/news/green
Navigation

COP15 à Montréal: le SPVM s’attendait à beaucoup plus de manifestants

Coup d'oeil sur cet article

Les craintes des autorités d’un dérapage à la première manifestation sur le climat en marge de la COP15 ne se sont pas matérialisées puisque seulement quelques dizaines de personnes, largement moins nombreuses que les policiers, ont protesté sous la pluie. 

• À lire aussi: «Nous traitons la nature comme une toilette», s’emporte Guterres en ouverture de la COP15

• À lire aussi: COP 15 : Legault réussira-t-il le test du caribou forestier?

• À lire aussi: Un musicien investit plus de 20 000 $ pour son propre spectacle de la COP15

«On était préparé pour qu’il y ait beaucoup de personnes et que ces personnes-là fassent beaucoup de casse par exemple, mais finalement, ils sont arrivés très peu [nombreux]», résume Manuel Couture, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Une cinquantaine de manifestants, pour la plupart masqués et munis de drapeaux noirs et de parapluies, se sont rassemblés à 7h à la Place d’Armes avant de marcher dans les rues du centre-ville en contournant le Palais des congrès, où se déroule la conférence de l’ONU sur la biodiversité.

Ils ont scandé des slogans s’opposant la COP15, mais aussi contre le capitalisme et la police.

La manifestation, qui a duré environ six heures, s’est arrêtée devant le cégep du Vieux Montréal et l’UQAM, où quelques autres personnes se sont jointes, alors que près de 20 000 étudiants étaient en grève à travers le Québec hier pour s’opposer au sommet international.

  • Écoutez la rencontre Martineau-Dutrizac avec Richard Martineau au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio:

La COP15 brièvement perturbée

Les policiers ont cadenassé les entrées du palais des Congrès vers 9h30 en prévision du passage de quelques dizaines de manifestants opposés à la COP15. 

Près d’une centaine de délégués ont ainsi été coincés à l’extérieur pendant près d’une demi-heure, sous la pluie, selon les observations du Journal

Photo Olivier Faucher

«On a une plénière qui commençait à 10h, nous!», s’est emportée une représentante des Seychelles qui participe aux négociations internationales. «C’est ridicule, surtout dans cette température.»

«Ça interfère avec notre capacité à travailler. Je trouve ça très dommage de voir autant de police à ma première COP15», a ajouté Danielle Wendehorst, une jeune déléguée du Arctic Youth Network.

Moins grosse qu’anticipée

La démonstration a donné lieu à quelques scènes plus tendues: des policiers ont empêché les participants de tourner sur une rue, mais après quelques minutes, ils ont choisi d’obtempérer aux consignes et de poursuivre leur chemin.

Selon nos informations, les policiers étaient présents par centaines, dépassant largement le nombre de protestataires. Certains suivaient les manifestants, alors que d’autres étaient positionnés à des endroits stratégiques. Les escouades anti-émeutes du SPVM et de la Sûreté du Québec étaient visibles.

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Dans son bilan, le SPVM fait notamment état d'un méfait de plus de 5000$, soit «une roche qui a été lancée dans une fenêtre», a rapporté Manuel Couture.

Également, un «objet» a été lancé en direction d’un policier, ce qui constitue «une agression armée», poursuit M. Couture.

Le SPVM n’a toutefois effectué aucune arrestation durant la manifestation.

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

«Marchandisation de la nature»

La coalition qui avait comme objectif de «bloquer la COP15» durant cette manifestation, qualifie l’événement de «dangereux et d’inefficace».

«Les rapports de 2020 nous ont dit qu’aucun de ces objectifs [des premières COP] n’a été atteint», résume-t-il.

«Je pense que [la COP15] ça devrait être structuré très différemment et que ça doit être beaucoup plus démocratique, a exprimé William Gillis, venu manifester. Je ne crois pas que les dirigeants dans le monde en font assez et ils ont besoin de pression populaire pour agir.

La grande majorité des manifestants interrogés par Le Journal ont refusé de répondre «aux médias».

- Avec Nora T. Lamontagne, Maxime Deland, Agence QMI

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.