/sports/tennis
Navigation

Internationaux d'Australie: «Si je vais au casino, je suis sûr de gagner» – Andrey Rublev

Le Russe s’est qualifié pour les quarts de finale grâce au coup le plus chanceux de sa carrière

Internationaux d'Australie: «Si je vais au casino, je suis sûr de gagner» – Andrey Rublev
AFP

Coup d'oeil sur cet article

MELBOURNE, Australie | La balle d’Andrey Rublev a touché le haut du filet. Elle aurait pu retomber de son côté du terrain, mais le destin a voulu qu’elle s’affaisse dans la portion du Danois Holger Rune, totalement hors de portée du neuvième favori.

• À lire aussi: Djokovic sans douleur et dangereux

• À lire aussi: Première semaine haute en couleur

• À lire aussi: C’est fini pour Félix Auger-Aliassime à Melbourne

Et Rublev est ainsi passé en quarts de finale des Internationaux d’Australie. Au terme d’un marathon de 3 h 37 – un autre dans cette quinzaine –, que la cinquième tête de série a remporté 6-3, 3-6, 6-3, 4-6 et 7-6 (9) au grand Rod Laver Arena, juste avant qu’entre en scène son prochain adversaire, le Serbe Novak Djokovic. 

«Ça ne m’était jamais arrivé auparavant. Je n’ai jamais eu autant de chance dans ma vie, a lancé un Rublev encore incrédule, en conférence de presse. Je peux maintenant aller au casino. Si je mise, je suis sûr de gagner.»

Internationaux d'Australie: «Si je vais au casino, je suis sûr de gagner» – Andrey Rublev
AFP

Rublev semblait cuit

Lorsqu’il a vu la balle retomber « du bon côté », le Russe de 25 ans s’est d’abord excusé auprès de Rune d’un geste de la main, comme le font traditionnellement les joueurs dans ces circonstances. Puis, il s’est laissé tomber au sol. 

Car à trois reprises durant cette manche ultime, on croyait bien que Rublev était cuit. Rune, qui a 19 ans seulement, a mené à un moment 5-2. Il a servi pour la rencontre. Le Danois a eu deux balles de match à 6-5 sur le service du Russe. 

Il a ensuite pris les devants 5-0 dans le bris d’égalité qui, en Australie, est remporté par le premier joueur qui atteint 10 points. 

Il n’y croyait pas non plus

Même Rublev ne croyait pas en ses chances de faire une remontée. Mais il a commencé à donner du fil à retordre à Rune, celui-là même qui a mis un terme à la séquence de 16 victoires de Félix Auger-Aliassime à l’automne, dans de plus longs échanges. 

Internationaux d'Australie: «Si je vais au casino, je suis sûr de gagner» – Andrey Rublev
AFP

Et la jeune sensation, pourtant infaillible depuis le début du tournoi, a fini par craquer en premier. 

«À 5-2, je n’y croyais plus, a concédé Rublev. Mais j’ai commencé à jouer de façon plus détendue. J’étais plus concentré, meilleur.»

«Puis, même à 6-5, même en ayant deux balles de match contre moi, j’ai commencé à me dire que j’allais me rendre au bris d’égalité. Et au bris d’égalité, quand je tirais de l’arrière, je recommençais à croire que c’était terminé. Je me disais seulement : “Ne fais pas comme à Roland-Garros [face à Marin Cilic], n’abandonne pas.”»

Jamais plus loin que les quarts

Face à Djokovic – probablement dans la nuit de mardi à mercredi, heure de l’Est –, le Russe en sera à une septième présence en quarts de finale dans un tournoi majeur. Il n’a jamais dépassé ce stade du tournoi. 

Maintenant que la chance lui a souri, croit-il pouvoir l’emporter face au quatrième favori, intraitable lundi contre l’Australien Alex de Minaur, 22e raquette du tournoi ?

Rublev a remporté un match en trois occasions contre le Serbe. C’était en finale à Belgrade, sur terre battue. 

Internationaux d'Australie: «Si je vais au casino, je suis sûr de gagner» – Andrey Rublev
AFP

Le Russe n’est pas reconnu pour afficher une grande confiance en lui. Et il a été fidèle à lui-même en conférence de presse. 

«Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que Novak est un joueur très dur à battre, surtout en Grand Chelem. Il a l’expérience de gagner ce genre de match. Il est l’un des meilleurs de l’histoire.»

«Ma seule chance est si je joue mon meilleur tennis, que je me bats pour chaque balle. C’est ma seule chance.»

Ça et peut-être un autre petit coup de pouce du destin... 

En direct de Melbourne Park 

Tous les Canadiens en lice en simple à ces Internationaux d’Australie avaient plié bagage lundi. Dommage, parce que Melbourne reprend enfin ses airs d’été, après quelques journées plus fraîches et grises la semaine dernière. Les terrasses des nombreux restaurants sont bondées, tout comme les gradins des plus grands stades du Melbourne Park. La ville célébrait le Nouvel An chinois ce week-end et l’on pouvait difficilement marcher dans certaines rues du quartier, situé dans le district des affaires, tant il y avait du monde qui assistait aux festivités.  


On ne rit pas avec le soleil en Australie

Internationaux d'Australie: «Si je vais au casino, je suis sûr de gagner» – Andrey Rublev
Photo Jessica Lapinski

Parlant d’été et de soleil, deux Australiens sur trois recevront un diagnostic de cancer de la peau avant l’âge de 70 ans. En fait, le pays a l’un des taux de cancer de la peau les plus élevés au monde, selon le Cancer Council Act. Une sombre statistique liée au climat et à la proximité du pays avec l’équateur, mais aussi au fait que les Australiens ont pour la plupart la peau pâle. C’est pourquoi les crèmes solaires que l’on y vend sont très réglementées. Il est possible d’en acheter qui ont un indice de protection de 30, mais elles sont extrêmement rares. La vaste majorité des protections solaires disponibles sur les tablettes (en fait, toutes sauf une sur l’étalage ci-contre) ont un SPF de 50+.  


Les Australiens aiment boire... mais ils paient cher

Internationaux d'Australie: «Si je vais au casino, je suis sûr de gagner» – Andrey Rublev
Photo Jessica Lapinski

L’Australie est le pays le plus « saoul » de la planète, selon une étude parue en 2020. Les Australiens atteindraient l’état d’ébriété en moyenne 27 fois par année, soit près du double du standard mondial, qui est de 15. Pas étonnant, donc, que l’on ait entendu certains joueurs se plaindre de spectateurs intoxiqués dans les gradins depuis le début de la quinzaine... Et leur alcool, ils le paient cher. Si les prix au Melbourne Park sont semblables, et même en deçà de ceux des stades nord-américains, au restaurant et en épicerie, la facture est salée. Il est difficile de trouver une bouteille de vin sous les 20 $ ou une bouteille de vodka sous les 60 $. Cela s’explique surtout par le fait que l’alcool est très taxé au pays. 

Internationaux d'Australie: «Si je vais au casino, je suis sûr de gagner» – Andrey Rublev
Photo Jessica Lapinski

  


Aucune raison d’être fatigué à Melbourne

Questionné sur le terrain à propos de ses habitudes à Melbourne, après sa victoire au troisième tour, Félix Auger-Aliassime a dit qu’il aimait y boire du café. Visiblement, le Québécois n’est pas le seul. Les cafés indépendants pullulent à Melbourne, où les chaînes comme Starbucks ont peiné à s’établir (d’ailleurs, les rares Starbucks que l’on croise sont souvent vides). La deuxième ville la plus populeuse d’Australie est tombée amoureuse du café lors des vagues d’immigration européenne, au milieu des années 1950. Melbourne compte un café par 2000 habitants. Ce n’est pas un record, mais plusieurs baristas ont une renommée internationale. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.