/finance
Navigation

L'industrie du livre frappée par l’inflation

L’industrie du livre subit également des hausses de prix

Coup d'oeil sur cet article

Le monde du livre n’est pas épargné par l’inflation. En raison de la hausse des coûts du papier et du transport ainsi que de la pénurie de main-d’œuvre, les lecteurs doivent payer plus cher pour leurs livres. En général, les prix ont augmenté d’environ 10% pour les titres imprimés en noir et blanc et jusqu’à 30% pour certaines éditions en couleur, selon des sources de l’industrie.

• À lire aussi: 8e hausse consécutive du taux directeur: un autre tour de vis qui fait mal

• À lire aussi: Hausse du taux directeur: la faillite pour contrer l’inflation

• À lire aussi: Provigo supplanté par Maxi

« La pandémie a accéléré l’inflation, explique Serge Théroux, président-directeur général des Éditions Somme toute. L’inflation avait commencé avant, mais la pandémie est venue avec des problèmes supplémentaires comme le coût du papier qui est plus cher, la pénurie de papier provoquant des retards, la pénurie de main-d’œuvre et des frais plus importants de transport. » 

Il évoque une augmentation moyenne du coût de fabrication des livres de 25 % ; soit environ 20 % sur certains plus gros tirages et près de 30 % pour les plus petits tirages, plus dispendieux à produire. Ce qui le force à augmenter les prix de vente des ouvrages.  

L’éditeur parle aujourd’hui d’une augmentation moyenne allant de 10 à 12 % du prix du livre. À titre d’exemple, un livre qui se vendait 24,99 $ il y a trois ans est maintenant offert à 27,99 $. 

Même son de cloche chez les autres éditeurs québécois sondés ; tous pointent du doigt le coût du papier qui a subi une augmentation d’environ 30 % du début de 2021 à aujourd’hui.  

Point de rupture ​

Judith Landry, directrice générale, édition, secteur livre Québecor, parle d’une augmentation de 1 $ ou 2 $ par livre. Elle souligne que le grand perdant reste le livre couleur. « Avant la pandémie, nous faisions des augmentations ici et là, mais on ne sentait pas d’urgence, dit-elle. Pendant 20 ans, le prix des livres n’a jamais augmenté, sans même suivre le coût de la vie ! Nous sommes arrivés à une situation de point de rupture : on doit augmenter les prix des livres. »

« On doit être plus prévoyant, penser encore plus en avance, ajoutent Renaud Roussel et Gilles Ostiguy, codirecteurs des Éditions du Boréal. Nos prix de vente augmentent, mais au minimum. Pour nous, ce n’est pas nécessairement quelque chose qui semble hors de contrôle, alors qu’en France, l’inflation et le problème sont critiques. » 

Dans les librairies aussi « il est inéluctable que les prix des livres augmentent, comme tout produit en cette période d’inflation », dit la directrice, communications et marketing chez Renaud-Bray, Floriane Claveau.  

Quelques stratégies des éditeurs 

  • Utiliser du papier moins onéreux et choisir des imprimeurs québécois et canadiens.
  • Publier des œuvres d’écrivains populaires permettant de plus forts tirages à moindres coûts. Demander aussi parfois aux auteurs d’écrire des livres plus courts, donc moins chers à imprimer.
  • User de prudence, réduire les risques et faire des analyses de marché encore plus poussées pour chaque publication. 
  • Faire des choix de fabrication plus économiques (matériaux et formats moins coûteux) et répondre à l’intérêt grandissant des lecteurs pour les livres bon marché, comme les livres en format de poche. 
Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.