/world/usa
Navigation

TikTok accusé par un État américain d’induire en erreur ses utilisateurs

FILES-US-TECHNOLOGY-INTERNET-SOFTWARE-TIKTOK
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le procureur de l’État de l’Indiana aux États-Unis a porté plainte mercredi contre le populaire réseau social TikTok, l’accusant d’induire en erreur les utilisateurs sur la protection des données et sur l’innocuité des contenus proposés aux enfants. 

• À lire aussi: Dolly Parton fait son entrée sur TikTok avec des vidéos hilarantes

L’application connue pour ses vidéos courtes, musicales ou parodiques, fait régulièrement l’objet de critiques de la part des autorités américaines, qui lui reprochent son influence sur les mineurs ou ses liens avec la Chine, sa maison mère étant l’entreprise chinoise ByteDance.

Le procureur général de l’Indiana, Todd Rokita, a déposé deux plaintes. La première accuse TikTok de minimiser auprès de ses utilisateurs basés aux États-Unis la possibilité que les autorités chinoises puissent avoir accès à leurs données personnelles. 

Dans la même veine, le directeur du FBI Christopher Wray avait indiqué en novembre lors d’une audition au Congrès être « extrêmement inquiet » des activités de TikTok dans le pays. 

Et de plus en plus d’États américains interdisent aux fonctionnaires de télécharger l’application sur leur téléphone de fonction, le Texas indiquant par exemple mercredi vouloir prendre des « mesures agressives » contre TikTok.

L’entreprise assure de son côté régulièrement avoir mis en place de protocoles pour ne jamais laisser aux autorités chinoises l’accès aux données de ses utilisateurs basés aux États-Unis.

Dans une seconde plainte, le procureur de l’Indiana accuse le groupe de tromper les mineurs et leurs parents en affirmant que l’application « ne contient que des contenus à caractère sexuel, des blasphèmes ou des références aux drogues de façon +peu fréquente+ ou +modérée+ alors qu’en réalité l’application regorge d’exemples extrêmes de ce type de contenu », selon un communiqué transmis par ses services.

« Au minimum, l’entreprise doit dire la vérité à ses utilisateurs sur l’adéquation de son contenu à l’âge et sur l’insécurité des données qu’elle collecte », commente le procureur dans le document. « Nous espérons que ces poursuites obligeront TikTok à se montrer honnête et à changer ses habitudes », y ajoute-t-il.

La société n’a pas voulu commenter directement sur les poursuites du procureur. 

Elle a toutefois assuré dans un message à l’AFP qu’elle intégrait « le bien-être des enfants dans ses programmes » et indiqué être « convaincue d’être sur la bonne voie » dans ses négociations avec le gouvernement américain sur les préoccupations en matière de sécurité nationale.

Une coalition de huit États américains a annoncé en mars avoir ouvert une enquête sur les algorithmes et les méthodes de marketing de TikTok, lui reprochant d’inciter les enfants à y passer toujours plus de temps et donc de nuire à leur santé mentale.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.