/world/guerre-en-ukraine
Navigation

Risque nucléaire : la pression internationale a fait reculer la Russie, affirme Scholz

POL-VISITE-CHANCELIER ALLEMAND-OLAF SCHOLZ-MONTREAL
TOMA ICZKOVITS

Coup d'oeil sur cet article

Le risque d’un recours à l’arme nucléaire par Moscou dans le conflit en Ukraine a diminué, car la communauté internationale « a tracé une ligne rouge » à la Russie, a estimé le chancelier allemand Olaf Scholz dans une interview parue jeudi. 

• À lire aussi: Zelensky personnalité de l’année du «Time»

• À lire aussi: Poutine assure qu'il n'utilisera l'arme nucléaire qu'en réplique à une frappe ennemie

« Une chose a changé pour le moment : la Russie a cessé de menacer d’utiliser des armes nucléaires », affirme le chancelier dans un entretien au groupe de médias allemands Funke et à Ouest France. Il y voit une conséquence du fait que la communauté internationale, y compris la Chine, « a tracé une ligne rouge » à Moscou sur cette question.

« Pour l’instant, nous avons y avons mis un coup d’arrêt », a ajouté Olaf Scholz, à propos du risque d’une escalade nucléaire.

Le dirigeant allemand estime à cet égard que son récent voyage en Chine a porté ses fruits : « Lors de ma visite à Pékin, le président chinois Xi et moi avons déclaré conjointement que les armes nucléaires ne devaient pas être utilisées. Peu de temps après, les pays du G20 ont réaffirmé cette position ».

Interrogé sur la récente polémique déclenchée par le président français Emmanuel Macron, qui a estimé qu’il faudrait donner des « garanties » à la Russie pour trouver un bon équilibre, une fois la guerre en Ukraine terminée, Olaf Scholz a reconnu qu’à terme la question de l’architecture de sécurité se poserait.

« La priorité est que la Russie mette immédiatement fin à la guerre et retire ses troupes. Il est vrai qu’il s’agit ensuite de savoir comment nous pouvons assurer la sécurité de l’Europe », a-t-il dit.

« Nous sommes bien sûr prêts à discuter avec la Russie du contrôle des armements en Europe. Nous l’avions déjà proposé avant la guerre, et cette position n’a pas changé », a-t-il ajouté.

Après plusieurs menaces de recours à l’arme nucléaire émanant de responsables russes ces derniers mois, M. Poutine a laissé entendre mercredi que Moscou n’utilisera l’arme nucléaire qu’en réponse à une attaque de ce type.

« Nous considérions les armes de destruction massive, l’arme nucléaire, comme un moyen de défense. (Y recourir) est construite autour de ce qu’on appelle la +frappe en représailles+ : si on nous frappe, on frappe en réponse », a ajouté le président russe.

Il a néanmoins relevé que « la menace d’une guerre nucléaire grandit », au regard de la confrontation Russie-Occident autour de l’Ukraine, en rendant responsable les Américains et Européens.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.