/sports/opinion/columnists
Navigation

Où étaient donc ces gros bucks?

Chronique Campeau 14 janvier
Photo fournie par Patrick Campeau Imaginez la surprise pour Cheryl Keenan lorsqu’elle a vu ce King Kong apparaître à portée de tir dans le secteur de Martin-La-Mer. Localisé au sud, en bord de mer, les chevreuils y migrent quand la neige s’y accumule.

Coup d'oeil sur cet article

L’île enchantée, considérée comme la plus giboyeuse au Québec, ne cessera jamais d’étonner par sa résilience, sa capacité de régénérescence et de production de beaux spécimens.

• À lire aussi: Pêche blanche: trucs et astuces

Lorsqu’on s’offre un forfait à Sépaq Anticosti, c’est pour y vivre une aventure dépaysante où les cerfs de Virginie sont vraiment à l’honneur. À cet endroit, réputé comme la plus grosse pourvoirie de chevreuil au monde, les invités peuvent se lancer aux trousses des cervidés dans des secteurs d’une taille moyenne de 100 à 150 km2 où la densité se situe entre 12 et 15 bêtes au km2. 

Les bois palmés de ce monstre animent encore les rêves de Christian Ross. Il l’a intercepté dans la forêt mature de l’Étang-Chicoine à proximité de parcelles en régénération récente.
Photo fournie par Patrick Campeau
Les bois palmés de ce monstre animent encore les rêves de Christian Ross. Il l’a intercepté dans la forêt mature de l’Étang-Chicoine à proximité de parcelles en régénération récente.

Cinq vérités 

Le cerf Menier, comme on le surnomme, est généralement de 10 à 20 % moins corpulent que ses congénères du continent. 

La profondeur de la forêt anticostienne est beaucoup moins sollicitée que la proximité des routes et des sentiers. L’arrière-pays abrite de gros cervidés qui ne demandent pas mieux que de jouer à cache-cache.

Le coffre et les bois de ce prétendant sont impressionnants. C’est au lac Martin que Mario Turmel a prélevé cette belle bête.
Photo fournie par Patrick Campeau
Le coffre et les bois de ce prétendant sont impressionnants. C’est au lac Martin que Mario Turmel a prélevé cette belle bête.

La chair de ces mammifères est drôlement plus savoureuse que celle de chez nous, car ils ne consomment pas de cèdre, ce qui donne souvent un goût âcre à la venaison.

Lors de son séjour à La Loutre 2, Dany Thériault, que l’on voit avec et sans barbe, a déjoué non pas un, mais bel et bien deux dominants.
Photos fournies par Patrick Campeau
Lors de son séjour à La Loutre 2, Dany Thériault, que l’on voit avec et sans barbe, a déjoué non pas un, mais bel et bien deux dominants.

Bien que la récolte se situe à 1,7 bête par détenteur de permis, je suis persuadé que tout un chacun pourrait ramener deux cerfs s’ils étaient un peu moins sélectifs. Mais voilà, tout le monde, et moi le premier, tente de prélever de gros trophées. On est loin des résultats de la Belle Province où seulement un nemrod sur trois réussit sa chasse.

Lorsque la saison froide s’éternise, cela peut entraîner une mortalité pouvant faire fléchir le cheptel.

Des bois, il y en a de toutes les tailles et de toutes les formes. Preuve à l’appui, ce panache atypique, avec drop pin, que j’ai capturé il y a quelques années à McDonald.
Photo fournie par Patrick Campeau
Des bois, il y en a de toutes les tailles et de toutes les formes. Preuve à l’appui, ce panache atypique, avec drop pin, que j’ai capturé il y a quelques années à McDonald.

Rectifions les dires

« Certains observateurs mentionnaient que la taille des bois des cervidés Menier était plus petite cet automne, car l’hiver 2022 avait été vraiment néfaste et qu’il avait freiné leur croissance », explique Daniel Lévesque, directeur ventes et service à la clientèle pour Sépaq Anticosti. « Du début septembre jusqu’à la première de novembre, je dois avouer qu’étonnamment, mis à part quelques exceptions, on voyait peu de gros panaches. Les vagues de chaleur combinées aux diverses phases lunaires n’aidaient certainement pas non plus. Cependant, dès que le froid, la neige et le rut sont arrivés, les chevreuils géants sont apparus comme par magie jusqu’à la fin de la saison. »

Je n’aime pas la prise de vue de cette photo. En revanche, on peut y admirer la taille de la coiffe de ce superbe buck de Chicotte.
Photo fournie par Patrick Campeau
Je n’aime pas la prise de vue de cette photo. En revanche, on peut y admirer la taille de la coiffe de ce superbe buck de Chicotte.

Très vaste

Sépaq Anticosti occupe 70 % du territoire total de l’île, soit 5585 des 7943 km2. Cette société d’État gère l’équivalent de 17 pourvoiries en plan européen sans guide, 12 autres avec guide ainsi que 6 autres en plan américain avec guide et repas. Pour en savoir plus, composez le 1 418 535-0231, visitez le sepaq.com/anticosti ou venez discuter avec le personnel de la Sépaq dans les diverses expositions de chasse et pêche, dont celle du week-end prochain au Centre des congrès du Sheraton au Carrefour Laval.

De quoi rêver

Comme une photo vaut mille mots, je vous présente, aujourd’hui, quelques clichés de beaux bucks que des clients ont déjoués tard cet automne.


► Je vous invite à me suivre sur Facebook.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.