/opinion/columnists
Navigation

Guerres et ventes d’armes, des affaires en or

Coup d'oeil sur cet article

Les États-Unis ont obtenu la libération de la basketteuse vedette Brittney Griner en échange du Russe Viktor Bout, surnommé « le marchand de mort ». D’autres mériteraient beaucoup plus que lui ce titre. Il n’était qu’un participant lilliputien dans le trafic d’armes mondial qui s’est accru de 19 % entre 2015 et 2021.

SIPRI, l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, vient de publier son analyse annuelle des ventes de matériel militaire dans le monde.

On y apprend que les ventes des 100 plus grandes entreprises d’armement et de services militaires ont augmenté de 1,9 % en 2021. Les principaux producteurs d’armes sont, en ordre de grandeur : les États-Unis, la Chine, le Royaume-Uni, la France, la Russie, l’Italie, Israël, l’Allemagne, le Japon et la Corée du Sud.

Les 40 compagnies américaines inscrites sur la liste de SIPRI ont réalisé des ventes de 299 milliards de dollars américains, soit plus de 50 % du total mondial en 2021. Les cinq plus grandes sont dans le domaine aérospatial : Lockheed Martin, Raytheon Technologies, Boeing, Northrop Grumman et General Dynamics.

Une seule entreprise du top 100 est canadienne. CAE de Montréal, un leader mondial des simulateurs de vol, s’est classée en 80e position (en hausse comparativement à la 99e position en 2020) avec des ventes militaires de 1,28 G$ US.

  • Écoutez la chronique de Normand Lester à l'émission de Richard Martineau via QUB radio :

La COVID, l’Ukraine et des armes

Le rapport de SIPRI note que les fabricants d’armes ont été confrontés à des problèmes de main-d’œuvre et de chaîne d’approvisionnement en raison de la pandémie.

Six entreprises russes font partie du top 100, avec des ventes de 17,8 G$ US en 2021, une augmentation insignifiante de 0,4 % par rapport à 2020. Certaines parmi elles ont enregistré les plus fortes baisses des ventes d’armes à l’étranger.

Selon SIPRI, la stagnation de l’industrie russe de l’armement s’explique par les sanctions imposées à la Russie – à cause de son invasion de l’Ukraine – qui ont réduit son accès aux semi-conducteurs, des éléments essentiels des équipements militaires.

Mais en Occident l’avenir est prometteur. Des dizaines de milliards de dollars d’armes et de munitions ont déjà été fournis à l’Ukraine. SIPRI estime qu’il faudra des années à certains des principaux producteurs d’armes pour répondre à la demande créée par la guerre.

Le Royaume-Uni continue d’être le pays européen en tête de liste avec huit entreprises totalisant des ventes de 40,4 G$ US. Les cinq entreprises françaises de la liste ont des ventes en hausse de 15 % pour atteindre 28,8 G$ US.

Israël vend des armes aux pays arabes

Trois sociétés israéliennes figurent dans la liste de SIPRI. Le plus important fabricant d’armes israélien, Elbit Systems, avec des ventes de 4,8 G$ US, vient de s’installer aux Émirats arabes unis – qui sont, avec Bahreïnm, les principaux acheteurs de matériel militaire israélien.

Depuis la signature des accords d’Abraham avec les pays arabes il y a deux ans, Israël a obtenu d’eux des contrats d’armement d’une valeur de 3 milliards de dollars.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.