/weekend
Navigation

Nouveau livre de Dominique Demers: le pouvoir extraordinaire des mots

GEN - DOMINIQUE DEMERS ÉCRIVAINE
Photo Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

Pour Dominique Demers, autrice de plus de 70 œuvres de fiction pour les enfants, les adolescents et les adultes, le bonheur d’écrire réside dans l’acte d’écrire, mais aussi dans la joie de partager une passion qu’elle cultive depuis 50 ans. Elle lève le voile sur son processus créatif, partage des anecdotes savoureuses et parfois dramatiques et donne aussi accès à ses stratégies dans son nouveau livre, Écrire pour que tout devienne possible. Un incontournable pour toute personne partageant la même passion qu’elle pour l’écriture!

Son livre, qui est à la fois un essai sur la création littéraire et un récit autobiographique, rend hommage à la littérature, à l’écriture et à la lecture. Dominique Demers raconte les hauts et les bas de la vie d’écrivaine, les nombreux écueils qui doivent être contournés et rappelle à quel point c’est un métier nécessitant discipline, humilité et engagement. 

Généreuse, Dominique Demers partage aussi des outils précieux pour s’y retrouver dans les méandres de la création. Elle explique que l’écriture permet de voyager partout dans le monde et dans le temps, de revisiter ses souvenirs ou de se propulser à travers son imaginaire.

Dominique Demers démystifie le processus d’écriture et elle le fait avec finesse, intelligence et expérience. 

«Écrire, on ne le fait pas pour l’argent, on ne le fait pas pour la gloire», commente-t-elle en entrevue. 

«Le plus grand bonheur, honnêtement, c’est pas d’être publié : c’est le temps que tu écris, le moment où tu fais une recherche d’idées. Moi, après toutes ces années, ça reste magique.»

Rêver d’écrire

La remarquable écrivaine, titulaire d’un postdoctorat, révèle que, depuis des années, des gens de tous les milieux et de toutes les professions lui confient que c’est leur rêve d’écrire. 

«Je trouve que c’est un bonheur trop peu partagé, qui est beaucoup plus accessible que ce qu’on laisse entendre.»

Il y a moyen de vaincre la fameuse angoisse de la page blanche ou l’impression de manquer d’idées. 

«Il y a des processus et des techniques pour avoir des idées, pour les mettre en ordre, pour raconter l’histoire. On a tous les outils. Alors pourquoi est-ce que ça ne serait pas un loisir aussi? Quelque chose qu’on peut faire parce que ça rend heureux?»

Travailler fort

En même temps, pour que ça se tienne, que ça marche, que ce soit bon, c’est une autre affaire... 

«Il y a autant de travail en amont qu’en aval. Souvent, je m’aperçois qu’il y a des gens qui ont du talent et qui n’ont pas eu assez de conseils. Donc, ils perdent leur plaisir et se retrouvent un peu coincés dans leur projet. Avec quelques conseils, on peut éviter une bonne partie des écueils.»

«Je ne prétends pas que c’est un guide qui construit et fabrique des écrivains, mais je pense que ça démystifie leur travail. En même temps, ça dit que pour que tu sois bien dans ça, que tu aies du plaisir et que ton imaginaire s’envole, il y a des choses à faire. C’est pas en prenant un crayon et juste en écrivant que ça va nécessairement fonctionner.»

Dominique Demers, écrivaine expérimentée, enseignante à l’université, tenait à partager des secrets. 

«Si moi, je n’avais pas eu de l’aide, je ne serais pas une écrivaine à peu près heureuse aujourd’hui.»

Payer le prix

Elle sait très bien quels efforts se trouvent derrière les projets d’écriture. 

«C’est comme toutes les belles choses importantes dans la vie.» 

Elle rappelle que sa relation à l’écriture lui apporte énormément... et lui demande tout autant. 

«C’est pas un livre qui nous dit, youppi, c’est facile ! C’est un livre qui dit que c’est une avenue possible, c’est accessible, mais il faut payer le prix.» 


  • Dominique Demers a signé plus de 70 œuvres de fiction pour enfants, adolescents et adultes.
  • Elle est détentrice d’un postdoctorat en littérature jeunesse.
  • Elle a été journaliste à L’actualité, enseignante à l’UQAM, critique littéraire au journal Le Devoir et scénariste de longs métrages et conteuse à Radio-Canada.
  • Elle a remporté de nombreux prix et distinctions, dont le prix littéraire du Gouverneur général en littérature jeunesse 2019 pour L’albatros et la mésange.
  • Elle travaille sur un film et sur l’écriture d’un prochain roman autobiographique. 

EXTRAIT

Écrire pour que tout devienne possible, Dominique Demers. Éditions Québec Amérique, 216 pages
Photo fournie par les Éditions Québec Amérique
Écrire pour que tout devienne possible, Dominique Demers. Éditions Québec Amérique, 216 pages

«J’allais partir en vacances de plongée lorsque la pandémie a bousillé mes plans. J’avais le choix entre me morfondre ou inventer une solution. C’est en donnant une conférence virtuelle au cours de laquelle je me suis entendue répéter que l’écriture de fiction rend tout possible que s’est produit le déclic. “Où rêves-tu de plonger ma chérie?” me suis-je demandé. Puisque toutes les destinations s’offraient à moi, j’ai opté pour la plus extraordinaire : l’île Cocos. La recherche m’a occupée plusieurs semaines. Je travaillais en mode accéléré, pressée de partir. Dès que j’ai pu, j’ai écrit “chapitre un” et hissé les voiles du navire.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.