/news/politics
Navigation

Sherbrooke: un conseiller municipal déposera une demande de moratoire officielle

Coup d'oeil sur cet article

On dit souvent que la nuit porte conseil, un adage qui vaut pour le conseiller municipal de la Ville de Sherbrooke Paul Gingues puisqu’il décide, au lendemain d’un conseil municipal houleux, de maintenir sa demande de moratoire sur les projets majeurs. 

La sortie, lundi, du conseiller Paul Gingues, qui demande un moratoire sur les projets majeurs de la Ville de Sherbrooke, a soulevé des tensions à la séance du conseil municipal mardi soir.

«J’ai été étonné de la réaction et du ton relativement agressif qu’ont eu certaines personnes à mon endroit», a mentionné Paul Gingues au début de son allocution. La mairesse Évelyne Beaudin l’a ensuite invité à faire une «introspection» parce que, selon elle, les propos du conseiller du District de l’Université avaient unanimement heurté les gens à la Ville de Sherbrooke.

Le conseiller du District de l'Université a pourtant précisé que le moratoire demandé ne serait que de quelques semaines et qu’il n'a voulu cibler personne en particulier dans ce dossier.

Appuyé par une collègue

Paul Gingues a eu des alliés au cours de cette soirée tendue. Sa collègue du District de Rock-Forest, Annie Godbout, a fortement signifié son support. «J’ai été renversée ce matin, une fois de plus, de remarquer le manque d’ouverture, l’arrogance et l’intransigeance de la mairesse. Alors je vous annonce qu’en 2023, je vais poser des questions, proposer des solutions constructives et dénoncer les propos et les situations injustes», a-t-elle lancé lors de son temps de parole en fin de séance.

Paul Gingues a terminé son allocution en assurant qu'il laisserait tomber sa demande à condition que la mairesse Beaudin s'engage à ce que ce type de dépassement de coûts ne se reproduise plus. Évidemment, la réponse de la mairesse ne le pas satisfait compte tenu du fait qu’il ira finalement de l’avant avec sa demande de moratoire.

«Je pense que M. Gingues a fait une demande qu’il savait inatteignable. Je suis mairesse, je ne suis pas magicienne. Les dépassements de coûts en contexte d’inflation, en contexte d’incertitude économique et dans un contexte légal où on doit y aller avec les appels d’offres, les plus bas soumissionnaires et les estimations qui sont publiques, il va toujours y en avoir», a répondu la mairesse Évelyne Beaudin à la suite de la séance du conseil.

Le ton utilisé des deux côtés a aussi été critiqué, mais au lendemain de ces échanges, Paul Gingues confirme à TVA Nouvelles qu'il désire aller de l'avant avec sa demande de moratoire. Un moratoire qui durerait quelques semaines, le temps de revoir les dépassements de coûts. Sa demande de moratoire sera officiellement formulée pour qu’elle soit à l’ordre du jour lors de la séance du conseil du 7 février prochain.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.