/news/society
Navigation

Bientôt moins de parfum dans les lieux publics à Gatineau?

Bientôt moins de parfum dans les lieux publics à Gatineau?
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Gatineau pourrait bien devenir la première ville du Québec à se pencher sur la problématique de l’usage des parfums au sein des services qu’elle offre à la population. 

La commission «Gatineau, ville en santé» déposera quatre recommandations au conseil municipal le 14 février. Ces dernières ont pour but d’encadrer l’usage du parfum, sans pour autant l’interdire. «On veut ouvrir la porte à la discussion pour qu’il y ait une meilleure sensibilisation. Qu’est-ce qu’on peut faire pour inclure tous les citoyens et une petite partie d’entre eux qui souffrent d’hypersensibilité chimique», a expliqué à l’Agence QMI Louis Sabourin, le président de la commission.

C’est une demande citoyenne, survenue en 2018, qui est à l’origine de cette réflexion. Une résidente de Gatineau demandait aux autorités de carrément interdire aux employés municipaux de porter du parfum. Ginette Langevin, qui est atteinte d’hypersensibilité environnementale, peut réagir fortement à des quantités de produits chimiques, de parfums ou de particules présentes dans l'environnement.

  • Écoutez l'entrevue avec Michel Gaudet, vice-président et directeur exécutif de l’Association pour la santé environnementale du Québec à l’émission de Richard Martineau via QUB radio :

Les élus gatinois devront entre autres se prononcer sur la possibilité d’installer des affiches pour sensibiliser le public au fait que certains citoyens peuvent être incommodés par le parfum. La pertinence de doter la Ville de directives internes pour sensibiliser les employés serait aussi évaluée.

L’utilisation de produits de nettoyage pourrait également être revue. «On s’approvisionne de produits ménagers, par exemple. Est-ce qu’on pourrait faire en sorte que ces produits-là qui sont dans les salles de bains soient sans parfum et sans fragrance?» a soulevé M. Sabourin.

La citoyenne à l’origine de la demande en 2018 se réjouit de voir que les autorités de Gatineau se penchent enfin sur la problématique cinq ans plus tard. La ville indique qu’elle attendait un rapport détaillé de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) avant de se prononcer formellement sur la question.

«Je suis très contente. [...] On n’espère pas que les gens vont changer complètement leur vie. On voudrait bien commencer par être capable d’entrer dans un édifice sans avoir de symptômes désagréables et dévastateurs», a confié Ginette Langevin à TVA Nouvelles.

Des mesures de sensibilisation au parfum sont déjà en vigueur en Ontario, notamment au sein de la fonction publique.

Les hypersensibilités environnementales affecteraient 3 % de la population canadienne, selon une enquête de Santé Canada.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.