/finance/news
Navigation

Prêts non hypothécaires: de plus en plus de consommateurs manquent des paiements

Coup d'oeil sur cet article

Les défaillances des consommateurs augmentent pour tous les prêts non hypothécaires, surtout les prêts automobiles, pendant que les dépenses de cartes de crédit bondissent de 21,8 %.

• À lire aussi: Prêts hypothécaires: des milliers de personnes au bord du gouffre

• À lire aussi: Peut-être pas la dernière hausse du taux directeur

« La crise financière est visible. Les défaillances dans le secteur des prêts automobiles se rapprochent rapidement des niveaux prépandémiques et sont plus élevées que prévu après six mois », dit Rebecca Oakes, vice-présidente, analyses avancées chez Equifax Canada.  

« Les retards de paiement augmentent surtout pour les prêts autos de moins d’un an », explique Jean-Philippe Saumure, conseiller principal chez Equifax Canada. 

« C’est par exemple le cas de quelqu’un qui a acheté une auto en fin 2021, alors que le prix des véhicules usagés était très élevé. Pour ces prêts, les taux d’intérêt augmentent beaucoup. En conséquence, leur taux de défaillance augmente beaucoup plus rapidement que le reste des prêts autos », dit-il. 

Pour tous les prêts non hypothécaires, les défaillances sont en hausse par rapport aux creux de 2021. Le taux de défaillance du solde non hypothécaire de 90 jours et plus est passé à 0,93 %, comparativement à 0,87 % au troisième trimestre de 2021. 

Une défaillance se produit lorsque le paiement minimum sur un prêt est en retard d’au moins 90 jours.  

Mieux qu’avant la pandémie, mais...

Dans l’ensemble, les cas d’insolvabilité demeurent en deçà des niveaux prépandémiques, mais les propositions de consommateur augmentent rapidement et se rapprochent des niveaux de 2018 et 2019, note Equifax dans son rapport sur les tendances du marché du crédit. 

Ce sont surtout les jeunes consommateurs (35 ans et moins) qui montrent la plus forte augmentation des niveaux de défaillance au 3e trimestre de 2022.  

Par ailleurs, le recours aux cartes de crédit explose, selon le rapport d’Équifax. Les grandes banques ont émis 1,5 million de nouvelles cartes de crédit durant le 3e trimestre, un bond de 22,5 % par rapport à l’an dernier. 

« On s’attendait à ce qu’il y ait un rattrapage suivant la pandémie, mais là on a dépassé le nombre émis avant la pandémie », précise Jean-Philippe Saumure.

L’immigration est un facteur dans cette hausse. 

« Les premières choses dont quelqu’un a besoin en arrivant, c’est souvent un cellulaire et une carte de crédit. Or une carte de crédit, c’est facilement accessible. Mais il faut aussi tenir compte de tous ces gens qui n’avaient jamais eu besoin de cartes de crédit auparavant, mais qui aujourd’hui, ayant des difficultés économiques, se sont mis à faire des achats de tous les jours avec leur carte », dit-il. 

Endettement en forte hausse

D’ailleurs, les dépenses mensuelles moyennes par carte de crédit ont augmenté à près de 2447 $ au troisième trimestre. C’est une augmentation de 21,8 % par rapport à la période prépandémique (2019). 

Quant aux soldes des cartes de crédit, ils se rapprochent des niveaux prépandémiques, avec une hausse de 13,8 % au troisième trimestre de 2022.

UNE MONTAGNE DE NOUVELLES CARTES DE CRÉDIT 

Les grandes banques canadiennes ont émis 1,5 million de nouvelles cartes de crédit au 3e trimestre de 2022, une augmentation de 22,5 % par rapport à la même période, en 2021


En général, la dette de consommation totale a grimpé à 2,36 billions de dollars au 3e trimestre de 2022, une hausse de 7,3 % par rapport à l’an dernier.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.