/news/currentevents
Navigation

Altercation à la sortie d’un bar: une femme accusée d’agression sexuelle sur deux victimes

Macdala Monfiston
Photo tirée de Facebook Macdala Monfiston

Coup d'oeil sur cet article

L’attaque sauvage d’une femme à la sortie d’un bar de Laval pendant le temps des fêtes a mené à l’arrestation d’une trentenaire accusée d’agressions sexuelles en plus des charges de voies de fait graves.  

Faisant face à de lourdes accusations de vol qualifié, menace de mort, voies de fait graves et deux chefs d’agression sexuelle, Macdala Monfiston, 36 ans, a comparu au palais de justice de Laval après avoir été arrêtée mercredi. Les faits reprochés remontent à près d’un mois à Laval. 

Le 27 décembre dernier, plusieurs appels au 9-1-1 étaient entrés pour une bagarre entre deux femmes à la sortie du bar Le Secret. Lorsque les policiers de Laval sont arrivés sur place vers 3h du matin, une victime était sévèrement blessée nécessitant son transport à l’hôpital. 

«On parle d’une attaque sauvage», a indiqué la porte-parole du Service de police de Laval, Erika Landry. L’enquête a permis l’arrestation de Monfiston, mais également de son conjoint, Majd Mounsef, 38 ans, qui fait face à des accusations de voies de fait graves, vol qualifié et entrave au travail des policiers. 

Le service de police n’a pas voulu préciser les circonstances menant aux accusations d’agression sexuelle de Monfiston sur deux victimes distinctes. 

Macdala Monfiston
Photo tirée de Facebook

  • Écoutez la rencontre Gibeault-Dutrizac avec Nicole Gibeault, juge à la retraite au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio : 

En couple

Lors de leur arrestation, les deux suspects étaient ensemble et semblent former un couple comme en fait foi la photo publiée deux jours après les événements sur les médias sociaux. Ils n’auront toutefois pas le loisir de se fréquenter pendant les procédures, et ce, malgré leur remise en liberté puisqu’un interdit de contact a été demandé. 

Majd Mounsef, qui réside à Saint-Jérôme, cumule une multitude de petits délits depuis 10 ans tandis que Macdala Monfiston, de Rivière-des-Prairies, n’a pas de casier judiciaire. 

Il est interdit aux accusés de tenter d’entrer en communication avec les deux victimes au dossier. Ils n’ont pas le droit de communiquer avec des gens qui vendent ou font usage de drogue pendant les procédures. 

Mounsef s’est inquiété de pouvoir récupérer son véhicule et ses effets personnels qui se trouvaient chez sa conjointe lors de l’arrestation. Ceux-ci reviendront en cour en avril prochain. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.