/opinion/columnists
Navigation

La dérive totalitaire religieuse en Israël

ISRAEL-GOVERNMENT-DEMO
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 80 000 personnes sont descendues dans les rues de plusieurs villes israéliennes pour manifester contre la réforme du système de justice proposée par le nouveau gouvernement de Benjamin Netanyahou.

Les opposants à ce projet de loi ne sont pas que des citoyens ordinaires. Parmi eux se trouvent les doyens de plusieurs facultés de droit d’Israël ainsi que d’anciens procureurs. Tous redoutent une dérive du système démocratique israélien vers une similidémocratie à la hongroise, ou même, vers un système totalitaire religieux.

Netanyahou propose une réforme du système de justice où les députés de la Knesset pourraient, par un vote à la majorité simple, infirmer toute décision de la Cour suprême.

Une telle loi serait en effet antidémocratique, quoi qu’en pensent Netanyahou et la bande de fanatiques religieux avec lesquels il s’est acoquiné pour prendre de pouvoir.

C’est que dans une démocratie, l’équilibre des pouvoirs exige que le système de justice soit indépendant. Or, si des élus peuvent par un vote simple infirmer les décisions judiciaires, alors le pouvoir judiciaire est soumis au pouvoir législatif.

Comme si cela n’était pas suffisant, Netanyahou propose aussi de rendre plus politique la nomination des juges à la Cour suprême.

Problèmes connus

La crise dans laquelle s’enfonce Israël provient de trois problèmes connus.

Premièrement, le système de vote proportionnel donne un pouvoir immense à certaines minorités, en l’occurrence à la minorité ultra-orthodoxe. Contrairement aux théories des défenseurs des systèmes de vote proportionnels, cette minorité refuse de faire des compromis.

Deuxièmement, Netanyahou est menacé par diverses affaires de corruption. La réforme judiciaire qu’il propose pourrait permettre à sa coalition politique d’infirmer une décision de la Cour suprême en sa défaveur.

Troisièmement, la population juive ultra-orthodoxe augmente rapidement en Israël. Ils devraient former 16 % de la population en 2030 et après 2060, environ de 30 % de celle-ci. En ce moment, ils sont plus de 1,2 million, tandis que les autres juifs comptent 6,3 millions de personnes, et les Israéliens arabes, 2 millions.

Moyenâgeux et totalitaires

Les juifs ultra-orthodoxes ne possèdent en général qu’une très faible éducation en sciences naturelles ou en sciences sociales. Ils sont prisonniers d’un univers mental moyenâgeux et totalitaire.

Par conséquent, leurs positions sur les Arabes, sur l’Iran, sur les minorités sexuelles ou sur les pratiques religieuses sont radicales et extrêmes. Et ils votent en bloc derrière les députés ultra-orthodoxes qui ont comme projet d’imposer ces vues radicales et extrêmes à l’ensemble de la société israélienne.

La montée des intégristes religieux est un problème connu du monde arabe. Il est aussi visible aux États-Unis, ou encore en Russie, où Vladimir Poutine s’appuie sur une branche intégriste de l’Église orthodoxe.

Partout le scénario est le même. Les intégristes religieux utilisent les faiblesses du système politique où ils s’implantent pour répandre leur poison religieux. Le but ultime est toujours de prendre le pouvoir au nom de Dieu.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.