/finance/business
Navigation

«Fraude du président»: poursuite de 1,5 million $ pour négligence contre Desjardins

Le Groupe TYT a pu récupérer une fraction de l’argent escroqué, grâce à la BN

Groupe TYT
Photo tirée de la page facebook du Groupe TYT Les installations du Groupe TYT, dans le Centre-du-Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Une entreprise de transport de Drummondville victime d’une énorme fraude qui l’a plongée en difficulté financière poursuit la Caisse Desjardins de Drummondville et la Fédération des caisses Desjardins du Québec pour 1,5 M$ et intérêts pour son inaction et sa négligence. 

Le Groupe TYT a subi une « fraude du président » (voir autre texte plus bas) entre le 8 et le 15 juin 2020 pour un montant total de 2 ,380 M$ en cinq transferts de fonds internationaux vers Hong Kong et la Chine, à partir de comptes de Desjardins. 

La poursuite allègue que l’institution ne s’est pas comportée en banquier prudent, ni au moment des transferts, ni après la dénonciation de la fraude par TYT. Pire : après avoir refusé de soutenir son client et nié sa responsabilité à l’égard de la fraude, Desjardins a placé TYT sur les comptes spéciaux le jour de la découverte du crime, ce qui a menacé la survie de l’entreprise de 225 employés.

TYT était client de Desjardins depuis dix ans lors des événements. Comme ses opérations se font uniquement en Amérique du Nord, des transferts de fonds vers la Chine représentaient des actions atypiques. De plus, Desjardins savait que la sécurité des renseignements de TYT avait été compromise à la suite du vol massif de données de 4,2 millions de membres révélé en juin 2019.

Dans ce contexte, allègue la poursuite, Desjardins « aurait dû être immédiatement alertée par les signaux évidents à l’effet que TYT était victime d’une fraude », et aurait dû poser des actions en prévention.

  • Écoutez le segment économique d'Yves Daoust diffusé chaque jour en direct 9 h 35 via QUB radio :

Aucune vérification...

Le 8 juin 2020, la nouvelle cheffe comptable de TYT a reçu un courriel d’un fraudeur qui s’est fait passer pour le président Patrick Turcotte. Ce faux président a mandaté la comptable pour gérer un dossier prioritaire et lui a demandé de suivre les directives qui viendraient d’un avocat de Deloitte.

Patrick Turcotte, le grand patron de la société, dont l’identité a été usurpée par des arnaqueurs dans le cadre d’une « fraude du président ».
Photo tirée du site web Groupetyt.com
Patrick Turcotte, le grand patron de la société, dont l’identité a été usurpée par des arnaqueurs dans le cadre d’une « fraude du président ».

C’est ainsi que la série de transferts de fonds a débuté, à coups de centaines de milliers de dollars, sans que le personnel de Desjardins, qui devait pourtant suivre de près les finances de l’entreprise, fasse de vérification sur la légitimité des transactions. 

... sauf à la limite de crédit ! 

Desjardins a appelé TYT quand la limite de la marge de crédit a été atteinte. Devant l’incrédulité du vrai Patrick Turcotte, le directeur de comptes a finalement constaté la fraude. Qui fallait-il contacter d’urgence pour récupérer les sommes perdues ? Personne ne pouvait dire. Il était 16 h 30 et le département des services internationaux était fermé ! 

C’est finalement sur les conseils du président de la Banque Nationale (BN) que TYT a pu entreprendre des démarches, à ses frais, qui lui ont finalement permis de récupérer quelque 700 000 $ US. 

LES ESCROCS EN ACTION CHEZ GROUPE TYT LE 8 JUIN 2020 

  • La nouvelle cheffe comptable reçoit un courriel d’un fraudeur qui a usurpé l’identité du président Patrick Turcotte.
  • Le faux président mandate la comptable pour clore une offre publique d’achat, dossier hautement prioritaire.
  • Il insiste sur le caractère confidentiel de la transaction : tout se fera par courriel.
  • Il demande de suivre les instructions qui viendront de l’avocat X.
  • Il s’informe du solde des comptes de TYT avant de procéder aux virements.

La fraude du président, un stratagème bien connu des banques 

La fraude du président est un type de fraude dont les entreprises sont victimes et dont les institutions bancaires sont bien au fait depuis plus d’une dizaine d’années.

Le phénomène a pris de l’ampleur durant la pandémie dans le contexte du télétravail. Il s’agit en fait d’une sorte d’hameçonnage par courriel ou texto lors duquel le fraudeur manipule un employé en lui donnant de l’importance : il a le privilège d’être choisi par le « président » pour effectuer une tâche spéciale. 

Évidemment, cette tâche va nécessiter un transfert de fonds et très souvent permettre la divulgation d’informations confidentielles, que ce soient des renseignements bancaires, des mots de passe ou des listes de clients.  

L’employé par lequel le fraudeur accomplit son crime n’est pas choisi au hasard, c’est une personne qui détient les accès désirés. Le fraudeur se sera renseigné sur elle par les médias sociaux et aura recueilli suffisamment d’informations pour rendre ses communications crédibles.

Des coûts de Plus de 26 G$

De récentes statistiques sur la cybercriminalité indiquent que la fraude du président a permis de voler plus de 26 milliards de dollars dans le monde entier. L’hameçonnage, qui comprend la fraude du président, est une des arnaques les plus signalées au Centre antifraude du Canada. Dans les six premiers mois de 2021, les pertes rapportées se chiffraient à quelque 26 millions de dollars au pays. 

En 2014, Olymel et Unimat avaient chacun perdu plus de 4 millions de dollars. En 2020, Dancause s’était fait voler 400 000 $. Et on pourrait allonger la liste des victimes de fraudes du président.

Dans le cas de TYT avec Desjardins, la poursuite menée par les avocates Caroline Biron et Carolan Villeneuve mentionne que l’institution a créé, à la fin de 2019, un bureau de la sécurité afin de mieux protéger ses clients. Toutefois, cinq virements suspects ont pu être réalisés en une semaine sans que son personnel en informe le vrai président, Patrick Turcotte. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.