/finance
Navigation

Le port de Sept-Îles en voie de devenir le 2e plus important au Canada

Coup d'oeil sur cet article

Le port de Sept-Îles, sur la Côte-Nord, pourrait ravir à Montréal la deuxième place du classement des ports canadiens les plus importants. 

Une augmentation des expéditions de minerai de fer est prévue au cours des prochains mois, ce qui devrait permettre au port d’atteindre un sommet historique.

Principalement constitués d’aluminium et de minerai de fer, les volumes expédiés à partir du port de Sept-Îles ont augmenté de 4,1% en 2022 pour atteindre 33,4 millions de tonnes.

La compagnie Minerai de fer Québec, qui poursuit son expansion près de Fermont, est responsable de cette hausse qui se poursuivra de plus belle cette année.

«C’est 7 millions de nouvelles tonnes qui devraient transiter en 2023 par le port de Sept-Îles et nous permettre, on l’espère, de franchir la barrière des 40 millions de tonnes. Ça, en soit, ce sera un volume inégalé depuis les belles années 70 où il y avait une effervescence au niveau du marché du fer», a indiqué le président-directeur général du Port de Sept-Îles, Pierre D. Gagnon.

Le port de Sept-Îles pourrait devenir en 2023 le deuxième port canadien pour son volume d’activité, derrière Vancouver et juste devant Montréal.

L’administration portuaire créée en 1999 confirme ainsi le rôle important qu’elle joue au Québec.

«Si on associe la valeur économique de chaque tonne d’aluminium et de minerai de fer qui transite par les installations du port de Sept-Îles, c’est tout près de 10G$ en valeur d’échange commerciaux. Ça représente tout près de 10% de la valeur des exportations annuelles pour la province», a précisé Pierre D. Gagnon.

Le port caresse quelques projets pour 2023, dont la réfection du quai Mgr-Blanche, pour lequel le financement n’est pas complété.

Le projet de construction d’un pavillon d’accueil pour les croisiéristes devrait aussi connaître des développements. Un concept est en passe d’être choisi. D’ores et déjà, on sait que le bâtiment aura une signature autochtone.

«On est les seuls qui n’ont pas de pavillon à travers les escales au Québec. On se doit de le faire d’ici 2 ans», a indiqué Serge McKenzie, vice-président de Destination Sept-Îles Nakauinanu, l'organisme responsable de l'accueil des navires de croisière.

L’an dernier, Sept-Îles a reçu un nombre record de 11 navires de croisières avec à leur bord, 14 000 visiteurs.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.