/world
Navigation

EN IMAGES | Un immense iceberg se détache de la banquise en Antarctique

Coup d'oeil sur cet article

Un immense iceberg d'une taille équivalent à plus de 15 fois la superficie de Paris s'est détaché dimanche de l'Antarctique, ont indiqué lundi des scientifiques britanniques.

• À lire aussi: La moitié des glaciers du monde condamnés à disparaître

Ce phénomène n'est pas dû au changement climatique, même si la région est menacée par le réchauffement, selon le British Antarctic Survey (BAS).

Le bloc de glace, qui fait 1550 kilomètres carrés, s'est détaché de la banquise dimanche entre 19h et 20h GMT lors d'une marée de forte amplitude qui a agrandi une fissure existante sur la glace, baptisée Chasm-1, a détaillé cet organisme de recherches sur les zones polaires, dans un communiqué.

Il y a deux ans, un iceberg d'une taille quasiment identique s'était déjà formé dans la même zone, baptisée Barrière de Brunt, et sur laquelle se situe la station de recherche britannique Halley VI.

Gracieuseté British Antarctic Survey

Les glaciologues, présents sur place de novembre à mars, y observent depuis une dizaine d'années la progression de vastes fissures dans la glace.

En 2016, le BAS avait décidé de déplacer d'une vingtaine de kilomètres cette station, craignant qu'elle ne se retrouve sur un iceberg à la dérive à la suite de la fonte des glaces.

«Ce détachement était attendu et constitue un comportement naturel de la barrière de Brunt. Il n'est pas lié au changement climatique», a expliqué le glaciologue Dominic Hodgson, cité dans le communiqué.

Le continent subit toutefois les affres du réchauffement du climat, avec des températures record enregistrées l'an dernier, comme ailleurs sur la planète.

L'étendue de la glace y a atteint en février 2022 le minimum jamais enregistré en 44 ans d'observations satellites, indiquait récemment le rapport annuel du programme européen sur le changement climatique Copernicus.

En 2021, la fonte complète d'un iceberg, à 4.000 km au nord du lieu où il s'était détaché de la banquise en 2017, avait relâché plus de 150 milliards de tonnes d'eau douce mêlée à des nutriments, inquiétant les scientifiques de l'impact du phénomène sur un écosystème fragile.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.