/news/green
Navigation

Environnement: un «plan nature» attendu depuis longtemps

Alice de Swarte
Photo Clotilde de Swarte Alice de Swarte. SNAP Québec

Coup d'oeil sur cet article

Des organismes en environnement attendaient depuis longtemps un «plan nature» aussi robuste que celui annoncé par François Legault mardi.

• À lire aussi: «Nous traitons la nature comme une toilette», s’emporte Guterres en ouverture de la COP15

«On commence enfin à prendre le pouls de l’urgence d’agir en investissant des fonds», s’est réjoui Cyril Frazao, directeur exécutif de Nature Québec.

«C’est ce genre d’ambitions qu’on voulait entendre dans le contexte de la COP15», a ajouté Alice de Swarte, directrice principale de la Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec). 

Tous deux attendent maintenant des plans d’action précis et chiffrés qui feront une réelle différence pour la biodiversité du Québec. 

Le sud en priorité

Comme le souhaitaient plusieurs organisations, le premier ministre du Québec a fait valoir qu’il se concentrerait sur la création d’aires protégées dans le sud du Québec, après avoir surtout protégé le Nord dans les dernières années.

Une compilation obtenue par Le Journal démontrait cette semaine le déséquilibre flagrant entre les régions.

«La SNAP demande une protection de 30 % au sud du 49e parallèle, sauf peut-être dans les zones très urbanisées», précise Mme de Swarte.

  • Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 8h50 via QUB radio :

L’expertise autochtone

Un autre des axes de ce «plan Nature» sera de mettre à contribution l’expertise autochtone dans la conservation du territoire, notamment grâce aux «aires protégées d’initiative autochtone» (APIA).

«La COP15 serait une belle occasion de passer de la parole aux actes en annonçant la protection de la rivière Magpie. Qui est mieux placé pour protéger du territoire que ceux qui l’habitent?» demande Shanice Mollen Picard, porte-parole de l’Alliance Muteshekau-shipu.

Les Innus militent depuis plusieurs années pour éviter que cette majestueuse rivière de la Côte-Nord ne soit harnachée par Hydro-Québec.

«Et on a toujours eu des bâtons dans les roues», regrette Mme Mollen Picard.

Cette dernière espère que le cours d’eau sera rapidement désigné comme APIA pour démontrer la bonne volonté du gouvernement.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.