/news/transports
Navigation

Ligne bleue du métro: 565M$ pour remplacer le système de contrôle

Coup d'oeil sur cet article

Montréal, Québec et Ottawa devront allonger plus d’un demi-milliard de dollars pour remplacer le système de contrôle de la ligne bleue du métro de Montréal dans le cadre de son prolongement jusqu’à Anjou. 

• À lire aussi: Des funérailles pour le «Réseau 10 minutes max» de la STM

«On ne peut pas mettre un vieux système de contrôle sur un nouveau métro», a expliqué lundi le président du conseil d'administration de la Société de transport de Montréal, Éric Alan Caldwell, lors de l’annonce de la ministre des Transports et de la Mobilité durable, Geneviève Guilbault, et de la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

M. Alan Caldwell a précisé que le système actuel était désuet et ne pourra donc pas être implanté dans les cinq nouvelles stations de la ligne bleue, dont la mise en service est prévue en 2029. 

«Il est encore bon, mais disons que ça faisait à peu près 50 ans qu’il a été installé», a pour sa part affirmé la ministre Guilbault.

Seulement pour la ligne bleue, son remplacement coûtera un peu plus de 565M$. Québec contribuera à hauteur de 296,6M$ et la STM, à hauteur de 65,6M$. Une demande de financement sera soumise au gouvernement fédéral pour compléter le montage financier.

Photo Martin Alarie

Plus moderne

«Le prolongement de la ligne bleue, il se fera», a par ailleurs assuré la ministre.

La STM a lancé le 5 décembre dernier l'appel d'offres pour la construction du tunnel et la préparation des emplacements de certaines des cinq nouvelles stations à l’est de la station Saint-Michel.

En parallèle, Québec veut en profiter pour installer un système de contrôle «plus moderne» et «qui ressemble à ce qui se fait ailleurs dans le monde», a fait valoir la ministre Guilbault.

La STM ira donc de l’avant avec une nouvelle technologie de type CBTC (Communications-based Train Control), qui devrait du même coup augmenter la fiabilité et la fréquence des trains.

Le nouveau système sera implanté sur la ligne bleue existante en 2028 et sur la partie prolongée vers Anjou en 2029. 

La STM se basera sur cette expérience pour étendre la nouvelle technologie aux autres lignes du métro, ce qui pourrait impliquer des frais supplémentaires «considérables», a indiqué Éric Alan Caldwell.

Photo Martin Alarie

Un trou de 80M$

La STM fait en ce moment face à un déficit de près de 80M$, qui l’oblige à couper dans ses services (voir ci-contre).

«Un nouveau système de contrôle, c’est beau, c’est bon, mais ça ne règle pas le problème qu’on a présentement: le service qu’on donne à la clientèle», a réagi Pino Tagliaferri, président du Syndicat des chauffeurs d'autobus, opérateurs de métro et employés des services connexes.

«On vit des agressions, des mécontentements de la clientèle. Quand le client n’est pas content du service, c’est le chauffeur qui écope, parce que c’est lui qui est au front», a-t-il soutenu.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.