/entertainment/music
Navigation

Encore possible de vivre de sa musique, témoigne Laura Gagné

Un Sommet réunira plusieurs experts et artistes

Laura Gagné
Photo fournie par Annie Diotte Laura Gagné lancera son troisième album en carrière, Exode, au mois de mars.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que plusieurs musiciens peinent à joindre les deux bouts, il est encore possible de vivre de sa musique, croit l’autrice-compositrice Laura Gagné. Celle-ci a organisé le tout premier Sommet de la musique francophone où plusieurs musiciens et experts raconteront leurs parcours.

En 2018, Laura Gagné a lancé un album, Arriver jusqu’à toi, qui est passé inaperçu. Parce qu’elle avait investi beaucoup d’argent sur ce projet, la musicienne de 34 ans s’est questionnée si elle pouvait vraiment arriver à vivre de sa musique.

Une rencontre avec l’expert en marketing, Philippe Kyprianou, a tout changé pour elle. «Il m’a appris les rouages de la business en ligne, dit-elle au Journal. J’ai pris des cours avec lui et on a monté une stratégie web.»

De fil en aiguille, l’autrice-compositrice saguenéenne a réussi à aller chercher plusieurs sources de revenus, si bien qu’elle a pu rembourser l’investissement pour son album. 

À force de parler avec d’autres auteurs-compositeurs, Laura Gagné a ensuite décidé de créer l’organisme Vivre de ta musique et d’écrire un livre électronique qui donne des conseils sur des façons de monétiser sa musique.

«Le livre s’est vendu par milliers sur le web en Suisse, en Belgique, en France et au Québec», dit-elle fièrement. Aujourd’hui, ils sont plus de 3600 artistes à faire partie de la communauté Vivre de ta musique.

Jeudi et vendredi, l’organisme présentera sur le web le tout premier Sommet de la musique francophone. Durant deux journées complètes, Laura Gagné rencontrera neuf musiciens et experts de l’industrie.

«Les possibilités sont immenses»

«Ce seront des entrevues avec des personnes qu’on trouve inspirantes dans leur manière de s’entreprendre», dit-elle. La musicienne voudra aussi démontrer avec cet événement qu’il est encore possible en 2023 de vivre de cet art. Mais n’est-ce pas plus difficile qu’avant? 

«Les artistes doivent se définir eux-mêmes, créer leur communauté, créer un engouement. Les possibilités sont immenses aujourd’hui. La façon de faire a juste changé.»

Un rapport de la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec, publié à l’hiver 2021, mentionnait que plus de 60 % des 681 musiciens sondés avaient un revenu net annuel moyen de moins de 38 000 $ avant la pandémie. Pire encore, près du quart des répondants (23,2 %) avaient un revenu annuel de moins de 20 000 $. L’arrivée de la COVID-19 n’a pas amélioré leur situation.


Le Sommet de la musique francophone 2023, présenté par Vivre de ta musique, aura lieu jeudi et vendredi. L’événement virtuel est gratuit. Pour s’inscrire : vivredetamusique.com/sommet.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.