/finance/opinion/columnists
Navigation

Les hausses de taux d’intérêt, ce n'est pas fini

Les hausses de taux d’intérêt, ce n'est pas fini
Photo tirée de Flickr

Coup d'oeil sur cet article

Pour la huitième fois de suite, la Banque du Canada (BdC) vient de relever son taux directeur, lequel est rendu à 4,5%, soit 4,25 points de pourcentage de plus qu’il y a un an.

Ce qui va évidemment se répercuter à la hausse sur toute la grille des prêts, à savoir les hypothèques, les prêts personnels, les prêts aux entreprises, etc.   

Malheureusement, tant pour les particuliers que pour les entreprises, les taux pourraient monter davantage.  

Le Conseil de la Banque du Canada «est prêt à relever encore le taux directeur si cela est nécessaire pour ramener l’inflation à la cible de 2 %», affirme-t-on, dans le communiqué de la banque centrale.  

Pourquoi? Parce que le Conseil de la BdC «reste déterminé à rétablir la stabilité des prix» pour les Canadiens.  

  • Écoutez l'édito économique de Michel Girard diffusé chaque jour en direct 7 h 35 à QUB radio :

Oui, mais...

Les mesures sur un an de l’inflation fondamentale se situent présentement autour de 5 %, en baisse quand même de 3,1 points de pourcentage par rapport à juin dernier, où le taux d’inflation avait franchi les 8,1 %.  

À la suite des hausses du taux directeur sur les prix à la consommation, ledit taux d’inflation était descendu à 6,3%.  

Bien que l’inflation ait reculé aujourd’hui à 5% et que la tendance à la baisse se serait sans doute poursuivie à cause de l’effet différé sur les prix des précédentes hausses du taux directeur et des taux d’intérêt, les bonzes de la Banque du Canada estiment manifestement que ça ne va pas assez vite.  

La baisse des prix de l’essence et la récente modération des prix des biens durables représentent certes des progrès en matière de lutte contre l’inflation. 

Mais comme les ménages canadiens «continuent de subir les contrecoups de la forte inflation à travers leurs dépenses essentielles, avec les aliments et le logement qui affichent des augmentations durables», les attentes d’inflation à court terme restent élevées. 

Voilà pourquoi la Banque du Canada rehausse une fois de plus son taux directeur et entend, au besoin, resserrer davantage sa politique monétaire au fil des prochains mois.  

  • Écoutez encore plus de Michel Girard via QUB radio :

Pas le choix...

Beaucoup de Canadiens se demandent si la Banque du Canada était vraiment obligée d’augmenter de la sorte son taux directeur.  

Il faut savoir que le resserrement des politiques monétaires a été effectué par toutes les grandes banques centrales, tout simplement parce que l’inflation frappe à l’échelle du globe. Et l’inflation, ça fragilise la santé de l’économie mondiale, et par conséquent, ça finit par appauvrir les gens. 

Pour contrer l’inflation, le remède de cheval le plus efficace, selon les dirigeants des banques centrales, c’est la hausse des taux d’intérêt.  

Face à la mondialisation des échanges commerciaux, et surtout, vu l’importance de nos échanges commerciaux avec les États-Unis, la Banque du Canada aurait été malvenue de ne pas emboîter le pas à la Fed (Réserve fédérale américaine) lorsque cette dernière relève son taux directeur.  

Non seulement l’inflation serait aujourd’hui nettement plus élevée au Canada, mais en plus le dollar canadien aurait sans doute pris une méchante débarque face à la devise américaine.  

Pour le moment, la Banque du Canada ne voit pas de récession dans sa boule de cristal de 2023. Elle anticipe une stabilisation durant quelques mois, tout au plus, et une reprise de la croissance vers la fin de l’année. 

Chose certaine, à force de presser les finances personnelles des Canadiens avec ses nombreuses hausses de taux directeur, la Banque du Canada risque de nous foutre en récession si elle va de l’avant avec d’autres hausses.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.