/entertainment/movies
Navigation

Ma vie en films: «Depuis quelques années, la comédie romantique s’adresse à tout le monde» - Miryam Bouchard

Ma vie en films: «Depuis quelques années, la comédie romantique s’adresse à tout le monde» - Miryam Bouchard
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Avec son «23 décembre» qui continue de cartonner aux guichets après avoir été le film québécois en tête des recettes pour 2022 avec plus de 2 millions $ amassés, Miryam Bouchard a de quoi se réjouir. Et, au travers de ses souvenirs cinématographiques, elle parle également des comédies romantiques... 

Miryam, quel est votre premier souvenir d'une salle de cinéma?

C’était au cinéma Le Parisien, j’avais 10 ans. Mon père [Reynald Bouchard] m’avait emmenée voir «Tchao Pantin» avec Coluche – mon premier film de grand –, qui me faisait beaucoup rire et là, j’allais le voir dans un film vraiment dramatique. «Tchao Pantin» est vraiment ancré en moi, car, depuis, tout ce qui est de l’ordre du «pleurire», comme disait Jean Lapointe, me touche très fortement. Ça expliquerait aussi pourquoi j’ai demandé à Patrick Huard de jouer dans mon premier film, «Mon cirque à moi»... Il y a peut-être un lien entre Patrick Huard et Coluche. Ça me fait aussi poser un regard différent sur mon père, qui était acteur, clown et amuseur de rue..., ça m’a permis de comprendre la part plus sombre d’un créateur. Je n’ai jamais revu «Tchao Pantin» depuis pour ne pas altérer mon premier contact avec le film.

Est-ce avec «Tchao Pantin» que vous avez su que vous vouliez faire du cinéma?

Je n’ai jamais été à l’aise devant la caméra, j’ai toujours su que je serai derrière et je n’ai jamais voulu faire d’autre métier.

Un film récent qui vous a marquée?

«Nouveau Québec» de Sarah Fortin. Et sans aucune objectivité parce que c’est ma belle-sœur que j’aime d’amour qui a fait ce film! On y découvre la ville fantôme de Schefferville et les personnages de Christine Beaulieu et Jean-Sébastien Courchesne se retrouvent en contact avec la réalité autochtone locale. C’est un film magnifique!

Votre comédie romantique culte?

«Quand Harry rencontre Sally». Je voue un amour fou à Nora Ephron. Pour moi, elle est un modèle de femme de carrière qui a trouvé sa voix et qu’on a écouté. [...] Je pense qu’il y a quelque chose de rassurant à aller voir une comédie romantique, c’est satisfaisant pour le spectateur, on est rassasié à la fin. Ça nous permet de rire, de pleurer. C’est un genre qui permet plusieurs moments différents d’émotion. [...] La comédie romantique s’adressait plus aux femmes à une certaine époque. Depuis quelques années, la comédie romantique s’adresse à tout le monde. Depuis «Le bon côté des choses», on aborde des sujets hors normes et la comédie romantique tend à se moderniser et on peut y présenter des personnages féminins forts, qui nous ressemblent plus.

Votre premier «kick» au cinéma?

Robert Redford dans «Nos plus belles années», Robert Redford dans «Jeremiah Johnson», Robert Redford dans «Le cavalier électrique»... Je pourrais ajouter Brad Pitt, mais uniquement parce qu’il pourrait jouer le fils de Robert Redford.

Le premier film que vous avez vu seule au cinéma?

Entre deux cours, je suis allée voir «Le piano» de Jane Campion. Ça m’a complètement bouleversée, soufflée. La bande sonore... Il y a 30 ans, sans internet, j’étais à la recherche d’un mentor féminin, d’une réalisatrice qui pourrait m’inspirer vers le haut. La démarche était complexe à l’époque. Je suis sortie du cinéma... la neige... quand je marchais, mon manteau faisait le même mouvement que la robe de l’héroïne. J’avais l’impression d’être portée par le film. Je n’avais pas envie de parler, je voulais rester dans cette bulle.

Si tout était possible, un réalisateur mort ou vivant que vous aimeriez inviter au cinéma? Et qu'iriez-vous voir?

Mon père, décédé il y a plusieurs années, a été marquant. J’inviterais Charlie Chaplin et nous irions voir «Noël et Juliette» dans lequel il a joué. Mon père incarne le personnage de Noël, un clown et j’aimerais que Chaplin voie à quel point son œuvre a influencé plusieurs générations.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.