/opinion/columnists
Navigation

Défaite prévisible pour François Legault

Le premier ministre du Québec, François Legault
Photo d'archives, Stevens Leblanc Le premier ministre du Québec, François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Legault prend des airs de politicien fâché en réaction à la déclaration de Justin Trudeau de s’adresser à la Cour suprême pour encadrer le recours à la clause dérogatoire.

Il est toutefois loin de convaincre qu’il se révélera le meilleur défenseur de la nation québécoise.

Ses lois alambiquées, son nationalisme mou et sa gouvernance font plutôt anticiper des reculs et la défaite devant les autorités fédérales.

La défense poreuse

Les caquistes s’affichaient comme nationalistes et en quête d’une plus grande autonomie au sein du Canada.

Ils se sont empressés d’adopter des lois qui devaient refléter et protéger notre identité nationale. La loi 21 sur la laïcité et la loi 96 sur la langue devaient constituer ces remparts.

Loin d’être audacieuses, ces lois contiennent des dispositions qui permettent de les contourner.

Les écoles privées peuvent poursuivre des projets éducatifs religieux. Les municipalités anglophones devenues à majorité francophones peuvent maintenir leur statut de villes bilingues. La non-application de la loi 101 au niveau collégial contribue à l’affaiblissement encore plus grand de la langue française.

La CAQ n’a pas marqué de points dans l’obtention de nouveaux pouvoirs et s’est fait servir le camouflet fédéral à répétition. On a qu’à penser à l’immigration.

  • Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 8h50 via QUB radio :

L’attaque redoutable

Piégé par sa posture, le gouvernement Legault ne peut pas passer à l’offensive. Il a mis au placard le ministre Jolin-Barrette et confié au ministre du rien faire, Jean-François Roberge, le dossier de la langue et des relations canadiennes.

Le PLQ et QS n’apparaissent pas comme des ailiers fiables. Quant au PCQ, il se cherche sur le plan de l’identité.

En parallèle, la presse et les commentateurs fédéralistes insinuent que les questions identitaires laissent les Québécois indifférents.

Le PQ semble la seule option pour mener une attaque crédible, mais sera-t-il trop tard quand il embarquera sur la patinoire?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.