/sports/hockey/canadien
Navigation

Visite des joueurs du Canadien dans les hôpitaux: Cole Caufield attristé par le décès d’Étienne

Le jeune partisan avait visité le vestiaire il y a un mois

coleetienne
Photo fournie par Félix Séguin Cole Caufield posait avec le jeune Étienne, le 19 novembre, dans le vestiaire.

Coup d'oeil sur cet article

La vie est parfois injuste. Injuste quand un enfant, grand partisan de hockey, meurt à quelques jours de la visite annuelle du Canadien dans les hôpitaux. Injuste surtout quand un garçon décède à seulement 13 ans comme ce fut le cas pour Étienne. 

• À lire aussi: Visite des joueurs du Canadien dans les hôpitaux: des yeux brillants chez les jeunes patients

• À lire aussi: Une tradition de plus de 50 ans

Les joueurs du CH ont apporté un léger baume, jeudi, sur les douleurs que vivent les jeunes patients du CHU Sainte-Justine, de l’Hôpital de Montréal pour enfants ainsi que de l’Hôpital Shriners. Ils ont mis des sourires dans les visages et distribué quelques cadeaux. Mais Étienne n’était pas là...

Atteint d’une leucémie aiguë lymphoblastique, le jeune garçon poursuivait son courageux combat, le mois dernier, quand il a eu l’occasion de visiter le vestiaire du Tricolore. Sa rencontre avec l’attaquant Cole Caufield, son joueur préféré, l’avait particulièrement marqué. Et le sentiment fut partagé par l’athlète.

«C’était une expérience incroyable de le rencontrer, a témoigné Caufield, jeudi, bien au courant du récent décès de son grand partisan au moment de visiter le CHU Sainte-Justine. C’est une situation très difficile et j’étais heureux, à ce moment-là, d’être là avec lui et sa famille. Mes pensées les accompagnent.» 

«Un privilège»

Étienne jouait lui-même au hockey, au niveau pee-wee AA, quand il a été frappé par la maladie en mai 2021. 

«Si je peux prendre ne serait-ce que cinq minutes pour passer du temps avec un enfant malade, je sais que ce sont des moments précieux pour la famille et c’est un privilège pour moi de le faire», a ajouté Caufield.

Le gardien québécois Samuel Montembeault avait aussi eu l’occasion de croiser le jeune Étienne, en novembre, durant sa visite du vestiaire.

«J’avais eu la chance de lui parler un petit peu et c’est vraiment triste, a réagi Montembeault. On ne souhaite ça à personne et ça rappelle l’importance de donner des sourires aux enfants durant notre visite.»

Le triste destin d’Étienne rappelle aussi l’importance de donner pour aider à la recherche afin de développer de nouveaux traitements. 

Dans les 30 dernières années, le taux de guérison est passé de 30 à 80 % pour les cancers pédiatriques. Or, chaque enfant qui meurt demeure encore une injustice de trop.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.