/news/consumer
Navigation

Hausse inquiétante de commerces refusant l’argent comptant

Coup d'oeil sur cet article

Les défenseurs des droits des consommateurs déplorent une hausse inquiétante d’entreprises au Québec qui refusent l’argent comptant après avoir abandonné ce type de paiement durant la pandémie. 

«Ça nous préoccupe parce que les plus grands utilisateurs de l’argent comptant sont les gens défavorisés économiquement et ça les exclut», dénonce Alexandre Plourde, avocat et analyste chez Option consommateurs. 

  • Écoutez l'entrevue avec Me Alexandre Plourde, avocat et analyste chez Option consommateurs à l’émission de Richard Martineau via QUB radio :

Selon lui, les Québécois à faible revenu, les personnes âgées, les individus moins scolarisés et les itinérants sont ceux qui dépendent le plus des paiements en espèces pour réaliser des achats.

«C’est pas marginal de payer en argent comptant. Il y a aussi beaucoup de gens qui n’ont juste pas de compte bancaire, qui préfèrent ne pas laisser de traces de certaines transactions ou qui veulent avoir un moyen fiable de payer en cas de panne ou d’attaque informatique. C’est leur droit», soutient l’avocat. 

Rappelons qu’une panne majeure du réseau de Rogers avait entraîné l’impossibilité de faire des achats par débit durant toute une journée en juillet 2022, au grand dam des commerçants et de leurs clients.

La Beignerie, sur Le Plateau-Mont-Royal à Montréal, refuse aussi tout paiement en argent comptant dans son commerce.
Photo Francis Pilon
La Beignerie, sur Le Plateau-Mont-Royal à Montréal, refuse aussi tout paiement en argent comptant dans son commerce.

De plus en plus nombreux

Option consommateurs surveille depuis des années les compagnies au Québec qui abandonnent le paiement en espèces. Selon Alexandre Plourde, la liste s’est bel et bien allongée en 2023. 

Le Journal s’est donc rendu lundi au Quartier Dix30, à Brossard, pour confirmer cette tendance. Au moins deux entreprises refusaient le comptant, soit la boutique de vêtements Jack & Jones et la chaîne DavidsTea. Des affichettes ont été installées devant les caisses en ce sens.

Le magasin Jack & Jones, dans le Quartier DIX30 à Brossard, interdique à sa caisse qu'«aucun paiement en espèces» n'est accepté.
Photo Francis Pilon
Le magasin Jack & Jones, dans le Quartier DIX30 à Brossard, interdique à sa caisse qu'«aucun paiement en espèces» n'est accepté.

«Nous avons pris la décision, dans le cadre de nos protocoles COVID-19 en 2020, de passer entièrement au numérique afin d’offrir l’expérience la plus efficace possible en boutique et de réduire les contacts de main à main», confirme dans un courriel Sarah Vincent, porte-parole de DavidsTea. 

Tous les magasins David's Tea du Québec, comme celui-ci à Brossard, n'acceptent pas l'argent comptant. «Bye Bye comptant», indique leur affichette.
Photo Francis Pilon
Tous les magasins David's Tea du Québec, comme celui-ci à Brossard, n'acceptent pas l'argent comptant. «Bye Bye comptant», indique leur affichette.

Surtout dans les restos

À Montréal, notre représentant a constaté que plusieurs boutiques, mais surtout des restaurants, refusent tout paiement en espèces. C’est le cas de la boulangerie La Beignerie, la pizzéria Fugazzi ou encore les comptoirs à salades Mandy’s. 

Fugazzi Pizza, à Montréal, n'accepte que les paiements par carte.
Photo Francis Pilon
Fugazzi Pizza, à Montréal, n'accepte que les paiements par carte.

«On n’a juste arrêté de prendre cash à cause de la COVID et ce n’est jamais revenu», explique une employée de chez Mandy’s, derrière son comptoir installé dans le Vieux-Montréal. 

Les restaurants Mandy's, situés dans le Grand Montréal, avertissent leurs clients que l'argent comptant est refusé dès qu'ils mettent les pieds dans un de leurs commerces.
Photo Francis Pilon
Les restaurants Mandy's, situés dans le Grand Montréal, avertissent leurs clients que l'argent comptant est refusé dès qu'ils mettent les pieds dans un de leurs commerces.

Photo Francis Pilon

Une commerçante, qui a préféré taire son nom par crainte de représailles, a d’ailleurs avoué au Journal que «certaines personnes s’enflamment rapidement» à ce sujet. Pour sa part, elle n’accepte pas le comptant surtout pour des raisons de sécurité. 

«Nous ne voulons pas vulnérabiliser nos employés en les obligeant à avoir de l’argent sur eux et nous ne voulons pas avoir à nous inquiéter de la présence d’argent dans le local», se défend cette entrepreneuse. 

Notons que les transporteurs suivent aussi cette tendance. La Société de transport de Montréal (STM) a en effet abandonné l’argent comptant dans ses loges de stations de métro en février 2022. Du côté de VIA Rail, seules les cartes bancaires sont acceptées à bord de leurs trains. 

L’argent comptant n’est plus accepté dans les loges du métro de Montréal depuis février 2022.
Photo Agence QMI, Charles Mathieu
L’argent comptant n’est plus accepté dans les loges du métro de Montréal depuis février 2022.

Est-ce légal?

Alexandre Plourde, avocat chez Option consommateurs, insiste pour que le gouvernement fédéral agisse rapidement pour forcer les entreprises à accepter le comptant. 

«La loi est désuète et reste incertaine pour savoir si les commerçants peuvent ou non refuser l’argent comptant. En gros, si le commerce met un écriteau clair et visible qu’il refuse l’argent comptant ou s’il met une clause dans un contrat en ce sens, ça pourrait être légal dans ces circonstances», résume Me Plourde.

Constat similaire pour Laurence Marget, directrice générale de la Coalition des associations de consommateurs du Québec (CACQ). 

«Le gouvernement doit changer la loi pour que ça soit interdit de refuser le paiement en espèces. Si jamais les commerçants qui vendent des biens essentiels, comme les pharmacies ou les épiceries, refusent les paiements comptants, ça serait catastrophique», s’inquiète Mme Marget. 

Les complotistes s’en mêlent

La CACQ note que plusieurs personnes veulent payer en argent pour éviter les fraudes bancaires, mais aussi pour que certaines transactions restent anonymes. On pense ici à des achats à la Société québécoise du cannabis (SQDC) par exemple. 

«Il y a des complotistes entre guillemets qui disent sur internet que l’argent comptant va complètement disparaître et que c’est pour mieux les retracer. D’autres partagent de fausses informations à ce sujet. Il faut faire attention et faire la part des choses, sans tomber totalement dans le complot», prévient Laurence Marget. 

L’Agence France-Presse a notamment publié un article à ce sujet le mois dernier où des conspirationnistes partageaient de fausses thèses selon lesquelles l’argent comptant allait disparaître sous peu de nos sociétés modernes.

«Si cette thématique est récurrente, c’est aussi qu’elle s’insère bien dans une grille de lecture complotiste, selon laquelle une société sans comptant serait synonyme d’un contrôle total par les autorités», peut-on y lire. 

DES ENTREPRISES D’ICI REFUSANT L’ARGENT COMPTANT:  

  • DavidsTea 
  • Jack & Jones 
  • Mandy’s  
  • La Beignerie 
  • Fugazzi Pizza 
  • La STM (dans ses loges de métro) 
  • VIA Rail (dans ses trains)  

POURQUOI PAYER ENCORE COMPTANT? 

  • Seuls moyens à la disposition de certaines personnes défavorisées  
  • Éviter la fraude de cartes bancaires 
  • Empêcher de retracer une transaction  
  • Vouloir diminuer ses frais bancaires 
  • Mieux contrôler son budget en voyant l’argent dépensé 
  • Toujours accessible en cas d’attaque ou de panne informatique  

*Source : Option consommateurs

LE PAIEMENT EN ESPÈCES AU CANADA, EN BREF:  

  • Le nombre de transactions en espèces a diminué de 62% au cours des cinq dernières années 
  • 10% des paiements sont toujours faits en argent comptant 
  • L'argent liquide est le quatrième mode de paiement le plus utilisé  
  • La valeur moyenne des transactions en espèces est de 29$   

*Source : rapport de Paiements Canada publié en 2021

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.