/news/currentevents
Navigation

On lui découvre un cancer inconnu après son accouchement

Les spécialistes sont incapables de trouver la souche de sa maladie

Marie-Eve Arsenault
Photo fournie par Marie-Eve Arsenault Marie-Eve Arsenault a pu prendre son fils dans ses bras après son opération pour lui retirer deux masses de la jambe, en octobre dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Une femme de Québec mène un combat acharné contre un cancer métastatique d’origine inconnue découvert peu après la naissance de son fils, qu'elle espère pouvoir voir grandir. 

«De donner la vie, puis de côtoyer la mort en te demandant combien de temps tu vas être auprès de ton enfant, c’est difficile», soupire Marie-Eve Arsenault, contactée par Le Journal.

La femme de 38 ans s’attendait à vivre le parfait bonheur lorsqu’elle a accouché en juin dernier. Après qu'elle eut vécu une grossesse somme toute facile, son fils, Thom-Elliot, a vu le jour en pleine santé.

La nouvelle maman de 38 ans venait tout juste de donner naissance au petit Thom-Elliot lorsqu’on lui a découvert un cancer inconnu.
Photo fournie par Marie-Eve Arsenault
La nouvelle maman de 38 ans venait tout juste de donner naissance au petit Thom-Elliot lorsqu’on lui a découvert un cancer inconnu.

Mais quelques semaines plus tard, elle a dû être hospitalisée pour de la fièvre importante et de l’anémie sévère. Une situation qui s’est aggravée rapidement, malgré la médication et des transfusions sanguines.

«Le déclic s’est fait quand je leur ai dit que je devais aller voir le physio pour des douleurs à la jambe», raconte la conseillère en communication.

C’est à ce moment que les médecins ont passé un scan et qu’ils ont décelé deux masses, dont l’une d’une dizaine de centimètres de diamètre.

Cancer inconnu 

Sous peu, Marie-Eve Arsenault s’est retrouvée sous le bistouri pour qu’on lui retire les tumeurs cancéreuses. La maladie s’était malheureusement déjà frayé un chemin dans le canal lymphatique, créant des métastases sur les ganglions. 

Les médecins ont alors statué qu’il s’agissait d’un cancer de haut grade, mais ils étaient incapables d’en déceler le type.

«Quand ils ont retiré les masses, ils ont envoyé des échantillons à une sommité à Boston. Et même lui n’a pas pu mettre le doigt dessus», explique la nouvelle maman.

Marie-Eve Arsenault espère que le test ADN qu’elle doit passer aux États-Unis lui permettra de trouver un traitement pour passer de nombreuses années au côté de son mari, Michaël Pelletier, et leur enfant.
Photo fournie par Marie-Eve Arsenault
Marie-Eve Arsenault espère que le test ADN qu’elle doit passer aux États-Unis lui permettra de trouver un traitement pour passer de nombreuses années au côté de son mari, Michaël Pelletier, et leur enfant.

Ce dernier spécialiste a toutefois été en mesure de réduire le bassin de cancers potentiellement responsables à deux grandes catégories: les sarcomes et les carcinomes. 

Un traitement combiné de deux chimiothérapies a alors été rapidement amorcé pour tenter une attaque «à large spectre» de la maladie. Mais les résultats sont loin d’être garantis, dans l’impossibilité de cibler la souche. 

Vent d’espoir 

Le dernier espoir de Mme Arsenault réside dans un test ADN qui se fait uniquement aux États-Unis et qui coûte environ 10 000$. Un processus qu’elle entamera dans les prochains jours, grâce à une campagne de financement qui lui a permis d’amasser près de 21 000$. 

«Dans mon cas, on ne parle pas de possibilité de rémission. Mais je pourrais vivre avec le cancer en dormance pendant des années si on peut cibler la bonne molécule», lance-t-elle avec espoir. 

«En attendant, j’essaie de voir le beau côté des choses en me disant que ça me permet de passer plus de temps avec mon fils à la maison», ajoute Mme Arsenault, qui souhaite que son combat permette au moins de faire avancer la recherche pour les prochaines victimes de son cancer inconnu. 

Un tourbillon d’événements 

  • Juin 2022: Accouchement de son fils, Thom-Elliot  
  • Aout 2022: Symptôme de fièvre intense
  • Début Septembre 2022: Découverte d’une anémie sévère découlant de deux masses et de métastases aux ganglions.
  • Fin septembre 2022: Une opération pour retirer les deux tumeurs dans la jambe est nécessaire.
  • Novembre 2022: Dans l’impossibilité de trouver le type de cancer, Marie-Eve Arsenault doit suivre un traitement combiné de deux chimiothérapies simultanément.
  • Décembre 2022: Envoi des cellules de la tumeur primaire dans un laboratoire américain pour un test ADN qui permettra peut-être de découvrir la molécule du cancer à attaquer

Qu’est-ce qu’un sarcome?

  • Un cancer des tissus mous ou osseux 
  • Il existe plus de 50 sous-types pour le sarcome des tissus mous.
  • Près de 300 personnes reçoivent ce diagnostic au Québec par année. 
  • Il représente 1% de tous les cancers nouvellement diagnostiqués chez l’adulte.

Qu’est-ce qu’un carcinome?

  • Un cancer de la peau ou des muqueuses 
  • Il représente au moins 40% de tous les nouveaux cas de cancer au Canada 

Les types les plus fréquents sont les suivants: 

  • le carcinome basocellulaire, qui prend naissance dans des cellules de la couche externe de la peau;
  • le carcinome spinocellulaire, qui est plus susceptible d’envahir la peau en profondeur et de se propager.

Sources: gouvernement du Québec et Société canadienne du cancer

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.