8 points de pourcentage de plus qu’au Québec.  

Pour leur part, les 86 400 travailleurs québécois de 70 ans et plus ne représentent qu’une fraction de 7,2 % de leur groupe d’âge, à comparer à un taux de 7,6 % du côté des Ontariens.  

Si le Québec parvenait à rehausser son taux d’emploi au niveau de l’Ontario, cela permettrait au Québec de recruter 42 200 employés de plus parmi les 65 ans et plus. 

En rendant les cotisations au RRQ facultatives, pas de doute que ce rattrapage sur l’Ontario aura des chances de se matérialiser.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.